« Le temps en ville est désormais celui du quart d’heure » (Laurent Fromageau,directeur développement retail de LCL)

 |   |  462  mots
Laurent Fromageau, directeur développement retail de LCL.
Laurent Fromageau, directeur développement retail de LCL. (Crédits : LCL)
LCL a dévoilé, lors du Forum Paris City Life organisé par La Tribune à l’Hôtel de Ville de Paris en novembre dernier, les résultats de son premier Observatoire de la vie urbaine. Laurent Fromageau, directeur développement retail de LCL, apporte son éclairage.

LA TRIBUNE - Pourquoi avoir lancé une telle étude ?

LAURENT FROMAGEAU - Nos agences se trouvent à 80 % en ville, où nous réalisons donc l'essentiel de nos activités. Il nous a paru vital de mieux connaître les habitudes et les souhaits de nos clients, qui, à 86 %, aiment la ville dans laquelle ils habitent. Notre rôle de banquier est aussi bien d'accompagner les urbains à s'épanouir et à s'en- raciner en ville, par le biais d'un achat immobilier, par exemple - d'autant que 88 % estiment qu'il est important de devenir propriétaire -, que de favoriser de nouveaux modèles économiques, via l'éclosion d'entreprises et de startups qui répondent aux besoins des urbains. C'est un rôle social et sociétal.

Selon les résultats de l'Observatoire de la vie urbaine, 21 % des urbains travaillent à distance au moins une fois par semaine, et 47 % considèrent le télétravail comme « une solution pour organiser leur temps à leur manière ». Quelles conclusions en tirez-vous ?

D'autres éléments de notre enquête font également ressortir que 90 % des urbains jugent important d'optimiser son temps, tandis que 35 % estiment que le temps leur manque souvent. Toutes ces données nous laissent penser que les urbains veulent être maîtres de leur temps. Or le temps, en ville, est désormais celui du quart d'heure. Les urbains veulent fréquenter des commerces de proximité, et 90 % d'entre eux préfèrent acheter dans un magasin physique plutôt que sur le Net.

À cet égard, LCL a lancé une appli de géolocalisation, CityStore, qui favorise les commerçants de quartier en donnant  non seulement des informations sur les 4.000 boutiques qui ont rejoint le réseau, mais en offrant des réductions aux clients de LCL qui y feront leurs achats, créditées directement sur leur compte en banque, via leur carte de crédit.

Les données recueillies par notre enquête indiquent également que les urbains aiment leur travail (87 %) mais qu'ils veulent aussi trouver un équilibre entre vie professionnelle et personnelle, d'autant que 51 % estiment que leur travail les stresse. Aussi les solutions comme le télétravail et les espaces de coworking sont-elles de plus en plus prisées. De quoi faire évoluer la culture des entreprises, qui devra se fonder toujours plus sur la confiance accordée aux collaborateurs. Enfin, les loisirs forgent aussi l'identité urbaine, 84 % des urbains estimant qu'ils ont un choix d'activités...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2020 à 4:48 :
Aimer vivre a Paris, c'est une blague ?
a écrit le 05/01/2020 à 12:16 :
Et nous on vous aime et bla bla bla, bla bla bla, et on détruit le monde tranquillement cherchant à exterminer la moitié de la population mondiale.

De plus en plus difficile de ne pas avoir la nausée quèand on écoute le lobby bancaire.

"Les banques financent la pollution boycottons les banques !" Greta Thunberg

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :