Logements neufs : la croissance montre des signes d'essoufflement

En forte hausse sur un an, les mises en chantier affichent un recul de 4,8% en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables de mai à juillet. Une étude publiée conjointement sur les chiffres de la commercialisation de logements neufs au deuxième trimestre suggère que cette tendance au ralentissement va se poursuivre dans les prochains mois.
Le gouvernement doit présenter en septembre son plan de refonte de la politique du logement, qui visera notamment à provoquer un choc de l'offre.
Le gouvernement doit présenter en septembre son plan de refonte de la politique du logement, qui visera notamment à "provoquer un choc de l'offre". (Crédits : © Fred Prouser / Reuters)

Les mises en chantier de logements et les permis de construire en France, s'ils affichent toujours une forte croissance en rythme annuel, montrent des signes de ralentissement, selon des données publiées mardi par le gouvernement. La tendance sur trois mois à fin août est ainsi moins favorable, avec un recul des mises en chantier et une progression limitée des permis de construire par rapport aux trois mois précédents.

Sur les douze mois écoulés à fin juillet, le nombre de logements neufs commencés a progressé de 14,5% à 402.500 unités. Les mises en chantier ont donc légèrement décéléré après la hausse de 15,6% (révisée en hausse de 1,1 point par rapport aux chiffres diffusés fin juin) enregistrée sur les douze mois à fin juin par rapport aux douze mois précédents.

Plus haut depuis mars 2013

La tendance reste également orientée à la hausse pour les permis de construire : sur un an à fin juillet, le nombre cumulé de logements autorisés augmente de 13,3% en rythme annuel, après la progression de 13,8% (révisée en hausse de 0,6 point par rapport à l'estimation initiale) à fin juin.

Sur les douze mois à fin juillet, le cumul des permis de construire a atteint son plus haut niveau depuis mars 2013, à 482.800 autorisations, contre un total de 480.100 (chiffre revu en hausse de 6.000 unités) sur douze mois à fin juin. Les résultats sur trois mois suggèrent en revanche un essoufflement de la tendance. En données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables, les mises en chantier affichent un recul de 4,8%, sous l'effet d'une baisse de 8,6% dans le collectif que la progression de 1,1% dans l'individuel ne permet pas de compenser.

Sur la même période, les permis de construire connaissent une progression de 2,7%, avec une solide progression dans le collectif (+6,4%) et un recul dans l'individuel (-2,8%).

Les mises en vente plongent après un 2e trimestre dynamique en 2016

Une étude publiée conjointement sur les chiffres de la commercialisation de logements neufs au deuxième trimestre suggère que cette tendance au ralentissement va se poursuivre dans les prochains mois.

Au deuxième trimestre, par rapport à la même période en 2016, les réservations à la vente s'inscrivent en baisse de 9,4%, à 30.800 et les mises en ventes plongent de 17,1%, à 31.2170. "Cependant, le second trimestre 2016 avait été particulièrement dynamique et la tendance annuelle reste à la hausse", note le ministère. Au total, sur douze mois les réservations s'inscrivent en hausse de 13% et les mises en vente affichent une hausse de 5,9%.

Une refonte de la politique du logement en préparation

Le gouvernement doit présenter en septembre son plan de refonte de la politique du logement, qui visera notamment à "provoquer un choc de l'offre" et à améliorer l'efficacité des aides au logement, dans le cadre de ses efforts pour contenir la dépense publique. Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, a déclaré fin juillet exclure un arrêt brutal du dispositif d'aide à l'investissement locatif dit "Pinel".

| Lire Logement : Macron s'inscrit dans la continuité de Hollande

Les fédérations professionnelles du bâtiment et de l'immobilier ont mis en garde l'exécutif, au début de l'été, contre une remise en cause des incitations fiscales ayant contribué à la reprise du secteur amorcée depuis fin 2014, comme le prêt à taux zéro (PTZ, prêt aidé par l'Etat pour faciliter l'accession à la propriété des personnes aux revenus modestes) et le dispositif "Pinel".

 >> Lire aussi HLM : le gouvernement pourrait assouplir les obligations des communes

(avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 30/08/2017 à 10:33
Signaler
Avec le nouvel ISF il faudra revoir les chiffres à la baisse.

le 01/09/2017 à 9:50
Signaler
Clairement, les moins de 40 ans dont les salaires stagnent depuis 10 ans sont très nombreux à pouvoir se payer une résidence principale d'une valeur de 1,7 millions d'euros. Pardon, erreur, à 1,7 millions, on paye toujours 0 euro d'ISF, c'est sur le...

à écrit le 29/08/2017 à 18:01
Signaler
ça veut dire quoi un "choc de l'offre" ? la France construit 400 000 logements (pour seulement 250 000 nouveaux ménages) contre 200 000 au UK ou 290 000 en Germanie. la France a de loin le taux de construction de logements le plus élevé de l'UE : 6...

le 29/08/2017 à 21:45
Signaler
@gfx: "la France construit 400 000 logements (pour seulement 250 000 nouveaux ménages) ". Tu oublies de compter les réfugiées qui, selon les chiffres les plus conservateurs, seraient de 250 à 300 000 par an. Il manque donc en effet au minimum 100 000...

le 30/08/2017 à 16:48
Signaler
"la France est un des pays européens ou le logement pèse le moins dans le budget des ménages" Vous etes sur la ? A mon avis ce chiffre flatteur vient du fait que les baby boomers ne depensent en effet rien car proprietaire ayant rembourse le credit....

le 01/09/2017 à 9:48
Signaler
@Patrickb "Tu oublies de compter les réfugiées qui, selon les chiffres les plus conservateurs, seraient de 250 à 300 000 par an." Manque de pot, non, les "réfugiées" sont bien comptabilisés dans les nouveaux foyers. Et pour le joli chiffre abracad...

à écrit le 29/08/2017 à 16:08
Signaler
Il faut comprendre que c'est Bercy qui dirige le pays, et qu'une bonne partie de nos problèmes en découlent. Depuis la monarchie jusqu'à la république, notre pays subit les conséquences d'une mauvaise gestion budgétaire, car mal conseillé. C'est ce q...

à écrit le 29/08/2017 à 14:45
Signaler
Meme si l arrte brutal du "pinel" n es pas a l ordre du jour, il va bien falloir que le secteur arret d etre accro aux subventions etatiques (pinel et PTZ notament). Autrement dit, que les prix soient en rapport avec les revenus des acheteurs -> bais...

à écrit le 29/08/2017 à 14:42
Signaler
Un coup l'immobilier monte, un coup l'immobilier descend, puis il remonte et redescend au gré du bon vouloir de la presse écrite et TV.

à écrit le 29/08/2017 à 13:15
Signaler
1. Arrêter le délire de la loi ALUR 2. Arrêter le délire des normes 3. Arrêter de tirer en longueur les expulsions 4. Arrêter l'aide juridictionnelle gratuite dans un bon nombre de cas 5. Arrêter de vouloir loger toute la misère du monde C'est a...

le 29/08/2017 à 16:15
Signaler
Tout à fait d'accord.

le 30/08/2017 à 16:52
Signaler
autre solution, faire comme en suisse ou aux USA:une bonne property tax (ou un loyer fictif ajoute a vos revenus). Vous allez voir que pepe va du coup vendre ou louer son appart vide PS: les normes ca sert aussi a ce qu on construise pas n importe...

le 30/08/2017 à 18:28
Signaler
Réponse de cd le 30/08/2017 à 16:52 : votre commentaire est pertinent. Je commente en tant que locataire qui a toujours payé son loyer, quitte à me priver de vacances, considérant que le toit sur ma tête est une priorité essentielle. Par contre, je ...

le 01/09/2017 à 9:39
Signaler
@ppdesabuse "4 ans de procédure" C'est une légende urbaine, le fait qu'il faut 2, 3 voire 4 ans de procédure. J'ai été en couple à l'époque avec une avocate qui se chargeait de dossiers d'impayés. Elle m'a confirmé qu'avec un vrai avocat qui co...

le 01/09/2017 à 14:42
Signaler
Réponse à Alatar vous êtes tout à fait en droit de ne pas me croire. Je complète donc mon post précédent : après une longue période de lettres de rappel recommandées pour impayés, voire huissier (car le bailleur doit prouver qu'il a agi) , vous pren...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.