Barclays taille (encore) dans ses effectifs

 |   |  279  mots
Barclays étudie aussi la possibilité de vendre son activité de métaux précieux, ainsi que celle de fermer les activités actions au comptant en Europe centrale, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, rapporte Reuters.
Barclays étudie aussi la possibilité de vendre son activité de métaux précieux, ainsi que celle de fermer les activités actions au comptant en Europe centrale, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, rapporte Reuters. (Crédits : © Mike Segar / Reuters)
L'établissement bancaire britannique a annoncé, jeudi 21 janvier, la suppression de 1.200 emplois dans son activité de banque d'investissement, essentiellement en Asie. Barclays met également un terme à ses activités en Russie.

Barclays poursuit son plan de restructuration amorcé en mai 2014, dans la foulée du scandale des manipulations du taux interbancaire Libor. L'établissement britannique a annoncé, jeudi 21 janvier, la suppression de 1.200 emplois dans son activité de banque d'investissement.

Le 20 juillet, le Times rapportait déjà que Barclays comptait réduire ses effectifs mondiaux de 132.000 employés à 100.000 d'ici la fin 2017.

Coup de froid en Asie, retrait total de Russie

Pas moins de neuf pays, pour l'essentiel en Asie (Indonésie, Taiwan, Thaïlande, Corée du Sud, Malaisie, Philippines) sont concernés par cette restructuration de grande ampleur. Une source interrogée par Reuters avance que un tiers des postes, soit 450, seraient supprimés en Asie. La banque prévoit également de fermer des bureaux en Australie mais aussi en Russie, pays dont Barclays se retirerait totalement, selon l'agence financière Bloomberg.

Dans un communiqué, Barclays indique que l'activité de banque d'investissement "va continuer à se concentrer sur les deux marchés nationaux au Royaume-Uni et aux Etats-Unis".

Nouvelle stratégie pour Barclays attendue en mars

Ancien de JP Morgan, le nouveau patron du groupe, Jes Staley, a pris les commandes en décembre, en remplacement de Antony Jenkins débarqué en juillet. Début mars, il présentera sa stratégie pour Barclays, en parallèle de la présentation des résultats de l'année 2015. L'établissement bancaire indique d'ores et déjà prévoir un revenu annuel globalement stable dans la banque d'investissement.

"Avec ces mesures, nous accélérons la stratégie concernant la banque d'investissement dévoilée en 2014", a souligné, ce jeudi, le nouveau directeur général de Barclays.

(Avec AFP,  Bloomberg et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2016 à 15:37 :
Barclays a certes augmenté son chiffre d'affaire pour le porter à 52 milliards de dollars en 2014, bien moins que les banques françaises, mais son personnel est aussi passé de 82k en 2005 à 132 000 personnes aujourd'hui, dans un contexte ou tout le monde réduit massivement sa voilure. Tous ses comptes sont dans le rouge. Il lui faudrait supprimer 100 000 emplois dans les 3 ans pour survivre. Toutes les grandes banques britanniques sont à la peine : Lloyds, RBS ou Standart Chartered et aussi bien le chinois HSBC, considéré comme tel. Impossible de faire un deal de fusion dans lequel on verrait deux béquilles se soutenir l'une l'autre. Les américains sont eux pris dans leurs propres restructurations, j'ai indiqué que JP Morgan reprendrait probablement Morgan Stanley, Well Fargo de même avec American Express tandis que Banque of America et Citi fusionneraient. Restent les banques françaises qui poseraient certainement de fermes conditions mais cherchent à grossir, puis une banque espagnole, Santander et... les banques chinoises pour lesquelles la stratégie de développement prime sur toute autre considération. Bruxelles s'opposerait à ce que les chinois entrent à un tel niveau. A moins que le gouvernement anglais recapitalise une fois de plus comme il l'a fait pour d'autres. On sait que le processus n'a apporté que très peu d'amélioration. Nous verrons bientôt le choix anglais.
a écrit le 21/01/2016 à 23:46 :
Marrant, avec toutes ces entreprises (et pas seulement les banques) qui licencient et, malgré tout, les chiffres officiels du chômage ne bougent pas... Ils les jettent des fenêtres des buildings, les heureux nouveaux chômeurs..??
Réponse de le 22/01/2016 à 15:41 :
Non, @yvan, la population diminue car le taux de fécondité y est bas et UK augmente ses loyers de telle manière que les étrangers partent. Les anglais eux aussi d'ailleurs quittent le pays, ce qui fait de la place pour les autres. Quant aux chiffres du chômage...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :