La polémique sur les bonus fait redouter un climat "anti business" au Royaume-Uni

 |   |  442  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le ministre britannique des Finances, George Osborne, s'inquiète de la polémique sur les bonus des banquiers, qui enfle au Royaume-Uni, au risque de faire fuir les meilleurs financiers et les investisseurs étrangers.

George Osborne tape du poing sur la table. Pour le ministre britannique des Finances, la polémique sur les bonus des banquiers, qui fait rage outre-Manche dans un contexte de crise économique, n'a que trop duré. Mardi soir, dans le cadre d'un discours devant la Fédération des petites entreprises, George Osborne a reconnu qu'il était "bien sûr innaceptable de récompenser l'échec." Mais qu'une économie de marché forte devait "être basée sur la rémunération du succès." Faute de quoi le Royaume-Uni risquait de voir ses talents s'expatrier et les investisseurs étrangers fuir le pays , rebutés par la montée en puissance d'un climat "anti business." Aussi, le Chancelier de l'Echiquier est-il décidé à sonner la fin de la partie pour ceux qui "sont en train d'essayer d'établir une culture hostile aux affaires."

Le Parti travailliste favorable au retour d'une taxe sur les bonus

Dans la ligne de mire de George Osborne : le Parti travailliste. Plus tôt dans la journée de mardi, le parti d'opposition avait proposé au Parlement de voter le retour d'une taxe sur les bonus des banquiers, c'est-à-dire sur la rémunération variable perçue par ces derniers, en fonction de leurs performances. Cette proposition a été rejetée, mais par 295 voix seulement contre 244. Chuka Umunna, porte-parole du Parti travailliste en charge des probématiques économiques, se défend de toute animosité envers le monde des affaires : "L'opinion publique attend, à juste titre, que cesse la culture des bonus excessifs. Les rémunérations variables des banquiers sont censées dépendre de leurs performances, uniquement." Autrement dit, pas de performances, pas de bonus.

Un bonus estimé jusqu'à 3,6 millions d'euros pour le patron de Barclays

C'est le sort que vient de subir, bien malgré lui, Stephen Hester. Le 30 janvier, le directeur général de Royal Bank of Scotland, sous la pression de l'opinion publique, a fini par renoncer à son royal bonus. Celui-ci s'élevait à près d'un million d'euros, au titre de 2011, alors que la banque, sauvée par le gouvernement lors de la crise financière de 2008 et toujours détenue à 82% par l'Etat (donc par le contribuable), s'apprête à supprimer 3.500 emplois. Le patron de la banque Lloyds a fait de même. Bob Diamond est attendu au tournant : le directeur général de Barclays devrait percevoir une rémunération variable de... 2,4 à 3,6 millions d'euros, au titre de l'année écoulée, selon la presse britannique. Alors que la banque devrait publier, vendredi, une chute de 12% de son bénéfice net, au titre de l'exercice écoulé, selon les analystes sondés par l'agence Bloomberg.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2012 à 23:43 :
Les financiers sont les mouches du coche : ils emmerdent tout le monde, font de gros dégâts et des catastrophes en série, et se pensent indispensables...
a écrit le 09/02/2012 à 11:30 :
Vu l'état de la zone Euro, si les "meilleurs" financiers quittaient l'Europe, ce ne serait pas un drame mais plutôt une chance pour nous !
Ils sont collectivement responsables d'une partie de nos problèmes.
Réponse de le 09/02/2012 à 18:21 :
C'est sûr que s'ils n'avaient pas prêté comme des idiots à des Etats pachydermes uniquement capables de dépenser l'argent qu'ils n'ont pas pour gagner les élections, on n'en serait effectivement pas là.
a écrit le 09/02/2012 à 10:41 :
Cela fait des années que que les pays européens perdent de la compétivité et ne maintiennent leur niveau de vie que grace à la finance, de façon artificielle d'ailleur. Ne cassons pas la poule aux oeufs d'or.
Réponse de le 09/02/2012 à 16:50 :
Bien vu, à un petit détail près : si effectivement les niveaux de vie ont été maintenus, c'est d'abord à crédit (a charge pour nos gamins de faire avec...) et grace à la finance... au profit quasi exclusif de la finance !!!! Ce milieu est une pompe à liquidités, et a mêm réussi à aspirer des valeurs totalement virtuelles. Vraiment balaizes les gars ... Nous sommes en fin de cycle, et il faut se rendre à l'évidence ! D'une manière ou d'une autre , je crains que cela ne soit très douloureux.
a écrit le 09/02/2012 à 10:06 :
Quel dommage que vous ne compreniez pas l'absolue nécéssité de distribuer d'enormes bonus à nos traders et autres dirigeants ... Le mérite et la performance a un prix ! Imaginez qu'ils s'en aillent, on fait comment après ????
Réponse de le 09/02/2012 à 13:20 :
où ça? sur la Lune? Tu dois être un de ceux là. Des méritants et des performants, il y en a partout. Mais pas forcément avec des salaires d'ET...
Réponse de le 09/02/2012 à 16:42 :
mdr !!!!!!!!!!! J'oubliais de rappeler égallement à quel point ilest important que leurs modestes émoluments soient revalorisés correctement -c'est à dire +20% mini- chaque année ! C'est aussi un important facteur de motivation....
Réponse de le 10/02/2012 à 15:34 :
Comme une espèce de pseudo cynisme mal maîtrisé. N'essayez pas d'imiter "Cavaliere", ça ne prend pas !
a écrit le 09/02/2012 à 9:46 :
je suis pour les bonus, mais il faut changer les règles. ce ne serait pas sur les affaires financières réalisées, mais sur le nombre d'embauchés que permettrait leur travail et expertise.
embauche de 100 personnes: 100 000 euros de bonus. embauche de 1000 personnes: 1 million, etc, etc
Réponse de le 09/02/2012 à 15:37 :
oui dans l'idée, mais qu'appelle-t-on embauche? A quel prix? Un prix au lance-pierre?

Comme disait Coluche "on dit que 3 millions de personnes demandent du travail, c'est pas vrai : l'argent leur suffirait !"
Réponse de le 09/02/2012 à 18:23 :
Aves un tel système et son armée d'esclaves, le dirigeant chinois de Foxconn a ed quoi se frotter les mains...
Et avec tous les fonctionnaires qu'on a embauché depuis 40 ans, les hommes politiques devraient être payés comme les stars du football...
a écrit le 09/02/2012 à 8:43 :
C'était moins scandaleux quand les banques étaient nationalisées. L'économie ne fonctionnait pas plus mal. Moins vite et moins performante diront certains, peut-être, mais à voir où nous a conduit la dérive financière, je préfère encore payer des banquiers fonctionnaires, dont les salaires sont encadrés, et les primes limitées à un ou deux mois de salaires...
Réponse de le 09/02/2012 à 19:04 :
Vous avez oublié le scandale de 120 mdrs de Francs avec le Crédit Lyonnais.
L'Etat n' a jamAis été un gestionnaire si aujourd'hui les banques sont puissantes elles le doivent aux politqiues plus occupés par leur petites magouilles politiciennes voir la camapgne électorale en cours que par les besoins du Pays.
Les banques sont utiles , les marchés sont utiles pour faire venir l'argent mais le pb les politiques sont inutiles car ils n'ont pas su par manque de compétence réguler la finance et réguler ne veut pas dire pas de bonus mais freiner les placements à cours terme ou très spéculatifs. Le Président suit le pays en disant haro sur les marchés et M. Hollande a trouvé un ennemi facile les marchés. L'un comme l'autre avocat d'un côté politicien de base pour l'autre incapable de mettre la France dans la compétition internationale.
Réponse de le 09/02/2012 à 23:40 :
Les 120 milliards de francs du crédit lyonnias, cela fait à peine 18 milliards d'euros, c'est tout petit petit par rapport aux 500 milliards d'euros encore injectés par la BCE il y a deux mois... Et ridicule par rapport aux plus de 10 000 milliards injectés dans le systme bancaire depuis le début de la crise.
a écrit le 09/02/2012 à 0:30 :
Ce chantage à l'expatriation me fait rigoler. Ils veulent tous s'expatrier, mais pour aller où ? Dans les pays du tiers-monde ? Bonne idée et bon voyage :-)
Réponse de le 09/02/2012 à 8:26 :
Tout à fait ce n'est que du chantage, comme dirait Mélenchon "Qu'ils s'en aillent" !
Réponse de le 09/02/2012 à 12:22 :
Pour votre information c'est l'europe qui est devenue le tiers monde. Allez voir comment cela se passe en Asie, en Australie ou au Canada et vous verrez que vous vivez deja dans le moyen age. Et le pire c'est que ceux qui ne voyagent pas s'imaginent encore vivre dans le modernisme, englués qu'ils sont dans leur vieux modele collectiviste.
Réponse de le 09/02/2012 à 13:18 :
à Libre: L'Europe plonge, tout le monde plonge. Tout n'est pas vert non plus dans les régions que vous citez.
Réponse de le 09/02/2012 à 15:29 :
En attendant le reste du monde s'enrichit, et pas l'europe et surtout la France depuis des lustres. Malheureusement c'est vrai que les pays plus vertueux, voir très vertueux, aient à subir les différentes gabegies financieres des anciens pays collectivistes, mais ils s'en releveront bien plus vite si ca arrive, car ils ne sont pas endoctrinés comme les francais qui ont remis leurs vies entre les mains de politiques et de fonctionnaires.
Réponse de le 09/02/2012 à 15:32 :
Certes tout n'est pas vert, mais comme je le disais le tiers monde maintenant c'est l'europe, le nier c'est être aveugle ou idiot.
Réponse de le 09/02/2012 à 23:38 :
Eh oui quand on voit que certains européens sont sufisamment idiots pour investier massivement dans l'or, objet fétiche du passé, il n'est pas surprenant que l'Europe n'avance pas;..
a écrit le 08/02/2012 à 22:20 :
Qui a besoin de gagner une telle somme en plus de son salaire ?
Réponse : personne ! C'est indécent mais en plus in-dépensable !
a écrit le 08/02/2012 à 20:04 :
Comment peut-on parler de récompenser le "succès" de banquiers alors que les banques sont soutenues à bout de bras par les injections massives de centaines de milliards pa les états ou les banques centrales ? Encore 500 milliards d'euro en décembre par la BCE !!! C'est cela le "succès" des traders ?? Que l'on arrète d'abord toutes ces aides et après on verra si les traders ont de vrais "succès" et méritent vraiment un bonus financé par leurs gains réels et non pas par les subventions colossales des banques centrales.
Réponse de le 09/02/2012 à 9:11 :
C'est cela oui.
C'est connu de tout le monde, le rôle premier d'une banque centrale n'est il pas de faire en sorte que les "traders" aient un bonus énorme?
Au secours!
Réponse de le 09/02/2012 à 18:27 :
Tout à fait d'accord, c'est la règle de base du capitalisme, qui est visiblement mort depuis longtemps... Qu'on laisse faire faillite ceux qui se sont plantés et qu'on laisse les autres tranquilles s'ils ont mérité leur rémunération (sur des "vrais" gains).
Réponse de le 09/02/2012 à 23:37 :
Parfaitement. Mais c'est tout le contraire : on distribue 500 milliards aux banques juste avant la saison des bonus... QUand je pense que ces bonus étaient soit disant justifiés par la "prise de risque" des traders, qui risquaient ed perdre leur job... FOutaises !! Vous connaissez un trader viré ? Ou même un trader sans bonus pour cause de mauvais résultat ? Cela n'existe pas !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :