Le numéro de mobile remplacera l'Iban bancaire en Europe en 2018

 |   |  742  mots
Il sera bientôt possible de payer depuis son smartphone un autre particulier en utilisant son seul numéro de mobile, en euro et de façon instantanée.
Il sera bientôt possible de payer depuis son smartphone un autre particulier en utilisant son seul numéro de mobile, en euro et de façon instantanée. (Crédits : Reuters)
La BCE prépare le paiement instantané paneuropéen, notamment par mobile entre particuliers. Un registre européen des numéros de téléphone se rapportant aux comptes bancaires permettra de fluidifier les échanges et de consolider un marché des paiements en euros intégré. Et ainsi d’anticiper la déferlante de services comme celui de l’américain Square.

Et si payer devenait simple comme un coup de fil ? Payer un ami, un particulier, un petit commerçant, quel que soit son pays de résidence, au sein de l'Union européenne, depuis son smartphone, avec le seul numéro de téléphone du bénéficiaire ? Ce devrait être possible dès l'an prochain. La Banque centrale européenne (BCE) l'a annoncé ce vendredi, lors d'une conférence organisée par la Banque de France sur l'innovation dans le paiement.

Yves Mersch, membre du directoire de la BCE et président du Conseil des paiements de détail en euro (ERPB), a ainsi expliqué :

« Aligné sur le calendrier de la mise en place du schéma de paiement instantané, l'Eurosystème [la BCE et les banques centrales nationales, ndlr] attend le lancement d'un service standardisé qui permette le paiement de personne à personne en utilisant le numéro de téléphone mobile du bénéficiaire comme équivalent de l'Iban [International Bank Account Number, NDLR]. Ce service devra être lancé d'ici à la fin de 2017 et ne devra pas être cantonné aux Iban nationaux » a-t-il souligné.

Un bottin européen pour le paiement mobile

L'idée est de constituer une sorte de « bottin européen » pour le paiement mobile dans lequel le numéro de téléphone redirigerait vers le numéro de compte bancaire de son choix (puisque le titulaire d'une ligne de téléphonie mobile peut avoir plusieurs comptes bancaires), précise une source proche du dossier.

Ainsi, il ne serait plus nécessaire de posséder un compte dans un autre pays européen pour pouvoir y réaliser un paiement mobile de personne à personne, un progrès au regard de l'essor de l'économie collaborative. Par exemple, un touriste ou un étudiant européen louant un logement auprès d'un particulier ne serait pas obligé de payer en espèces ou de passer par une grande plateforme, type Airbnb.

L'Américain PayPal vient d'ailleurs de lancer le transfert d'argent de particulier à particulier avec le seul numéro de mobile ou même une adresse mail, gratuit si c'est en euro dans l'espace économique européen. Le californien Square, dont le lecteur de carte bancaire est spécialement adapté aux micro-entrepreneurs (le nouveau nom des auto-entrepreneurs) et petits commerçants, prévoit de se lancer en Europe cette année :  l'entreprise fondée par Jack Dorsey (Twitter), valorisée 5,3 milliards de dollars à Wall Street, a en effet établi l'été dernier une filiale Squareup Europe au Royaume-Uni et recrute à Dublin. Aux États-Unis, Square est devenu le quatrième plus important réseau de commerçants pour l'émetteur de cartes Visa, a relevé Bill Gajda, le directeur de l'innovation et des partenariats stratégiques de Visa Inc, également présent à cette conférence.

Enjeu de compétitivité et de souveraineté

Il y a donc un réel enjeu de compétitivité et de souveraineté des acteurs européens de la distribution et du paiement.

En parallèle, la BCE s'inquiète du risque de fragmentation du marché européen du fait de la profusion de porte-monnaie électronique et d'applis de paiement mobile qui n'ont pas tous le potentiel d'être étendus à l'ensemble de l'UE. L'Eurosystème demande donc aux prestataires de services de paiement de mettre en place des solutions de paiement instantané, c'est-à-dire en quelques secondes, en euro au niveau paneuropéen au plus tard en novembre 2017, alors qu'aujourd'hui les virements SEPA sont opérés en un jour ouvrable.

Et pour accélérer le règlement interbancaire, la BCE propose de faire évoluer la plate-forme européenne de traitement des paiements Target2, utilisée par les banques centrales et commerciales, vers du règlement en temps réel, de l'ordre de 25 secondes, sans risque de crédit, ce qui éviterait aux banques d'immobiliser du capital en garantie. La BCE craint en effet que les chambres de compensation ne deviennent des "silos nationaux" et n'aient pas cette portée paneuropéenne. Une consultation publique sera lancée ce lundi et la décision prise en juin prochain : le dénouement en temps réel serait opérationnel en 2018.

« L'Europe ne doit pas être en retard, par rapport au Royaume-Uni [qui a mis en place le paiement instantané en 2008, NDLR] par exemple. Avec ce marché intégré du paiement, elle sera même en avance sur les États-Unis » a fait valoir Yves Mersch.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2017 à 11:39 :
Bientôt une puce dans le cerveau dès la naissance avec toutes les infos personnelles possibles et imaginables, GPS incorporé, qui se mettra à jour 24h/24h, qui permettra de tout savoir sur chacun, n'importe ou...Waouh...! l'avenir s'annonce radieux pour l'humanité...!
a écrit le 10/01/2017 à 9:59 :
Non, le numéro de mobile ne remplacera pas l'IBAN pour la simple et bonne raison que le flux qui résultera du transfert de fond entre le donneur d'ordre et le bénéficiaire se fera selon la norme ISO 20022, qui ne reconnait que l'IBAN comme compte du bénéficiaire. Le fait que l'échange entre le donneur d'ordre et le bénéficiaire s'opère au travers de leurs numéros de mobile est une chose et permet une relative sécurisation quant à la connaissance de l'IBAN du bénéficiaire par le donneur d'ordre. Il n'en reste pas moins que pour le virement instantané ou pas soit opéré entre leurs comptes respectifs, le flux électronique qui sera échangé entre leur prestataire de services de paiement respectif instruira bien l'IBAN et pas le numéro de mobile.
a écrit le 09/01/2017 à 18:50 :
Alors j'aurai un n° de te à recharge, carte, constamment dans un tiroir, qui sortira que pour ces indiscrétions. Mon tel mobile, et fixe, ils ne l'auront pas. Si abolition des listes rouges. J'aurai une ligne mobile et une ligne fixe sous pseudo.
a écrit le 09/01/2017 à 18:18 :
Il y a les moutons fans de technologies et qui adorent les phénomènes de mode qui trouvent ça fun et très pratique, sans voir plus loin que le bout de leur nez. Il y a les autres comme moi à qui cela pause un énorme problème, car si vous réfléchissez bien, c'est un système vicieux et dangereux pour tracer toutes les transactions tout en étant facilement piratable. Tout en sachant que le cash va disparaitre, on aura que du virtuel.
a écrit le 09/01/2017 à 16:44 :
Déja que nous n'avons plus de valeur avec une carte bancaire, pis avec un telephone portable; bojour les découverts!
a écrit le 09/01/2017 à 14:19 :
Il y a un paquet de sociétés de démarchage qui doivent rêver en ce moment. A l'heure ou l'on essaie de protéger un minium ses données privées, notamment sont numéro de tel fixe et/ou mobile...
a écrit le 09/01/2017 à 13:20 :
Euh c'est moi ou on ne lit pas la même chose ?
"attend le lancement d'un service standardisé ", ca ne veut pas dire "va lancer un service standardisé".
En gros, l'Eurosystème espere qu'un tel service se crée et se mette en place, mais ne va pas le mettre en place lui meme. Un tel service serait certainement une bonne chose (n'en déplaise aux détracteurs), mais cela ne sera sans doute pas pour 2017, et si jamais beaucoup d'acteurs se lancent sur le sujet, on va avoir plusieurs solutions concurrentes, donc pas vraiment de "standard".
a écrit le 09/01/2017 à 7:53 :
C'est incroyable comment l'élite politico-médiatique peut encourager la fraude et l'insécurité. On se demande vraiment pourquoi les banques multiplient les systèmes de codage quand on veut faire un virement sur un ordinateur : et là, avec un smartphone, niveau zéro de la protection, tout se ferait d'un coup de baguette magique... Pathétique. Et grave.
a écrit le 09/01/2017 à 3:06 :
Ca sent le soufre, il y a anguille sous roche...
a écrit le 08/01/2017 à 0:35 :
Certes... Mais même en répétant que je ne dois plus utiliser de chèques ou de liquide, beeen... non. Et là, je suis tellement "nul" que je n'ai pas de s'mart-fone.. Et même pas d'ordinateur... Te dire comme j'ai eu du mal à indiquer à mon pigeon de livrer ce message à Ma Tribune. H'reusement, il a une pomme gravée sur l'aile droite. Pas gauche, ça fait pauvre. C'est beau de délirer juste pour faire un article...
Réponse de le 09/01/2017 à 12:19 :
Sinon ton voisin Diogène toujours en pleine forme ?
a écrit le 07/01/2017 à 20:08 :
Ha l'Europe qui fait rêver !

Vite un frexit.
a écrit le 07/01/2017 à 10:51 :
Voila un mode de paiement que je ne comprends pas. Cela va à l'encontre de toutes les règles de sécurité. Piraté un téléphone est une chose facile.
De plus, les usagers changent plus souvent de téléphone que de compte bancaire. Le compte IBAN est unique, ne sert qu'à identifier son compte. Que se passera t-il demain lorsque vous mettrez votre téléphone au rebut?
Réponse de le 07/01/2017 à 18:37 :
Ça ne pose aucun problème de sécurité, avec votre numéro de compte bancaire IBAN on peut uniquement vous verser de l'argent, pas vous en prendre (sauf prélèvements automatiques d'un organisme agréé etc.). Le numéro de mobile sera juste un 'raccourci' qui pointe sur votre numero IBAN et ne permettant que le versement. et lorsque vous changez de téléphone, vous conservez votre numéro :)
a écrit le 07/01/2017 à 9:43 :
encore un gadget pour les accrocs du telephones et tout le monde ne possede ou ne maitrise internet ou le telephone portable avec encore plus de risque d'etre pieger !!!!!
souvenez vous il y a de nombreuses annees on voulait bien creer un compte bancaire unique avec simplement le numeros unique de securite sociale nos brave bureaucrates faut bien qu'ils aient des idees absurdes pour se faire remarquer et dire qu'ils travaillent.
a écrit le 07/01/2017 à 8:18 :
et ceux qui n'ont pas de mobile (comme moi ! ) ils font comment ?
Réponse de le 07/01/2017 à 18:38 :
Ils continuent d'utiliser l'IBAN ou les services comme paypal, ou le liquide
Réponse de le 08/01/2017 à 8:46 :
Pareil pour moi. Et en plus, c'est encore une manière de nous tracer partout dans tous nos actes.
Réponse de le 09/01/2017 à 14:00 :
On parle de numéro de téléphone pas forcément de numéro de portable.
Réponse de le 11/01/2017 à 9:22 :
Le prochain plan c'est de supprimer le liquide

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :