La Tribune

Et un nouveau coup dur pour le F-35!

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  210  mots
L'Australie a reporté de deux ans la livraison de 12 exemplaires de l'avion de chasse furtif de Lockheed Martin.

Depuis plus d'un mois, les mauvaises nouvelles s'enchaînent pour l'avion de chasse furtif américain F-35 de Lockheed Martin. Après la décision des Pays-Bas d'acheter moins d'appareils que les 85 prévus, la polémique au Canada sur la question des surcoûts du programme et l'inquiétude de l'Italie -qui a déjà coupé sa commande de 30%) de voir la facture exploser, c'est au tour de l'Australie de porter un nouveau coup dur au plus programme d'armement le plus cher de l'histoire du Pentagone. Pour des raisons budgétaires, le gouvernement australien a en effet décidé ce jeudi de reporter de deux ans la livraison de douze F-35, permettant aux finances fédérales d'économiser 1,6 milliard de dollars australiens (1,2 milliard d'euros). Le gouvernement présentera son budget le 8 mai.

Deux exemplaires néanmoins payés

Le coût du programme du Joint Strike Fighter (JSF), s'établit dorénavant à 385 milliards de dollars, soit un coût par appareil de 103 millions de dollars à prix constants (sans tenir compte de l'inflation) ou 113 millions de dollars courants, selon le Pentagone.L'Australie est en revanche dans l'obligation contractuelle de régler la facture pour deux appareils déjà livrés aux Etats-Unis à des fins de tests et d'entraînements.
 

Réagir

Commentaires

Matou91  a écrit le 06/02/2013 à 17:00 :

L'explosion des prix de ce programme vient au pire moment du fait de la réduction des budgets. Cela peut contribuer à fragiliser la défense occidentale ainsi que son industrie, en particulier en Europe. Sur le plan de la défense, un risque que j'identifie est une sous-capacité aérienne du fait de la réduction des volumes et non contre balancée par des performances supérieures, au regard de ce qu'on peut lire sur le sujet. Sur le plan industriel et économique, c'est évidemment autant d'argent non investi dans les entreprises européennes. Sur le plan politique, c'est un moyen de renforcer la dépendance de l'Europe aux USA et effectivement risquer de tuer l'industrie européenne. On connait les pratiques des américains ... Paradoxalement, peut-être cela représentera t-il une chance pour le Neuron qui a passé un jalon important sur le plan technique et représente une technologie de rupture stratégique (si tout est-il qu'il reste un peu d'argent aux européens pour y contribuer ...). Heureusement que la France a su garder la tête froide et mener à bien son programme Rafale et poursuivre avec le Neuron et ses partenaires. Dassault me semble de mieux en mieux positionner pour tirer le prochain programme européen de façon légitime et de façon sécurisée sur le plan qualitatif grâce à son savoir faire. C'est une vision assez optimiste mais affaire à suivre.

Tahi  a écrit le 04/01/2013 à 17:27 :

L'avion volera c'est certain, car les USA en ont impérativement besoin, il reste à savoir quand, combien et pour quel coût? Les commandes envisagées ne seront jamais réalisées (genre celles de l'Italie ou de l'Espagne)... C'est tout l'équilibre du programme qui est en cause... De très nombreux pays ont intérêts a retarder les achats de 15 ans ou d'acheter ailleurs avant ; cette avion maudit risque donc de tuer la concurrence européenne sans satisfaire ces mêmes pays d'Europe en prise avec des difficultés budgétaires importantes !

Mordrakheen  a répondu le 15/02/2013 à 16:10:

l'avion volera effectivement , tant bien que mal, il a déja couté trop d argent Mais ca veut pas dire qu il soit apprecié la Navy regrette déja son F18 Super Hornet et proteste sur les performances et les capacités du F35 , pareil pour l AIr Force et les Marines qui doivent toucher le modéle "B" pour remplacer leur Harriers tombent des nues...Peut etre qu ils (surtout la Navy obligés d acheter des Rafales... on peut rever ::)

Gilles  a écrit le 11/05/2012 à 9:50 :

Il y a quelque chose que je ne comprends pas avec le F35.... Je lis qu'il sera opérationnel dans 10 ans mais Lockheed Martin en livre déjà. Est ce à dire qu'ils livrent des avions qui ne sont pas opérationnels ?

Tahi  a répondu le 04/01/2013 à 17:21:

sur wiki on parle d'un déploiement militaire vers 2017, si tout se passe comme prévu... Je ne sais pas à quoi serviront les avions livrés avant (formation des pilotes peut être?)

En fait  a répondu le 01/03/2013 à 18:47:

Ils sont livrés certes, mais en tant que modèles d'essais. C'est la période entre le stade du "prototype" et celui de l'appareil pleinement opérationnel.

GERARDC27  a écrit le 04/05/2012 à 11:28 :

Jadis un avion était dynamiquement équilibré et était un bon avion s'il "volait bien". Les avions modernes sont instables et gérés par des commandes électriques et l'informatique. Le F35 est ainsi, c'est un fer à repasser en réalité. Il semblerait néanmoins que la conception de départ ait pêché (1 seul réacteur) et que le RAFALE sur ce plan lui soit supérieur (2 moteurs). D?autre part l?avion français sans être une bête de furtivité comporte quand même trente pour cent de matériaux composites . Le décollage vertical pour la version navalisée est un choix complexe et très coûteux et pour un appareil c?est aussi gage de vulnérabilité opérationnelle il me semble (spectaculaire uniquement en démonstration). Cet avion démontre dans son développement que les américains maîtrisent mal la fonction multi rôles des aéronefs ; naguère prodigues de leurs dollars à construire des avions spécialisés pour chaque « mission ».

Rico  a répondu le 04/05/2012 à 16:42:

L'avantage de la France, c'est que c'est le même constructeur qui faisait les avions d'interception, de suprématie aérienne et de bombardement.
Les compétences n'étaient pas disséminées

polo  a répondu le 04/02/2013 à 14:48:

le choix du décollage sur porte avion c'est soit vertical et l'avion fait tout... soit catapulte et la technologie est mal maitrisée... les français ont des catapultes américaines....

Zed68  a répondu le 04/02/2013 à 23:04:

Les avions modernes sont volontairement instables pour être plus maniables. Votre commentaire montre votre méconnaissance du sujet.

Mordrakheen  a répondu le 15/02/2013 à 16:15:

Polo tous les avions a decollages verticaux ont des problemes de capacités d emport de vitesse et rayon d action leur seule vraie utilité c est pour une base avancée ou un debarquement Et encore bcp d hélico font bien mieux

patex  a écrit le 03/05/2012 à 21:17 :

Bonne nouvelle, et ce n'est que le début. Les prochains sur la liste risquent d'être les Israéliens, qui ne payent pas les 20 F-35 commandés en 2010. Ceux-ci sont financés directement par l'aide américaine à Israël, une affirmation qui est passée totalement inaperçue en 2010, mais qui est pourtant véridique.
(voir entre autres http://www.opex360.com/2010/10/11/israel-va-acquerir-20-avions-f35-lightning-ii/)...... Les Norvégiens ont décidé d?augmenter leur budget de la défense graduellement, comme de bons petits toutous de l?oncle Sam. 52 machines, ça vaut bien son pesant d?or ! (voir la source ici : http://www.tnp.no/norway/panorama/2870-here-is-norways-new-long-term-military-plans). En bref, sans recettes pétrolières, adieu le F-35... Pour l?instant la pilule passe, reste à voir si ce pays si bien gouverné tendra l?autre joue pour se reprendre une claque. Concernant les canadiens, ils n?ont aucun intérêt à investir des milliards dans une savate volante comme le F-35. Les US raisonnent bien à l?américaine comme pendant la guerre froide, ils croient encore qu?on peut pomper des milliards de finances publics chez ses partenaires en vendant de la « state of the art technology » (qui dit en passant n?en est pas vraiment) sans contreparties. Il y a peut-être une opportunité pour le Rafale. Après tout la future seconde puissance économique mondiale l?a choisi, et l?avion français est également en passe d?être choisi (question de temps, les jeux sont faits) par la bête noire des étasuniens sur le continent américain : Le Brésil. Pour revenir à l?Australie, cette décision peut très bien remettre en question l?avenir de l?avion US sur cette traditionnelle chasse gardée. Souvenez-vous du marché des hélicoptères de combat du MoD Australien : il a été octroyé à... EADS au détriment de Boeing, le dernier a été livré en décembre 2011. Il y a foule d?exemples à donner... Source : http://www.aviationtoday.com/rw/military/attack/75314.html / En espérant que ce billet sera publié !

Mecatroid  a écrit le 03/05/2012 à 19:36 :

Un simple contretemps. En effet, une période de crise comme celle que nous vivons impose forcément de lisser ce type de programme dans le temps. Rien d'alarmant pour cet appareil.

letroll  a répondu le 03/05/2012 à 19:48:

rien d'alarmant ? juste que tout le monde ( USA en premier) se demande comment sortir de ce bourbier qui coûte un max et qui ne volera jamais :-)))

AS  a répondu le 03/05/2012 à 22:57:

Un contre temps ? Le système informatique (80% des performances de l'avion) est très loin d'être implanté. Pour dire ils ne l'ont même pas encore coder et la fourchette la plus réaliste c'est 2018 (donc comptez +5 ans de retard). Mais secrètement au Pentagone on n'y croit plus mais bon, ils ont toujours l'espoir de revendre une bouze au prix fort aux pigeons qui sont tombés dans le panneau (comme d'hab les mêmes : UK, Italie, Canada, etc)

letroll  a répondu le 04/05/2012 à 7:45:

gros problèmes de logiciel aussi sur le F-22 qui oublie de temps en temps d'alimenter le pîlote en oxygène ... bilan : certains pilotes refusent de prendre les commandes . Heureusement qu'il reste encore de vieux F-16 rafistolés :-))

Coam  a écrit le 03/05/2012 à 18:25 :

Pas très "fair play" ces Australiens, les US installent une base chez eux et ils reportent leurs commandes... c'est qu'ils doivent se sentir moins menacés.

moutarde  a répondu le 03/05/2012 à 20:13:

Coam :les Australiens sont assez grands pour défendre leurs cotes et , les USA eux ,ont besoin de base car celles du Japon ne sont plus là pour longtemps .

MAGNUM  a écrit le 03/05/2012 à 18:01 :

Fallait s'y attendre, quel que soit le client potentiel: retards, dépassement des couts et crise économique ont raison du F35.

letroll  a répondu le 03/05/2012 à 19:38:

en plus cet avion n'est pas au point :-) même l'US Navy n'en veut pas, il n'est pas capable de se poser sur un porte-avion ( pas de crosse d'appontage possible :-)) et il semblerait que les logiciels soient impossibles à mettre au point

Mecatroid  a répondu le 03/05/2012 à 22:34:

Ben nous, on avait bien un porte avion avec un pont trop court il me semble. Et finalement avec du temps et des millions, tout rentre dans l'ordre. On présente juste une plus grosse facture aux contribuables ...