Pourquoi Ariane 5 peut proposer des lancements simples à prix réduit

 |   |  814  mots
Ariane 5 sur le pas de tir avant sa 84e mission
Ariane 5 sur le pas de tir avant sa 84e mission (Crédits : Avio)
Arianespace a vendu deux lancements simples à prix réduit à Intelsat et Eutelsat grâce à la mise en place de la nouvelle organisation industrielle de la filière spatiale.

Est-ce une nouvelle ère pour Ariane 5 ou simplement une opportunité commerciale pour des opérateurs pressés? En tout cas, le lancement simple réussi dans la nuit de mercredi à jeudi par Ariane 5, qui a mis sur orbite Intelsat 29e, est semble-t-il possible avec la mise en place de la nouvelle organisation de la filière spatiale. Ce premier tir de l'année a été "rendu possible grâce à la flexibilité opérationnelle démontrée par Airbus Safran Launchers (ASL)", a fait valoir le nouveau maître d'oeuvre du lanceur européen issu du rapprochement entre Airbus Defence and Space et Safran. Un lancement double d'Ariane 5 vaut environ 180 millions de dollars pour dix tonnes mises en orbite géostationnaire (GTO).

La 84e mission d'Ariane 5 ouvre "une année opérationnelle ambitieuse pour Arianespace dont l'objectif est de réaliser 11 lancements incluant jusqu'à 8 missions d'Ariane 5", dont deux en lancement simple, a expliqué la société de lancements européenne dans un communiqué à l'issue de ce vol.

Intelsat et Eutelsat pressés

Pourquoi des lancements simples à prix réduit avec Ariane 5? Parce qu'Intelsat et Eutelsat voulaient lancer "le plus tôt possible", a expliqué jeudi le président exécutif de ASL, Alain Charmeau, à l'occasion d'une conférence de presse sur le bilan d'un an d'activité de ASL. Les opérateurs ne pouvaient pas attendre pour un lancement double l'arrivée aléatoire de deux petits satellites, qui n'étaient pas encore prêts. D'autant que les deux opérateurs avaient eux leurs satellites "disponibles".

En outre, les manifestes des lanceurs américains ne permettaient pas non plus un lancement rapide. Intelsat et Eutelsat "sont venus voir Arianespace pour trouver une solution en leur disant : nos satellites sont là, avez-vous une solution pour les lancer rapidement", a expliqué Alain Charmeau. Et les deux opérateurs ont pris la décision de lancer rapidement en payant le prix d'un lancement simple avec Ariane 5, qui est nettement plus cher que le prix du marché. Mais ce prix payé par les deux opérateurs, qui ont obtenu une petite ristourne (en raison de l'effet de série de 8 vols d'Ariane 5 en 2016) compensent largement les pertes d'exploitation des satellites s'ils avaient dû rester trop longtemps au sol.

Pourquoi un lancement simple aujourd'hui?

Ce n'est pourtant pas nouveau. Le président exécutif de ASL a reconnu que dans le passé, il y avait déjà eu "une fois" un lancement simple avec Ariane 5. Mais ce qui était compliqué sur le plan commercial ne l'est plus visiblement aujourd'hui. Toujours est-il que ASL a démontré, avec Arianespace, "sa capacité à répondre au besoin spécifique d'un client en adaptant en un temps record le lanceur et sa production à une mission de lancement simple, alors qu'Ariane 5 ECA est optimisée pour lancer deux satellites à la fois", a-t-il expliqué dans son communiqué.

Un choix possible en raison de la création d'ASL, selon son président exécutif. "Nous avons une bien meilleure visibilité sur l'état d'avancement de la production de l'ensemble de l'industrie", dont la propulsion solide et liquide, par rapport à l'organisation précédente, a estimé Alain Charmeau. Il a aussi rappelé que ASL était actionnaire de la société franco-italienne Europropulsion, qui exploite le bâtiment d'intégration propulseurs BIP), qui est le bâtiment d'intégration des étages à propergol solide d'Ariane 5. Du coup, ASL a été "capable de fabriquer un lanceur en avance par rapport à ce qui était prévu", a--t-il expliqué.

Quels bénéfices?

"Nous avons trouvé une solution gagnant-gagnant entre les clients, Arianespace et l'ensemble de l'industrie, a souligné Alain Charmeau. Commercialement, Arianespace a su convaincre Intelsat et Eutelsat de faire ce qu'il fallait pour acheter un lancement simple. Un compromis a été trouvé". Et puis ASL, "en étant actionnaire d'Arianespace, partageait les mêmes intérêts. Ce qui n'est pas forcément le cas si vous n'êtes pas actionnaire". Du coup, cette solution a été trouvée "très, très vite. Les négociations ont duré deux, trois semaine. C'est aussi toute la réactivité qu'apporte cette nouvelle structuration industrielle qui a permis cette solution".

Pour Arianespace, vendre deux lancements de plus était intéressant pour l'effet de série. "Avec huit lancements d'Ariane 5 en 2016, l'amortissement des frais fixes est plus favorable. Le huitième lancement coûte moins cher que les autres", a précisé le président exécutif de ASL. Même chose pour l'industrie. "C'est intéressant parce que fabriquer huit lanceurs permet de baisser un petit peu le coût de chaque lanceur", a-t-il également fait valoir. Enfin, pour Arianespace, il est important de ne pas perdre ses clients au profit de SpaceX notamment. D'où la volonté de ASL, aujourd'hui propriétaire de la société présidée par Stéphane Israël, de lancer rapidement la production de deux Ariane 5 supplémentaires pour 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2016 à 21:00 :
Pourquoi Ariane 5 peut proposer des lancements simples à prix réduit.... Hé bien je vais vous le dire, les SOLDES c'est pas fait pour les chiens. Fallait y penser.
a écrit le 30/01/2016 à 17:46 :
belle réussite , commerciale et industrielle , efforts à poursuivre !
a écrit le 30/01/2016 à 16:50 :
Ariane 4 suffisait pour lancer 5 à 6 tonnes, mais trop complexe et donc trop chère.
Ariane 5 est surpuissance pour un seul satellite et le lancement double est une contrainte "politico/économique" énorme pour la rentabilité d Ariane 5.
Une formule avec 2 configurations : lourde et légère utilisant le maximum d' élément commun fabriqués dans un minimum de lieux est la formule gagnante et c' est Ariane 6.
a écrit le 30/01/2016 à 6:38 :
Le gain espéré par Intelsat grâce aux JO du Brésil doit largement couvrir le surcoût d'un tir simple. Ceci a dû aider à la décision ainsi que la fiabilité d'Ariane 5, le service d'Arianespace et la baisse de prix de revient du lanceur.
a écrit le 30/01/2016 à 0:54 :
Je confirme : j'ai monté un moteur d'ariane V sur ma voiture et ... ça décape sec : je ne roule pas trop vite, je vole trop bas.
a écrit le 29/01/2016 à 17:27 :
Le fait d'avoir parié sur les lanceurs à "poudre" était une excellente idée, cela baisse considérablement le prix de revient d'un engin c'est juste qu'il ne faut pas se planter et avoir une solide connaissance technique mais avec l'expérience qu'ils ont en la matière il y avait de fortes chances qu'ils réussissent.

Pari gagné, bravo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :