Pourquoi la France va perdre son statut de premier exportateur européen de blé tendre

 |   |  852  mots
Malgré une concentration au mètre carré plutôt encourageante, due à la douceur de l'hiver dernier, les agriculteurs ont découvert, lors de la moisson et du battage, des épis anormalement vides, contenant une vingtaine de graines chacun contre la cinquantaine sur laquelle ils comptaient.
Malgré une concentration au mètre carré plutôt encourageante, due à la douceur de l'hiver dernier, les agriculteurs ont découvert, lors de la moisson et du battage, des épis anormalement vides, contenant une vingtaine de graines chacun contre la cinquantaine sur laquelle ils comptaient. (Crédits : REUTERS/Vincent Kessler)
En raison de la mauvaise moisson de cette année, les exportations françaises hors-Union européenne devraient baisser de 60% par rapport à 2015. En Europe, la place de la France sera probablement prise par l'Allemagne.

Encore un déclassement en vue pour la France? Agritel, cabinet de conseil expert des marchés agricoles, le craint bien. L'Hexagone va probablement perdre sa place de leader européen de l'exportation de blé tendre vers des pays tiers, selon un sondage mené auprès d'un panel représentatif de plus de 3/4 de la sole de blé tendre français.

Seul responsable, "Monsieur Météo", pointe le directeur du cabinet, Michel Portier, à l'origine en 2016 d'une moisson catastrophique de seulement 28,68 millions de tonnes de blé tendre: 12,22 millions de moins que l'année précédente, malgré une hausse de 1,2% des surfaces cultivées.

Des fleurs avortées, des épis à moitié vides

La pluie, qui a atteint des records en mai et juin, période de la floraison du blé, ainsi que le peu de luminosité, ont été de véritables fléaux pour le Nord-Est de la France. Malgré une concentration au mètre carré plutôt encourageante, due à la douceur de l'hiver dernier, les agriculteurs ont donc découvert lors de la moisson et du battage des épis anormalement vides, contenant une vingtaine de graines chacun contre la cinquantaine sur laquelle ils comptaient. Une véritable douche froide, puisque "jusqu'au 15 juin, on s'attendait à une production dépassant les 35 millions de tonnes", rappelle Michel Portier.

En termes de rendement, 2016 est devenue la pire année depuis 1983 : 5,48 tonnes par hectare, ce qui représente une baisse de 26% par rapport à la moyenne des cinq dernières années (7,39t/ha). Par rapport à la bonne moisson de 2015, le rendement a même chuté de 30%. "Statistiquement, un tel écart se produit une fois tous les 1.500 ans", souligne Agritel.

Evolution rendement blé

Des graines protéinés mais maigres

Pire, la qualité n'est pas non plus au rendez-vous: le poids spécifique du blé tendre français résulte cette année bien inférieur aux cahiers des charges du marché international, qui requièrent au moins un poids spécifique de 76 kilos pour 100 litres. "Seul 30% de la production, provenant surtout du Nord du pays, atteindra ce niveau, le reste se situant entre 55 à 76 kilos pour 100 litres", estime Agritel. Certes, en contrepartie, le blé français de cette année sera particulièrement riche en protéines, la même quantité d'azote ayant profité à moins de graines. "Mais cette qualité n'a pas encore de marché en France, et ne sera donc pas rémunérée. Il va falloir lui trouver des débouchés", observe Michel Portier.

Agritel prévoit donc que si les exportations intra-européennes pour l'alimentation animale devraient se maintenir, permettant à la France de garder sa première place d'exportateur en Europe, celles vers des pays tiers, de blé meunier, se contracteront. Selon le cabinet, l'Hexagone devrait disposer de seulement 5,1 millions de tonnes de blé tendre destinées aux pays extra-communautaires, soit 60% de moins que l'année dernière. En raisonnant à prix fixes, cette baisse des exportations en dehors de l'UE devrait induire une diminution nette de l'excédent commercial français de 2 milliards d'euros en blé tendre, et d'un milliard d'euros pour les autres cultures (orge, blé dur etc.).

Plus de 25 millions de tonnes de blé prévues en Allemagne

Dans un contexte de plus en plus compétitif, cela impliquera inévitablement une perte de parts de marchés, qu'il va donc falloir récupérer les années prochaines. Au Maghreb, qui entre 2012 et 2015 a été le deuxième acheteur de blé français après l'Union européenne, le Maroc et l'Algérie se tourneront probablement vers le blé de Mer Noire et de Russie. Mais les Etats-Unis, le Canada et l'Australie, qui ont eu ou prévoient de bonnes récoltes, sont aussi de dangereux concurrents, avertit Agritel.

production mondiale blé

En Europe, "le compétiteur qu'il va falloir suivre", susceptible de voler le titre de premier exportateur vers des pays tiers à la France, est l'Allemagne. Même si seulement 30% du blé y a été récolté à ce jour, Agritel prévoit une production dépassant les 25 millions de tonnes, et des exportations hors-UE de 6,65 millions de tonnes. Essentiellement produit dans le nord du pays, où les journées d'été sont plus longues qu'en France, le blé allemand est par ailleurs connu pour être, même à conditions égales, d'une meilleure qualité que le blé français.

Un déficit de 500 euros par hectare

Pour les agriculteurs français les temps s'annoncent donc durs. Pas d'illusion en effet : le marché étant mondialisé, et la production mondiale étant en hausse de 23 millions de tonnes par rapport à la moyenne des cinq dernières années, les prix, au plus bas depuis 2009, devraient le rester. Lors des échanges, le blé français devrait en outre être ultérieurement pénalisé par sa mauvaise qualité cette année.

Agritel prévoit ainsi un déficit moyen de plus de 500 euros par hectare, alors que pour la nouvelle production les agriculteurs devront débourser environ 480 euros par hectare. Les problèmes de trésorerie auxquels seront confrontés nombre d'exploitants se répercuteront par ailleurs sur toute la filière : organismes stockeurs, fournisseurs de semences, d'engrais et de machines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2016 à 10:34 :
Les agriculteurs français feraient mieux de revenir aux fondamentaux à savoir nourrir les gens localement et du coup gagner leurs vies dignement mais étant pieds et poings liés à l'agro industrie ils continuent de se diriger vers l'extermination au grand bonheur des banques qui vont pouvoir récupérer leurs terres à peu de frais.
a écrit le 10/08/2016 à 23:50 :
Au rythme où vont les choses...

Ne jamais oublier qu'à la sortie de la guerre 39/45 les populations crevaient de faim, de cette période est née le souhait de l'indépendance alimentaire de l'Europe.

Lecteurs grincheux et critiques sur notre agriculture, conservez un œil historique sur l'actualité.

Laissez tomber votre agriculture et probablement vos enfants où petits-enfants iront, dans quelques décennies, quémander quelques tonnes de céréales "mélaminées" aux Chinois!
a écrit le 10/08/2016 à 23:49 :
Au rythme où vont les choses...

Ne jamais oublier qu'à la sortie de la guerre 39/45 les populations crevaient de faim, de cette période est née le souhait de l'indépendance alimentaire de l'Europe.

Lecteurs grincheux et critiques sur notre agriculture, conservez un œil historique sur l'actualité.

Laissez tomber votre agriculture et probablement vos enfants où petits-enfants iront, dans quelques décennies, quémander quelques tonnes de céréales "mélaminées" aux Chinois!
a écrit le 10/08/2016 à 14:54 :
Les cerealiers francais sont les plus riches des agriculteurs et de leur region. Chateaux, voitures, vacances, gros tracteurs, congres a l'etranger, rien n est trop beau pour eux en periode de "vaches grasses"
mais maintenant bien sur, c'est l'Etat qui va payer - mais pas avant quelques manifestations bien genantes bien sur
Réponse de le 10/08/2016 à 23:54 :
"Chateau, voiture, vacances, gros tracteurs,"

Concernant les voitures, vous voulez parler des Porsche, Lamborghini où de Ferraris??

Avez-vous d'autres clichés en stock?? Piscines remplies de champagne et entourées d'escorts-girl?
Réponse de le 10/08/2016 à 23:54 :
"Chateau, voiture, vacances, gros tracteurs,"

Concernant les voitures, vous voulez parler des Porsche, Lamborghini où de Ferraris??

Avez-vous d'autres clichés en stock?? Piscines remplies de champagne et entourées d'escorts-girl?
Réponse de le 11/08/2016 à 8:26 :
Château, voiture, vacances, gros tracteur…

Que de clichés !

Quand vous parlez des voitures, vous parlez des Porsche, des Lamborghini ou bien des Ferrari ?

Dans votre inventaire de clichés, vous avez oublié la piscine remplie de champagne entourée de quelques escort girls!
a écrit le 10/08/2016 à 10:54 :
c'est pas populaire et pas d'actualité, mais j'avoue ne pas comprendre l intérêt à long terme de notre pays à épuiser ses sols pour exporter toujours plus de biens agricoles...si on arrivait à produire beaucoup sans dommage je ne dis pas mais ce n'est clairement pas le cas. Plus ça va plus je suis d'accord aussi pour maudire notre conservatisme concernant la PAC au seul profit des gros de la FNSEA et autres agro industriels.
a écrit le 10/08/2016 à 10:33 :
On peut imaginer que les producteurs ne sont pas tous à la même enseigne, y a des petits, moyens, gros, et selon les régions les impacts ne sont pas les mêmes (effet néfaste des "moyennes" qui aplatissent tout mais sont utiles aux statisticiens, économistes, ....).
Ceux qui ont accumulé des surplus de trésorerie les années précédentes seront-ils autant "indemnisés" que les petits et moyens ?
On a déjà eu un problème de production y a pas très longtemps, ça avait fait grimper le prix de la farine, mais une fois revenu à la normale, on n'en a pas vu le prix baisser, étrange, voire bizarre. Ne pas augmenter encore est en fait une 'baisse' (relative).
Réponse de le 10/08/2016 à 16:37 :
les boulangers prétextent la hausse de la farine pour augmenter, mais ne pas baisser ensuite. De meme que les bars répercutent les trois gouttes de petit noir à 3eur, jamais les baisses des cours coefficient de marge brute : multiple de 22.
a écrit le 10/08/2016 à 10:11 :
On prend conscience que ce dont on avait pris l'habitude, -des rendements in fine peu variables-, n'est pas assuré. Pas plus que n'est assuré la qualité des récoltes (il sera intéressant de suivre la problématique "qualité" de cette pauvre récolte, notamment sur les mycotoxines, dont personne ne veut parler.. face à une situation difficile, il va falloir rendre aux agriculteurs un peu de moyens pour protéger leurs récoltes contre les pestes ( fini l'haro sur le baudet relative aux produits phyto..).. Il est toujours intéressant de se replonger dans les grandes crises historiques pour comprendre jusqu'où une situation peut déraper -voir par exemple les conséquences de l'éruption du Laki en 1783, laquelle a conduit à la révolution française..
Réponse de le 10/08/2016 à 21:02 :
je suis bouleversé , ha ! ha ! ha.
a écrit le 10/08/2016 à 7:10 :
Mais merci bcp Martinez et la CGT . la seule chose que la France est sûr de ne pas pouvoir être dépassée par l'Allemagne reste : les grèves .
J'ai bien peur pour l'avenir de ce pays .
Réponse de le 10/08/2016 à 13:29 :
Quel rapport au juste entre la CGT et la météo ?
a écrit le 10/08/2016 à 0:57 :
40 ans d'agriculture intensive ont appauvri considérablement les sols, alors nous sommes partis pour de longues années de déconvenue. On pourra invoqué le climat bien sur ! trop sec , trop froid , trop humide .
a écrit le 09/08/2016 à 18:47 :
Il a fait un temps de m... au printemps. Certainement de la faute à Hollande qui n'a pas exonéré fiscalement le soleil qui est donc allé voir ailleurs.
a écrit le 09/08/2016 à 18:43 :
est-ce que francois hollande et angela merkel ne sont pas des agents étrangers?

manque a gagner nord de la france: 1 milliard
a écrit le 09/08/2016 à 18:41 :
c'est aussi grace à Merkel , la russie fait un carton en RUB grace aux sanctions soutenues par francois hollande
a écrit le 09/08/2016 à 18:37 :
Le french bashing a décidément le vent en poupe, les mauvaises conditions climatiques, c'est la faute au gouvernement, quand les récoltes sont exceptionnelles personne ne s'étonne et les producteurs pavoisent , un article pour rien!
a écrit le 09/08/2016 à 18:28 :
Les attentats, les inondations, la croissance nulle, le chômage, l'Euro-foot raté, les calamités agricoles, manque plus que l'invasion des sauterelles dans ce quinquennat !
Réponse de le 09/08/2016 à 19:34 :
Vous avez oublié le plus important:pas de médailles aux JO!Les DEUX ministres des sports(Kaner et Braillard) doivent démissionner.
a écrit le 09/08/2016 à 18:17 :
Un cata de plus pour mouhllande. Ce type est un vrai porte guigne. Il faut s'en débarrasser.
Réponse de le 09/08/2016 à 18:47 :
Je ne savais pas que Hollande était responsable de la météo? Je ne savais pas qu'il avait ce pouvoir!!
a écrit le 09/08/2016 à 17:42 :
Les abeilles, les récoltes, les sans dents, tout le monde en a marre de Hollande et pourtant, il peut être réélu :-)
Réponse de le 09/08/2016 à 20:45 :
Vous êtes quasi obsessionnel. Lorsqu'il n'y aura plus HOLLANDE, vous allez devoir suivre un traitement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :