La Tribune

PSA promet un vrai redémarrage... en 2015

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alain-Gabriel Verdevoye  |   -  762  mots
Outre l'annonce de pertes historiques au titre de 2012, Philippe Varin, patron de PSA, doit focaliser ce mercredi une partie de sa présentation des résultats financiers du groupe sur... 2015, censée être l'année du redémarrage. Avec le retour supposé à la rentabilité de la division automobile du constructeur tricolore en Europe. PSA détaillera aussi sa stratégie de repositionnement de ses marques.

La situation est grave mais pas désespérére. Tel est le message que Philippe Varin, président de PSA, s'efforcera de faire passer ce mercredi, en annonçant des pertes historiques au titre de 2012. Le patron du constructeur français en crise devrait donc focaliser une partie de son discours sur... 2015, censée être l'année du redémarrage. Avec le retour supposé à la rentabilité de la division automobile du groupe tricolore en Europe. C'est au milieu de la décennie que devraient voir le jour les premiers vrais effets de l'alliance nouée il y a un an avec GM. Le constructeur estime en tous cas qu'il entame déjà l'année 2013 sur une base assainie avec les actions de restructuration entreprises l'an dernier. Entre 2012 et 2014, 11.214 suppressions de postes sont en effet envisagées, dont 3.000 sur le site d'Aulnay promis à la fermeture et 1.400 à Rennes, avec une phase de départs volontaires ouverte jusqu'au 31 décembre.

Diviser par deux la consommation de cash

Le patron de PSA réaffirmera l'objectif d'un "cash flow" opérationnel (flux de trésorerie) à l'équilibre à la fin 2014 et devrait confrmer l'engagement pris en juillet dernier de diviser la consommation mensuelle de cash par deux (200 millions d'euros au premier semestre 2012 pour la division automobile). Philippe Varin doit aussi évoquer une réduction des investissements. Le programme à moyen terme "Rebond 2015" doit faire passer auprès des investisseurs la pilule des... près de six milliards d'euros de perte nette qui devait être publiée pour le compte de  l'année dernière selon les analystes. La firme a annoncé la semaine dernière des dépréciations d'actifs à hauteur de 4,7 milliards d'euros.

Le groupe dévoilera aussi une nouvelle stratégie pour le positionnement de ses marques Peugeot et Citroën, de façon à éviter une concurrence frontale. Citroën devrait ainsi s'orienter au moins partiellement vers des modèles plus simples, plus abordables, tandis que sa gamme DS doit occuper le haut du pavé. Reste à placer Peugeot quelque part entre les deux. 

Que va faire l'Etat?

Malgré les promesses de nette amélioration, la situation de PSA est tellement critique aujourd'hui que le ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac a jugé "possible", vendredi, une entrée de l'Etat au capital de PSA. Une éventualité, toutefois, qui "n'est pas à l'ordre du jour" selon le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici. Un cafouillage gouvernemental qui semble illustrer les hésitations. Les ventes mondiales du groupe automobile avaient chuté l'an dernier de 8,8% à 2,82 millions pour les véhicules montés. Si l'on intègre les modèles vendus en pièces détachées à Iran Khodro (Iran), le plongeon est encore plus spectaculaire: -16,5% à 2,96 millions.

La banque PSA Finance sauvée

Bonne nouvelle, mais temporaire et partielle: la Commission européenne a approuvé lundi une aide de la France au sauvetage financier de la Banque PSA Finance, sous forme d'une garantie de 1,2 milliard d'euros pour une durée de six mois. L'autorisation est subordonnée à la présentation pendant cette période d'un plan de restructuration pour le groupe PSA dans son ensemble, a ajouté la Commission, laquelle justifie cette décision par le fait que "cette garantie est nécessaire pour assurer l'accès de la Banque PSA Finance au marché et éviter tout effet de contagion au système bancaire français, qui affecterait le coût de financement des banques". La Banque PSA Finance (BPF), qui propose des financements aux acheteurs de véhicules Peugeot et Citroën, n'arrivait plus à se refinancer en raison des difficultés du groupe. En octobre dernier, l'Etat avait volé au secours de PSA en accordant une garantie de 7 milliards d'euros sur trois ans à la banque du constructeur. L'accord de la Commission est donc partiel. Il ne conditionne pas l'acceptation des 5,5 milliards restants, pourtant vitaux pour la banque de PSA .

Un possible accord social

Ce mardi, se tenaient des négociations entre la direction et les syndicats sur le plan de restructuration du groupe automobile. Quatre syndicats se sont déclarés favorables à un projet d'accord sur l'accompagnement des salariés concernés. La CFE-CGC, la CFTC, FO et le Syndicat indépendant de l'automobile (SIA), majoritaire à Aulnay-sous-Bois, mais pas la CGT, ont jugé que des avancées positives avaient été faites lors de ces négociations, qui avaient débuté le 7 novembre. Ils ont toutefois précisé que le projet devait être soumis à l'approbation des salariés et ne pourrait, le cas échéant, être adopté définitivement qu'au cours d'un prochain CCE prévu au printemps.

 

Réagir

Commentaires

En attendant...  a écrit le 17/02/2013 à 20:23 :

... PSA devrait ne plus perdre que 4 millions d'euros par jour en 2013 ! Dix fois plus que la guerre au Mali (400 000 euros / jour) !

Bravo à M. Varin et ses équipes !

Gilles1  a écrit le 12/02/2013 à 19:38 :

Avec les syndicats il peut rajouter 10 ans si l'entreprise ne dispraait pas d'iici là.

2015 ! démarrage en côte ! danger ..  a écrit le 12/02/2013 à 17:45 :

les rues les garages les casses les autoroutes les routes sont engorgées de voitures c'est infernal ! même quand il neige les ponts ne peuvent pas travailler pleinement à cause de ces bagnoles qui se trainent de partout les constructeurs et les citoyens sont atteints d'obésité ...mécanique . de plus cette voiture est une grosse vache laitière , que voulez vous de plus , que nous les jetions pour en acheter d'autres ?

en revanche nous pouvons remarquer une fois de plus que la BANQUE peugeot ( 7 milliards ) comme les autres jadis le furent , est sauvée ..elle . hollande est comme sarko il aime les banques .

et l'usine d'AULNAY SOUS BOIS  a répondu le 12/02/2013 à 18:20:

que devient elle ? elle reprend son activite ?

Colere  a répondu le 13/02/2013 à 9:48:

A propos de la banque de PSA : ne fantasmez pas trop. Cette banque finance les stocks de voitures chez les concessionnaires en France et dans le monde. Que croyez vous qu'il se passerait si cette banque ne trouvait plus a se refinancer ? C est simple : dépôt de bilan de 80% des concessionnaires qui subiraient une crise de tresorerie. Les voitures s'empileraient sur les parking des usines... Dépôt de bilan de PSA. Merci d'être moins sommaire dans vos analyses sur le soutien apporte par l'Etat à Banque PSA Finance.

pnv  a écrit le 12/02/2013 à 17:15 :

Dans les années qui viennent les constructeurs automobiles devront produire au moins 10 millions de véhicules par an pour amortir les couts de recherches liés à la protection de l'environnement et autres et pour rester concurrentiels .Aujourd'hui vous avez Toyota , gm, vw qui ont la taille et derrière fiat chrysler, renault nissan ,hyunday-kia ,ford .Pour les autres leur survie passe par des rapprochements pour etre présent sur toutes les gammes sur tous les continents.

Tomibiker  a écrit le 12/02/2013 à 16:11 :

pour mieux caler en 2016 et disparaître du paysage en 2017 ! les pauvres pneus Michelin étaient crevés et le moteur Hollande Renault n'aura pas fait long feu, lui qui carburer à la viande de cheval de Roumanie !

Corso  a écrit le 12/02/2013 à 14:36 :

Les constructeurs franaçais ont amorti la fusion allemande autour de VW avec ses excès prévisibles, ils sont aussi amorti la chute des commandes européennes prévisibles et franaçaises, il faut bien le dire surprenantes sur le 4ème trimestre. L'industrie automobile devient enfin une industrie comme les autres. Le regard doit alors porter sur ces "autres" pour constater que des choix d'abandon ont été fait que l'automobile cachait. Il n'est donc pas question de "re"construire puisque l'action a été volontaire mais ce créer. Sur 66 segments de l'économie réelle, 33 sont laissés de côté pour que le pays ne se consacre qu'à ces grands champions. L'action efficace de la matrice française. Le chômage, nullement considéré est devenu le scandale tabou, la faute à personne. L'automobile se débarrasse de son rôle pesant et de ses faux emplois.

Tony Meuter  a écrit le 12/02/2013 à 14:25 :

2015 est la date objectif de la fusion atlantique lancée en 2005 avec d'imposantes fusions-acquisitions. La fusion GM-PSA semble être un des derniers gros morceaux. Monsieur Varin doit en principe être conscient que s'il s'engage à mutualiser une fonction aussi stratégique et sensible que les achats, il lui sera pratiquement impossible de faire machine arrière. Tous les déboires de PSA sont d'ordre géopolitique.

@tony  a répondu le 12/02/2013 à 16:30:

Je pense qu il y a confusion la fusion c'est avec Opel et non GM ( opel n est plus dans
Me groupe GM), Opel est une marque en perdition ce qui intéresse Peugeot c est que c est une marque allemandes qui pourrai faire objet aides du gouvernement allemand et lui permettre de percer encore plus le marche avec des modeles commun
Comme déjà fait avec citroen. À mon
Avis c e n'est plus la stratégie de Peugeot qui va cherher une alliance avec un
Groupe indien ou asiatique.

pnv  a répondu le 12/02/2013 à 17:07:

@tony je partage votre point de vue concernant le rapprochement avec un constructeur asiatique .Déjà Toyota va remplacer Fiat dans l'usine de Sevelnord qui fabrique des monospaces et des utilitaires , de plus PSA travaille avec cette marque en république tchèque.
Mais pourquoi pas avec Huynday -Kia ? j'ai lu dernièrement qu'un concessionnaire Peugeot allait aménager les locaux de deux de ses concessions pour y vendre des Kia ce qui n'a pas du se faire sans l'accord de Peugeot !!

Lou_Papet  a répondu le 12/02/2013 à 21:56:

@ pnv: +1. De plus en plus de concessionnaires Renault, Peugeot et Citroën se tournent vers Hyundai-Kia pour ne pas disparaître !

Guetteur  a écrit le 12/02/2013 à 14:02 :

Pour faire des voitures ce n est pas des financiers qui doivent diriger mais des patron qui aiment l automobile. Le probleme c est que les investissements ont ete fait pour des projets comme la voiture electriqie ou les hybrides hors de prix alors que c est la gamme que Peugeot devait reniuveller et maintenant il n y a plus rien. De plus Peugeot fait des voitures sans Ame et sans imagination ont est loin de la 205 du coupe 406.

oula  a écrit le 12/02/2013 à 13:56 :

Vu l'autisme des différents pdg de psa qui se sont succédés, leurs faibles compétences et leurs manque d'anticipation, on ne peut qu'ëtre sceptique sur les déclarations de Philipe Varin .

@Oula  a répondu le 12/02/2013 à 15:43:

il faut vite postuler alors

attention  a écrit le 12/02/2013 à 13:53 :

il ne faut pas le croire,peut être a t'il en tête une nouvelle augmentation de capital.

Tomibiker  a écrit le 12/02/2013 à 13:48 :

Il a aussi prédit le jour si c'était pour la Saint François ou la Saint Pierre ?

tontonlapraline  a écrit le 12/02/2013 à 13:30 :

Ah bon, si PSA le dit, suffit de "WAIT AND SEE "....

@tonton  a répondu le 12/02/2013 à 13:52:

Quel est l'intérêt de votre commentaire ?