La Tribune

Grève très suivie, Air France annule beaucoup plus de vols mardi

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Fabrice Gliszczynski  |   -  353  mots
Mardi, la compagnie a prévu d'assurer un peu plus de 50 % de ses vols long-courriers et 70 % de ses court et moyen-courriers, soit beaucoup moins que lundi où 20 % des vols moyen-courriers et 15 % des long-courriers avaient été annulés de manière préventive. Mais la forte participation des pilotes a contraint la direction à procéder à des annulations à chaud.

La participation à la grève contre l?encadrement du droit de grève dans le transport aérien a été bien suivie par les pilotes d?Air France. Plus que prévu par le gouvernement et la compagnie qui a dû procéder à de nombreuses annulations à chaud. Alors que 20 % des vols moyen-courriers avaient déjà été annulés depuis vendredi de manière préventive, la direction a été contrainte d?annuler à la dernière minute (avec des passagers qui sont venus à l?aéroport) plus de 20 % des vols. Sur le long-courrier, quatre vols ont été annulés en plus des 15 % déjà décidés vendredi. Résultat, pour éviter ces annulations à chaud, la compagnie a décidé d?annuler davantage de vols mardi. Ainsi la direction compte assurer seulement plus de 50 % des vols long-courriers et 70 % de ses court et moyen-courriers.

Pour limiter l?impact de la grève, Air France utilise les cadres instructeurs de la compagnie tout en affrétant (louer) des appareils avec équipages. La compagnie suisse Hello ou la tchèque CSA sont sur le pont. Demain, le recours aux cadres instructeurs qui ont volé aujourd?hui sur les vols long-courriers, ne pourra être reconduit.

La forte mobilisation des pilotes d?Air France s?explique par la concomitance du projet de loi sur l?encadrement de la grève et de la dénonciation par la direction de tous les accords et conventions d?entreprise dans le cadre du plan de transformation de la compagnie qui vise, avec KLM, à économiser deux milliards d?euros. Tous les accords depuis 1971 sont concernés. Une provocation pour bon nombre de pilotes interrogés par "latribune.fr" qui « parle de passage en force » du nouveau PDG, Alexandre de Juniac, « d?un manque de dialogue » ou encore d?une méthode qui risque de « mettre le feu aux poudres ».

Même son de cloche pour les hôtesses et stewards, même si la base est plus partagée au regard de la situation inquiétante dans laquelle se trouve la compagnie.

En Bourse, le titre Air France-KLM a perdu 4,14 % ce lundi, à 5,12 euros.

 

 

Réagir

Commentaires

BABASSATOMIC  a écrit le 13/02/2012 à 9:15 :

Bonjour
Pour info concernant les transporteurs aériens.
La réglementation européenne prévoit que les compagnies aériennes doivent indemniser les passagers qui subissent une annulation ou un retard de plus de 3 h : de 250 à 600 euros par passager en fonction de la distance du vol.
Les passagers y ont droit même si la compagnie finit par les ré-acheminer à destination sur un autre vol.
En plus de cela les frais annexes doivent eux aussi être remboursés par la compagnie.
Pour plus d'info, vous pouvez aller sur le site de skymediator.

ahab  a écrit le 07/02/2012 à 15:41 :

L'objet de cette grève n'est pas tant de s'opposer à une proposition de loi, il est vrai bien mal venue, que de faire le tour du ring en préparation du vrai combat. Le premier round est prévu pour le 10 de ce mois , jour où s'ouvrira l'affrontement sur les prochains accords collectifs. Il sera extrêmement violent, déterminant également pour la survie d'une compagnie à laquelle on reste attaché.

le coudrion  a écrit le 07/02/2012 à 13:14 :

les syndicats nous poussent de plus en plus dans le mur et çà coûtera cher!que des irresponsables privilégiés,ils veulent tuer encore plus notre économie et les compagnies aériennes françaises..qu'ils ne viennent pas pleurer le jour ou ils seront tous au chômage,le concensus çà existe mrs les grévistes en cette période de grande difficulté pour tous...

jlmv345  a écrit le 07/02/2012 à 12:36 :

En 12 ans dans cette compagnie,je n'ai jamais fait grève.Je comprends le mécontentement des passagers,car je me suis retrouvée moi même bloquée à paris, après 12h de vol,loin de ma famille,nuit d'hôtel à mes frais etc..Mais je suis triste et en colère quand j'entends et lis des énormités.Ne confondez pas les grèves des agents de sûreté,les contrôleurs aériens....ce n'est pas air france.Il y a aussi beaucoup de "fantasmes",sur notre métier et privilèges.Je ne roule pas sur l'or! Certains mois je gagne 900 euros,car j'ai fait le choix de moins voler pour m'occuper de mon bébé.Nous payons nos billets d'avion (certes pas grand chose),mais nous embarquons que s'il reste des places.Ainsi vous pouvez passer une journée à l'aéroport sans partir.Nous sommes également débarquable en priorité s'il y a un problème.Si on est malade, la compagnie nous enlève des jo urs de repos.Cela reviens à dire à un salarié "tu as été malade,il faut donc revenir dimanche pour travailler".Je ne me plainds pas car j'ai la chance d'avoir du travail,un métier que j'adore,et nous sommes nombreux en avoir conscience.Comme tous les métiers, il y a des avantages et des inconvénients.

Ben voilà  a répondu le 07/02/2012 à 14:15:

Votre message est intéressant, et personne ne pense que cahque individus pris isolément est mauvais... La problématique étant que quoi vous pensiez ou vouliez faire, celui qui décide à la finale, ce n'est ni votre boss, ni votre syndicat ! C'est beaucoup plus simple : c'est celui qui donne sa carte de crédit pour payer une prestation, en l'occurence chez AF-KLM : monter dans un avion et arriver à bon port, l'ensemble à des horaires et un prix convenu et des horaires convenus à l'avance. Le reste n'est qu'illusions.

Ben voilà  a écrit le 07/02/2012 à 11:15 :

C'est vrai que c'est mieux de laisser sur le carreau les passagers qui apprennent en arrivant à l'aéroport que leur avion est supprimé ! Rien à redire là dessus... Pour ce qui est des couts de structure, il est de notoriété publique que la structure AF-KLM est tout à fait adaptée au business mondialisé. Il est urgent de ne rien changer, ni dans les statuts, ni dans les comportement !!!!!

TAUTO  a écrit le 07/02/2012 à 10:51 :

La faillite de Malev compagnie nationale Hongroise existant depuis 60 ans est curieusement passée sous silence par les médias, des milliers depassagers sans recours ,des milliers de salariés au chômage les syndicats d'air france devraient faire preuve de prudence....

Coquelicot  a écrit le 07/02/2012 à 10:42 :

Outre cette question de règlementation indispensable du droit de grève, AF-KLM est confronté à un problème dramatique de coûts principalement salariaux. Les pilotes sont payés plus que dans les autres compagnies et volent moins d'heures chaque mois. Le personnel de cabine est plus nombreux (1 pour 20 passagers chez AF et 1 pour 25 chez LH!). Tous ces "avantages acquis" plombent la compagnie qui doit se remettre en ligne avec la concurrence.
J'ai l'impression que nous sommes partis dans une démarche "à la Seafrance" ou à la "France" où les syndicats sont capables de couler leur employeur!

ilapastoutcompris  a répondu le 07/02/2012 à 22:44:

Les syndicats pilotes ou PNC ne remettent pas en cause une recherche de meilleure productivité! (cf les accords passés).
C'est le déséquilibre entre les forces en jeu (direction et syndicats) crée par cette loi et la dénonciation des accords d'entreprise qui est en jeu.

yvan  a écrit le 07/02/2012 à 10:31 :

Indépendamment du contexte particulier d'Air France, il est évident que le service minimum revient à supprimer le droit de grève. Et là, c'est une liberté (bien maigre, mais tout de même) fondamentale qui est supprimée.

babassatomic  a écrit le 07/02/2012 à 2:16 :

Bonjour
Pour info concernant les transporteurs aériens.
La réglementation européenne prévoit que les compagnies aériennes doivent indemniser les passagers qui subissent une annulation ou un retard de plus de 3 h : de 250 à 600 ? par passager en fonction de la distance du vol. Les passagers y ont droit même si la compagnie finit par les ré-acheminer à destination sur un autre vol. En plus de cela les frais annexes doivent eux aussi être remboursés par la compagnie.
Pour plus d?info, vous pouvez aller sur le site de skymediator.

pot au noir  a écrit le 06/02/2012 à 21:14 :

Moins de vols , moins d'accidents . Belle prise de conscience !

airbanane  a écrit le 06/02/2012 à 21:04 :

Une entreprise qui n'est pas capable de se remettre en question et qui n'est pas viable est vouée à disparaître. Point.
Air France est une entreprise comme les autres.

dul  a écrit le 06/02/2012 à 20:02 :

Aujourd'hui en discutant avec un collègue on se demandait pourquoi le récent aéroport de Metz-Nancy n'arrive pas à "décoller". La raison est là, les passagers préfèrent partir de Charleroi en Belgique, de Francfort ou même Luxembourg et franchement au vu des grèves à répétition en France je pense qu'ils font le bon choix. C'est très bien les français, continuez donc à saboter l'économie de votre pays, les autres ne se feront pas prier pour reprendre votre marché.

panique à bord  a écrit le 06/02/2012 à 17:12 :

Sur les pas de SWISSAIR , SPANAIR ...
Le TGV , les low costs , les Cies asiatiques taillent des croupières a Air France qui ne peux plus compter sur les aides publiques et doit gagner sa vie toute seule . Aujourd'hui plus de 6 milliards de dette !!!

verité  a répondu le 06/02/2012 à 17:55:

6 milliards de dettes, en oubliant qu?AF/KLM bénéficie de près de 4 milliards de trésorerie. Si la « dette » a augmenté de 1,5 milliard ces dernières années, c?est aussi qu?Air France a procédé à des émissions d?obligations pour financer le renouvellement de la flotte. 3,5 milliards de dettes de LH et les 4,7 milliards de dettes BA pour leurs fonds de pension privés et spéculatifs de leurs salariés... intéressez vous au sujet ça vous instruira !

bétise  a répondu le 06/02/2012 à 20:08:

6,5 milliards de dette, une fois compté la trésorerie (sous 10 milliards de dette). Attention à ne pas dire n'importe quoi

bill  a répondu le 06/02/2012 à 20:56:

à vérité, n'oublies pas le déficit du fonds de pension de KLM...