En 2014, l’Etat fut impuissant à relancer la croissance

 |   |  755  mots
Mesures, dispositifs, chocs et pactes se multiplient depuis 2007 pour soutenir le développement des entreprises et relancer l'économie. Avec quel succès ?
Mesures, dispositifs, chocs et pactes se multiplient depuis 2007 pour soutenir le développement des entreprises et relancer l'économie. Avec quel succès ? (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Depuis 2012, les gouvernements ont multiplié les mesures et les dispositifs pour tenter de relancer la croissance et l’emploi. Pour quels résultats?

Mesures, dispositifs, chocs et pactes se multiplient depuis 2007 pour soutenir le développement des entreprises. Certains résultats sont palpables.

Lire Croissance des entreprises : les mesures gouvernementales prises depuis 2006 sont-elles en train de produire leurs effets ?

Mais depuis 2012, l'action gouvernementale vise surtout à relancer la croissance. Une croissance en panne depuis 2011. Dès le mois de juin, les prévisions de croissance du gouvernement sont menacées. L'Insee vise une croissance de 0,7% quand Bercy tablait sur une hausse de 1% du PIB cette année.

Lire Prévisions de croissance 2014 : l'Insee désavoue le gouvernement.

Quelques semaines plus tard, le gouvernement révise à la baisse ses anticipations. Il ne vise plus qu'une augmentation de 0,4% du PIB cette année. En cause ? Une compétitivité fortement dégradée (Lire Un rapport accable la compétitivité tricolore), l'industrie est en difficultés chronique. Lire Où sont passés les deux millions d'emplois détruits depuis 1980 dans l'industrie ?

Sans surprise, les dégâts de la crise de 2008-2009 n'ont pas été réparés.

Lire L'industrie française n'a toujours pas effacé la crise de 2009

En conséquence et sans surprise, l'investissement est en panne.Le taux de marge affiché par les entreprises atteint un plancher inédit.

Lire Investissement : les entreprises sont sur la défensive

Pourtant, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) devient une réalité pour les entreprises. Les premiers versements du CICE ont été effectués en août. Selon l'Insee, Les entreprises ont touché en moyenne 877 euros par salarié.

Lire Le CICE, juste un pansement pour les entreprises ?

Réactivé par Arnaud Montebourg en novembre 2013, le fonds de développement économique et social (FDES), dit fonds de résistance, dispose d'une enveloppe de 300 millions d'euros. Dépendant de Matignon, le Conseil d'analyse économique remet en cause son efficacité.

Lire Le fonds de résistance d'Arnaud Montebourg est-il efficace ?

Pour tenter d'apaiser les chefs d'entreprises, l'exécutif a lancé un choc de simplification. Thierry Mandon, le secrétaire d'État à la Réforme de l'État et à la Simplification auprès du Premier ministre multiplie les annonces.

Lire Avec le numérique, le gouvernement prépare la fin du guichet physique.

Sa tâche est immense. Lire La simplification administrative est-elle en marche ? Pas si sûr et La simplification administrative, un Everest à gravir pour François Hollande !

Lire également Choc de simplification : le code du travail continue de s'épaissir

Faut-il s'en réjouir ou le déplorer, les entreprises françaises ne sont pas les seules à dénoncer la surcharge administrative.

Lire Les PME européennes s'unissent contre la bureaucratie

La complexité est partout. Quand le gouvernement veut soutenir la recherche, il le fait confusément.

Lire Politique nationale de recherche : vous avez dit mille-feuilles ?

Le commerce extérieur souffre. La diplomatie économique mise en place par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, est pour l'instant inefficace.

Lire La diplomatie économique chère à Laurent Fabius tarde à produire ses effets

Elle est notamment impuissante à rééquilibrer le positionnement géographique des exportations tricolores.

Lire Les pays exotiques n'attirent pas les entreprises françaises

Cadeau de Noël avant l'heure, François Hollande a promis qu'il n'y aurait pas de nouvelles hausses d'impôts d'ici la fin du quinquennat, au risque de compliquer un peu plus la tâche du ministère des Finances qui tente désespérément la martingale permettre à la France de respecter ses engagements communautaires en matière de déficit public.

Lire Fiscalité : le grand soir est-il arrivé ?

En attendant, l'activité étant en panne, les sureffectifs dans les entreprises restant élevés, le marché du travail reste bloqué. Faute de moyens, le gouvernement n'a pu augmenter son effort budgétaire en faveur de l'emploi. Mais celui-ci reste élevé.

Lire Budget 2015 : les dépenses consacrées à l'emploi n'augmentent-pas

La situation s'améliorera-t-elle en 2015 ? L'Insee envisage une légère reprise (Lire Croissance : pourquoi une petite embellie est possible), stimulée par la dépréciation de l'euro face au dollar et le recul de cours du brut (Lire Quels sont les effets de la dépréciation de l'euro et de la chute des cours du pétrole sur la croissance ?), sans compter les premiers effets du Pacte de responsabilité et les allègements de cotisations qu'il prévoit et de la loi Macron pour la croissance et l'activité.

Lire Pacte de responsabilité : le gouvernement s'est-il trompé dans ses estimations ?

Lire également Quand Emmanuel Macron tente de mobiliser les chefs d'entreprises

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2015 à 1:52 :
L'Etat ne relance ni la croissance ni l'emploi, on fait dans le bal d'an pire, pas dans le bal d'empire! On fait dans l'empereur de pôle emploi alias empereur social!
On fait dans le crétinisme atlantique qui dit plus y a de monnaie, plus y a de pouvoir d'achat et voila le chômage, les bidonvilles et les défauts de paiement à la mode argentine!
Si 58% des français soutiennent la révolte des médecins, alors à bas les pyrans!
a écrit le 01/01/2015 à 13:27 :
Il y a de grande chance qu'on lise le même article l'année prochaine.
Réponse de le 01/01/2015 à 20:58 :
le tout , c'est d'être cru à chaque fois ! il y a de la marge encore .
a écrit le 31/12/2014 à 12:44 :
Pourquoi écrire cela l'état a matraquer fiscalement tout ce qui bougeait, donc effectivement cela bouge de moins en moins.
a écrit le 31/12/2014 à 10:27 :
En 2014, l’Etat fut impuissant à relancer la croissance. Par contre, on a bien remarqué qu'il faisait tout pour la casser, avec des taxes que même un inventeur du concours Lépine n'aurait jamais imaginé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :