Renault, Nissan et GM pourraient conclure un partenariat stratégique

 |   |  377  mots
Le holding d'investissement Tracinda, premier actionnaire de General Motors, déclare que Renault et Nissan sont intéressés par un partenariat-alliance avec le géant américain de l'automobile. Le fonds demande à GM d'étudier cette hypothèse.

Coup de tonnerre dans le monde de l'automobile. Le holding Tracinda, premier actionnaire de General Motors (GM) à hauteur de 10% du capital, a indiqué, vendredi, que Renault et Nissan sont intéressés par une prise de participation minoritaire mais significative dans le géant américain. Tracinda, holding d'investissement de l'homme d'affaires Kirk Kerkorian, précise dans une lettre envoyée au patron de GM, Rick Wagoner, avoir eu des discussions en vue d'un partenariat-alliance, avec Carlos Ghosn, le patron de Renault et Nissan. Tracinda indique ainsi avoir "compris que Renault et Nissan étaient réceptifs à l'idée d'inclure GM dans leur partenariat et de faire prendre à GM une part minoritaire du capital" de leurs groupes".

Tracinda a aussi transmis des documents au gendarme de la Bourse américain, la SEC, dans lesquels le holding explique avoir demandé au conseil d'administration de GM "de former une commission pour explorer immédiatement et sous tous les aspects, avec la direction, le fait de participer à une alliance-partenariat avec Nissan-Renault".

"Nous pensons que participer à un partenariat-alliance mondial avec Renault et Nissan pourrait permettre à General Motors de dégager d'importantes synergies et économies, ce qui profiterait à l'entreprise et créerait de la valeur pour l'actionnaire", argumente Tracinda.

Tracinda a également envoyé un courrier allant dans le sens d'une alliance avec GM à Carlos Ghosn et Louis Schweitzer, l'ancien PDG de Renault. "Tracinda pense que General Motors, Renault et Nissan devraient explorer une alliance fondée sur le partenariat entre trois groupes [...] ce qui renforcerait les positions concurrentielles des trois", a plaidé l'actionnaire de GM.

Du côté de Renault et Nissan, aucun commentaire n'est formulé sur cette option. GM pour sa part assure qu'il n'a reçu aucune offre ni proposition de la part des deux groupes automobiles. Le groupe assure toutefois que "la demande de Tracinda sera prise en considération par le conseil d'administration". Le marché semble croire à une telle hypothèse, puisque GM gagne plus de 10% en Bourse en début de séance à New York.

En tout état de cause, ces déclarations interviennent alors que General Motors a annoncé, le 27 juin être en avance sur son plan de restructuration, comprenant notamment le départ de 35.000 salariés.

En milieu de séance vendredi, GM progresse de 5,25% à 28,88 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :