Affaire Ghosn : Nissan et Mitsubishi réclament près de 8 millions d'euros à leur ancien PDG

 |   |  452  mots
Trois mois après son arrestation, Carlos Ghosn est toujours maintenu en détention.
Trois mois après son arrestation, Carlos Ghosn est toujours maintenu en détention. (Crédits : Yuya Shino)
Nissan et Mistubishi ont déclaré, ce vendredi 18 janvier, que Carlos Ghosn avait indûment perçu une rémunération de 7,8 millions d'euros via une structure conjointe aux deux constructeurs automobiles aux Pays-Bas. Les deux entités réclament à leur ancien patron la restitution de la somme.

Nissan, à l'origine de l'enquête qui a fait tomber Carlos Ghosn, n'a pas l'intention de laisser respirer son ancien patron et continue de l'accabler. Incarcéré depuis trois mois au Japon, dans des conditions dénoncées par son épouse, l'ex magnat de l'industrie automobile se voit réclamer par Nissan et Mitsubishi près de 8 millions d'euros au titre d'un bonus indûment versé par les deux constructeurs à leur ancien dirigeant via une filiale néerlandaise. Selon l'enquête menée en interne par les deux compagnies, Carlos Ghosn, a reçu ainsi "une rémunération totale de 7 822 206,12 d'euros (taxes comprises)", écrit Nissan dans un communiqué, confirmant des informations données la semaine dernière par une source proche du dossier.

Cela sans sans en informer les deux autres directeurs de NMBV,  Hiroto Saikawa PDG de Nissan et le PDG de Mitsubishi Motors Osamu Masuko qui ont, pour leur part, "touché aucun revenu", poursuit le constructeur. Aussi, considérant qu'il s'agit là "d'une faute" de M. Ghosn, Nissan dit "réfléchir aux moyens de récupérer cette somme" auprès de l'homme d'affaires par le biais d'un dépôt de plainte, précise une personne au fait des investigations.

Ses avocats demandent (encore) sa libération

Il s'agit là d'un nouveau développement dans ce que la presse nomme "l'affaire Ghosn", une saga rocambolesque qui a vu la chute de l'un des hommes les plus puissant de l'industrie automobile. Nissan, qui a commencé à enquêter sur lui à l'été 2018 à la suite du signalement d'un ou de plusieurs lanceurs d'alerte, a transmis à l'automne les informations au parquet de Tokyo, ce qui a abouti à l'interpellation surprise de l'homme d'affaires le 19 novembre.

Lire aussi : Renault : les vrais enjeux du périlleux lâchage de Carlos Ghosn

Depuis, le bâtisseur de l'alliance Renault-Nissan, qui se dit "faussement accusé", dort en prison. Ses avocats ont annoncé, ce vendredi, avoir déposé une nouvelle demande de libération sous caution, après l'échec d'une première requête cette semaine. En attendant son procès, qui n'interviendra pas avant plusieurs semaines, l'homme d'affaires a déjà été démis de la présidence des conseils d'administration de Nissan et de Mitsubishi Motors.

De son côté, Renault, qui avait dans un premier temps plaidé la présomption d'innocence pour ne pas démettre Carlos Ghosn, s'est officiellement mis en quête d'un successeur au lendemain d'un appel de l'Etat français pour une nouvelle gouvernance. Carlos Ghosn a déjà subi trois inculpations pour minoration de ses revenus sur deux périodes différentes et transferts de pertes personnelles dans les comptes de Nissan. Il rejette toutes ces accusations.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2019 à 23:05 :
Dans tous les articles on énumere ce que l'on reproche a Mr Ghosn, vous oubliez une propriété sur la face cachée de la lune ! Après avoir fait gagner des milliards a Nissan!
Donc d'après tout ce que j'ai lu Mr Ghosn ne sortira jamais de prison!je suis vraiment triste pour sa famille !
a écrit le 18/01/2019 à 18:20 :
Faut le comprendre il essaie de se refaire, il a tout perdu au casino des bourses mondiales tel un piètre financier, alors comme de sa position privilégiée il a toutes les clés de 4 boites mondiales c'est tentant ! C'est le roi du pétrole Carlos, il a tous les droits il a sauvé avec ses 2 jambes et deux bras toutes ces boites dans lesquelles les salariés ne servent presque à rien, normalement c'est l'intégralité des revenus de cette alliance qui devrait lui parvenir en une fois sans coup férir, et qu'ça saute comme dirait strauss kahn! Qui va payer mes lustres nom de dieu !

Polytechnicien il n'est pas capable de développer le moindre chassis de bagnole, c'est pas la question, polytech c'est un accessit ça sert à rien d'autre qu'à bénéficier de passes droit.

Les japonais ne comprennent rien à l'élitisme à la francaise, c'est un complot !
a écrit le 18/01/2019 à 17:35 :
Encore un qui n'a pas appris le latin ou a oublié que :
La roche tarpéienne est proche du Capitole .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :