Environnement : François de Rugy pourra compter sur un budget encore en hausse

 |   |  1202  mots
7,279 milliards d'euros seront notamment consacrés au compte d'affectation spéciale pour la transition énergétique.
7,279 milliards d'euros seront notamment consacrés au compte d'affectation spéciale pour la transition énergétique. (Crédits : CC / Pixabay)
Le budget du ministère de la Transition écologique et solidaire atteindra 34,2 milliards d'euros en 2019 soit 3,1% de plus qu'en 2018. L'augmentation doit servir à mettre en oeuvre l'ensemble des feuilles de route annoncées depuis un an, en matière de climat, de biodiversité, de qualité de l'air et d'économie circulaire.

Un milliard d'euros : c'est la hausse des crédits sur laquelle pourra compter le ministère de la Transition écologique et solidaire en 2019 soit une augmentation de 3,1 % du budget qui lui avait été attribué pour 2018, déjà plus élevé que l'année précédente. Même si la récente démission de Nicolas Hulot a jeté des doutes sur l'efficacité de son action, Roquelaure - du nom de l'hôtel du boulevard Saint-Germain où il est installé - bénéficiera de 34,2 milliards d'euros consacrés à l'environnement.

Ces augmentations bénéficieront à l'ensemble des politiques environnementales, notamment à la mise en oeuvre des feuilles de route déjà annoncées depuis l'élection d'Emmanuel Macron, a expliqué le ministère ce vendredi 21 septembre face à la presse : c'est le cas des plans climat, biodiversité, qualité de l'air, et de la feuille de route sur l'économie circulaire.

Les aides directes aux renouvelables augmentées de 1,3 %

Avec 7,279 milliards d'euros consacrés au compte d'affectation spéciale pour la transition énergétique (CAS TE) - en hausse de 1,3 % par rapport à 2018 -,  les aides directes aux énergies renouvelables constitueront le poste le plus important en termes de dépenses. Puisqu'elles prennent la forme de compléments de prix payés aux producteurs sur la base du prix de marché de l'électricité, la baisse des coûts de production des renouvelables couplée à la hausse des prix permettront de démultiplier les effets de l'investissement croissant de l'Etat, souligne le ministère.

Lire aussi : Comment l'Etat veut « faire » mieux sur la rénovation énergétique des bâtiments

« La systématisation des appels d'offres, en remplacement des dispositifs de rachat ou de compensation », participe également de cette recherche d'efficacité des dépenses, estime-t-il. Ainsi, la hausse de la puissance d'éolien terrestre et de solaire installée en 2018 (+ 14 %) « est largement supérieure à la hausse de la dépense publique y afférente ». L'objectif global est celui fixé par la loi de transition énergétique: 40 % d'énergies renouvelables dans le mix français en 2030. Or, pour l'heure, la France n'est même pas sur la trajectoire qui lui permettrait de respecter ses engagements pris en 2008 dans le cadre du paquet climat énergie : 23 % d'énergies vertes.

Le chèque énergie en hausse d'une cinquantaine d'euros

Le gouvernement compte également continuer de recourir à la fiscalité incitative en matière de lutte contre le changement climatique et de pollution. L'évolution de la taxe carbone, fixée l'année dernière pour l'ensemble du quinquennat, se poursuivra au rythme prévu. Les prix du diesel et de l'essence à la pompe continueront de se rapprocher. La partie imputable à la fiscalité des prix de l'essence (indépendamment de l'évolution des cours du pétrole) augmentera donc encore de 2,9 centimes TTC par litre en 2019, après une augmentation de 4 centimes en 2018. Pour le diesel, cette hausse de 7 centimes en 2018 sera de 6,5 centimes en 2019, précise le ministère. Le taux réduit de la taxe sur les carburants (TICPE) dont bénéficient certains secteurs industriels qui consomment du gazole non routier (GNR) sera en outre supprimé. A la clé: environ 950 millions d'économies pour l'Etat. Mais les agriculteurs et le secteur ferroviaire ne seront pas concernés.

Afin de limiter l'impact de cette fiscalité sur les dépenses des ménages, notamment des plus précaires, le ministère prévoit toutefois aussi d'amplifier un ensemble de dispositifs déjà en place visant à les aider à réduire leur consommation énergétique. Satisfait du succès des primes à l'achat de véhicules moins polluants, le gouvernement a ainsi décidé d'augmenter de 47 % les crédits qui y seront alloués en 2019 (570 millions d'euros), tout en en « verdissant » de plus en plus les critères.

Lire aussi : Les biodéchets, futur chantier des déchets

Le chèque énergie - qui s'est substitué en 2018 aux tarifs sociaux du gaz et de l'électricité, et dont bénéficient 3,7 millions de ménages - passera entre 2018 et 2019 de 150 à 200 euros par an en moyenne pour un effort global de 710 millions d'euro. Le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) et le taux réduit de TVA à 5,5 % qui soutiennent les travaux de rénovation énergétique seront maintenus, alors que l'éco-prêt à taux zéro (EcoPTZ) sera simplifié. Une approche « pas très novatrice, mais assumée puisque les objectifs étaient établis », résume le ministère.

2,4 milliards d'euros alloués à l'eau et à la biodiversité

Deuxième chapitre de dépenses, la mobilité, avec 6,99 milliards d'euros, dont 60 % consacrés au fonctionnement et 40 % aux investissements. C'est surtout ce deuxième volet qui va augmenter - « de plus de 300 millions d'euros » -,  atour de deux priorités : l'entretien des infrastructures et les transports du quotidien. 80 millions d'euros supplémentaires seront notamment consacrés au renouvellement des rames de TET et TER. Un fonds national « mobilités actives », d'un montant de 350 millions d'euros sur 7 ans, verra aussi le jour afin d'amplifier la création d'axes cyclables.

2,4 milliards d'euros seront en outre consacrés à l'eau et à la biodiversité - deuxième pilier de la politique environnementale dessinée par Nicolas Hulot. Le ministère continue notamment de compter sur « une partie importante » des moyens des agences de l'eau, dont le 11e programme consacre 12,6 milliards d'euros à la préservation de la biodiversité, à la solidarité territoriale et à l'adaptation au changement climatique. 15 millions d'euros supplémentaires seront aussi alloués au ministère pour renforcer ses moyens d'intervention dans ce domaine.

La composante déchets de la TGAP augmentera dès 2021

Enfin, 1,2 milliard d'euros devront servir la prévention des risques, notamment en matière de qualité de l'air (avec l'incitation à la création de zones à faibles émissions), d'alimentation, d'adaptation au changement climatique et de déchets. Dans ce dernier domaine aussi, le gouvernement souhaite que la fiscalité incitative joue un rôle majeur. Afin d'atteindre l'objectif d'une réduction par deux de la mise en décharge en 2025, il annonce dès à présent une « augmentation sensible » de la composante « déchets » de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) en 2021.

L'objectif est de « renchérir progressivement le coût de la mise en décharge et de l'incinération des déchets, de façon à ce qu'à terme leur coût soit supérieur de 10 euros la tonne à celui du recyclage, ce qui n'est actuellement pas le cas », explique le ministère.

Afin de limiter les effets que cette augmentation de la TGAP pourrait avoir sur les budget des collectivités, il prévoit de l'accompagner d'un ensemble de mesures censées faciliter dès 2019 une diminution des déchets mis en décharge: notamment une réduction à 5,5% de la TVA sur les activités de collecte, de tri et de recyclage, ainsi qu'une baisse temporaire des frais de gestion perçus par l'Etat lorsque les collectivités locales mettent en place la tarification incitative.

Lire aussi : Déchets : le lent essor du réemploi solidaire serait-il menacé?

Comme l'année dernière, le ministère de la Transition écologique et solidaire continuera toutefois aussi de contribuer à la diminution des effectifs de l'Etat. En 2019, les équivalents temps plein baisseront de 2% par rapport à 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2018 à 12:56 :
Félicitation vous allez pouvoir acheter des ours... En lâcher que 5 dans la nature ne sert à rien pour "recoloniser" ! Combien de temps vont ils tenir en se reproduisant et la consanguinité tuera rapidement les générations futurs (si elle existe car a 5 il faudra qu'ils arrivent à ce trouver...)
a écrit le 22/09/2018 à 9:20 :
Le budget de la transition écologique augmente de 3,1 %, ce sont les lobbies éoliens qui vont être contents. Les vendeurs d'un procédé qui ne vent que du vent et qui défigure tout ce qu'il touche là ou il est implanter. Le parc éolien du côté de Dieppe (?) puissance théorique 302 MW pour des km2 de mer pollué. L'ancienne usine de Porcheville près de Mantes la Ville, 3 ou 4 ha pour 2400 MW à l'époque. Cherchez l'erreur.
Réponse de le 24/09/2018 à 9:12 :
Siemens n°1 est mondial de l'éolien (car il n'y pas eu une poignée d'opposants systématique comme en France qui ont fait doubler les prix de l'éolien comme le confirme la CRE en plus de nuire à Alstom qui a dû être vendu à GE qui a emporté avec les turbines Arabelle qui nous lient à GE et aux décisions du congrès américain en cas de vente de porte-avion, de nucléaire, de turbines hydro etc Les anti-éoliens ont fait des dégâts. Siemens estime pouvoir proposer de l'éolien onshore sous peu à moins de 30 euros le MWh en Europe (il est déjà à 17 euros le MWh aux Etats-Unis et sans subventions. Le repowering éolien ne coûte que 15% 20% du prix initial et avec les avancées technologies et meilleure gestion on arrive à augmenter par un facteur de plus de 3 la puissance de nombreux pars éoliens donc de réduire les coûts. Une éolienne terrestre tourne 75% à 95% de sont temps et le facteur de charge moyen en France est de 25% (plus en offshore). Si l'éolien se développe partout dans le monde avec des projections bien supérieures au nucléaire c'est bien parce que c'est peu cher et concluent, n'en déplaise nos attardés d'anti-éoliens en France qui n'ont aucune formation scientifiques ou d'ingénieurs dans ce domaine et n'ont cessé de raconter des inepties et c'est çà qui nous coûte cher. L'éolien lui se développe depuis plus de 30 ans et a largement fait ses preuves partout. Si çà n'était pas le cas il n'aurait jamais eu ce succès mondial, tout comme le solaire dont les prix sont encore plus bas et s'intègre partout, dans le bâtiments, les transports etc et permet de plus en plus d'autonomie énergétique et d'éviter les coûts élevés et lourdes infrastructures de réseau. Les renouvelables ont vocation à s'intégrer le plus possible et ne par rester essentiellement sous forme d'éoliennes ou de parc solaires. On avait une approche de l'énergie très peu efficace jusqu'à présent. Il faut donc comprendre que ce n'est plus le système centralisé classique à l'origine de beaucoup de gaspillages (bâtiments passoires, chauffage et chauffes-eau joule grilles-pain etc)
a écrit le 22/09/2018 à 9:07 :
Je crois que nos politiques marchent tout simplement sur la tête, avec des budgets en permanente augmentation, pour des objectifs que le commun des mortels, voire les scientifiques, sont incapables de comprendre et/ou de définir: "préserver la biodiversité"? Mais que veut dire ce vocable à la mode, et qui tourne à la religion? Sur quelles bases la "perte de biodiversité" est-elle appréciée? - il suffit de lire l'article sur les champignons du figaro de ce jour pour comprendre que nous ne connaissons pas la plupart des espèces-. Sans doute est-ce la réapparition de fièvre porcine africaine qui sous-tend cette crainte, puisque les populations de sangliers sont en augmentation permanente, ce qui va engendrer de problèmes sanitaires majeures? Ce concept sert au surplus de prétexte pour l'abandon de la protection de certaines espèces, tel le buis (Buxus) qui est condamné par les interdictions de traitements (faites un petit tour à Solutré et lisez les doctes panneaux de nos fonctionnaires nous expliquant que la disparition du buis engendrera augmentation de la biodiversité.. "le 11e programme consacre 12,6 milliards d'euros à la préservation de la biodiversité": êtes-vous fous dans vos sphères parisiennes? Nous sommes bien une génération S., S comme .. évidemment puisque nous laisserons une dette fantastique à nos enfants! et dans le même temps, l'argent public subventionne les transports low-cost dévoreurs d'empreinte.. Il faut supprimer ce Ministère qui ne sert à rien, dixit Hulot, que je veux bien croire aujourd'hui! Back to Earth!
a écrit le 22/09/2018 à 8:25 :
Je précise encore que l'application de cette note n°6, page 12, permettrait de régler le problème d'AIRFRANCE et de la SNCF, et bientôt celui d'EDF.
a écrit le 22/09/2018 à 8:09 :
Je précise que le travail et l'énergie représentent une même grandeur physique et qu'il n'y a aucune raison de taxer le travail et de ne pas taxer l'énergie pour financer les charges sociales.
a écrit le 22/09/2018 à 7:53 :
On est loin de la solution qui consiste à appliquer la note n°6 du CAE. Qui le comprendra?
a écrit le 21/09/2018 à 19:34 :
TGAP en augmentation = TEOM (taxe sur les ordures ménagères en hausse) le citoyen fait des efforts de tri et verra sa taxe augmenter pendant ce temps on ne demande aucun effort aux entreprises (il ne faut pas contrarier les "chefs de cordée") du Macron injuste pur jus!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :