Rumeurs sur la Société générale : l'AMF inflige des amendes à deux blogueurs

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a condamné à des amendes de 10.000 et de 8.000 euros deux blogueurs à l'origine de rumeurs sur la Société générale, en août 2011. C'est la première fois que l'AMF applique son règlement concernant la diffusion d'informations inexactes pour une affaire qui s'est déroulée sur Internet.

2 mn

C'est la première fois que l'AMF applique son règlement concernant la diffusion d'informations inexactes pour une affaire qui s'est déroulée sur Internet. REUTERS.
C'est la première fois que l'AMF applique son règlement concernant la diffusion d'informations inexactes pour une affaire qui s'est déroulée sur Internet. REUTERS. (Crédits : REUTERS)

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé jeudi avoir infligé des amendes de 10.000 et de 8.000 euros à deux blogueurs à l'origine de rumeurs sur la Société générale, en août 2011. Dans une décision prise le 7 novembre, la Commission des sanctions de l'AMF a considéré que les deux blogueurs avaient "diffusé une information inexacte sur le niveau d'endettement de cet établissement bancaire". C'est la première fois que l'AMF  appliqu son règlement concernant la diffusion d'informations inexactes pour une affaire qui s'est déroulée sur Internet.

La Société générale avait été sous le feu des marchés en août 2011, au plus fort de la crise des dettes souveraines de la zone euro, les investisseurs s'interrogeant sur la solidité financière de la banque dirigée par Frédéric Oudéa.

 

Le premier blogueur, Jean-Pierre Chevallier, a été condamné à 10.000 euros d'amende. Il est accusé d'avoir communiqué un ratio de solvabilité (capitaux propres rapportés aux dettes) erroné à 2% au 30 juin 2011, contre 9,3% en réalité, faisant croire ainsi que la banque ne respectait pas les règles comptables en vigueur. De surcroît, l'AMF a noté "qu'il ne pouvait pas échapper" à Jean-Pierre Chevallier que l'information était inexacte, lui-même étant un ancien professeur des universités enseignant l'analyse financière.

La sanction dont il a écopé tient toutefois compte, précise le gendarme boursier, du fait que son comportement n'a pas eu de conséquence sur le titre, qui a atteint son plus bas niveau le 10 août 2011, jour où la valeur a perdu plus de 20% en séance.

Pas de vérification avant publication

Le deuxième blogueur, un américain professionnel de la finance nommé Mike Shedlock, a été condamné à une amende de 8.000 euros. Celui-ci a relayé les informations de Jean-Pierre Chevallier sans faire les vérifications élémentaires et a été "fortement incité" par ce dernier "à procéder à la diffusion incriminée", selon l'AMF.

Ce n'est pas la première fois que l'AMF est amenée à se prononcer sur les rumeurs concernant la Société générale à l'été 2011.Dans une autre affaire, elle avait en effet décidé de ne pas ouvrir de procédure de sanction à l'encontre du journal britannique Mail on Sunday.

L'AMF avait alors constaté que le journal avait diffusé dans un article du 7 août 2011 des informations sur la situation financière de la banque française "qui exagéraient gravement la réalité", au point que cela "a pu influencer à tort le marché". Pour autant, le régulateur avait remarqué que le journal avait rectifié rapidement les informations en cause après un échange avec la Société Générale.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 23/12/2013 à 11:28
Signaler
Bravo a SG. Encore une victoire !

à écrit le 29/11/2013 à 7:48
Signaler
Extraordinaire..... un blog est un journal privé ou chacun ecrit ce qu il veut on lit ou on ne lit pas.... La mafia politico financiere a decide de l omerta....malheur à quiconque la brisera....et AMF (armee militaire financiere)....ferait mieux de s...

à écrit le 16/11/2013 à 17:17
Signaler
Offre un cheval à celui qui dit la vérité, il en aura besoin pour s'enfuir (proverbe arabe). Je lis toujours avec intérêt les analyses de JP CHEVALLIER que je trouve très justes. Manifestement, cela commence à gêner...

à écrit le 16/11/2013 à 14:52
Signaler
Petit à petit, on rétablit le crime de lèse majesté...

à écrit le 15/11/2013 à 22:41
Signaler
Bref dans le brouhaha des marchés 2 calepins se sont fait choper … n'importe quoi !

à écrit le 15/11/2013 à 12:26
Signaler
C'est un mode de responsabilisation qui pourrait être étendu à d'autres domaines. Je pense par exemple à diverses précisions parfois contradictoires données sur les forums à propos d'ECOMOUV, la retraite de préfet d'un haut personnage de l'Etat qui n...

à écrit le 15/11/2013 à 12:20
Signaler
Il semble en fait que le principal incriminé avait une vision plus stricte (et probablement plus réaliste) de la notion de "capitaux propres" que celle qui est utilisée dans les rapports officiels, ce qui le conduisait à réduire très fortement le chi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.