Accusé de discrimination raciale, JP Morgan va payer 55 millions de dollars

La banque américaine est accusée d'avoir appliqué des taux de crédits immobiliers plus importants à quelque 53.000 clients noirs américains et hispaniques.
Anaïs Cherif

2 mn

La banque JP Morgan est accusée par le département de la justice américaine d'avoir défavorisé au moins 53.000 clients entre 2006 et 2009.
La banque JP Morgan est accusée par le département de la justice américaine d'avoir défavorisé au moins 53.000 clients entre 2006 et 2009. (Crédits : © Mike Segar / Reuters)

JP Morgan est dans le viseur de la justice américaine. Le département américain de la justice a déposé plainte contre la banque mercredi devant la cour fédérale de Manhattan. Il dénonce un "mépris irresponsable" de la banque envers au moins 53.000 clients noirs américains et hispaniques, entre 2006 et 2009. En cause : JP Morgan leur a appliqué des taux de crédits immobiliers plus onéreux que ceux facturés à leurs concitoyens blancs, présentant le même profil d'emprunt. D'après la plainte, un Noir américain signant un prêt de 191.100 dollars en moyenne a payé 1.126 dollars de plus sur les cinq premières années du prêt qu'un emprunteur blanc. Un emprunteur hispanique avec un prêt de 236.800 dollars a payé en moyenne 968 dollars de plus.

| LIRE AUSSI : Etats-Unis : les Noirs américains victimes de racisme par les chauffeurs d'Uber et de Lyft

La justice accuse ainsi JP Morgan d'avoir violé le Fair Housing Act et the Equal Credit Opportunity, lois américaines garantissant un accès égal au crédit sans discrimination. Choisissant un règlement à l'amiable, la banque va débourser 55 millions de dollars pour mettre fin au litige. A titre de comparaison, la banque Wells Fargo avait accepté de payer 175 millions de dollars en 2012 pour une affaire similaire, précise le New York Times.

JP Morgan visé par une deuxième plainte le même jour

"Nous acceptons de régler ces allégations qui ont trait à la fixation des prix par des courtiers indépendants", a déclaré à Reuters la porte-parole de JPMorgan, Elizabeth Seymour. "Nous nions tout acte répréhensible et nous nous engageons à fournir un accès égal au crédit." D'après la plainte, JP Morgan a laissé à la discrétion de son réseau de courtiers le soin de fixer les taux de crédits, "sans demander de justification" les "encourageant" indirectement à continuer.

Le même jour, le département américain de la justice a également déposé un recours contre JP Morgan pour discrimination de ses salariées depuis mai 2012. D'après la plainte, la banque basée à New York aurait payé au moins 93 femmes moins bien que leurs homologues masculins pour des postes identiques.

| LIRE AUSSI : La parité homme-femme devrait se réaliser... dans 170 ans

Anaïs Cherif

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/01/2017 à 9:30
Signaler
Destructrices du monde et racistes, ce n'est hélas pas une surprise quand on est guidé seulement par le ressentiment.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.