Arkéa : « la Confédération du Crédit Mutuel a une attitude de mauvais perdant »

 |   |  1115  mots
Arkéa va présenter la semaine prochaine et début mai un schéma de séparation bancaire à la Banque de France et à la banque centrale européenne révèle Jean-Pierre Denis, le président du groupe bancaire qui veut sortir du Crédit Mutuel et devenir indépendant.
"Arkéa va présenter la semaine prochaine et début mai un schéma de séparation bancaire à la Banque de France et à la banque centrale européenne" révèle Jean-Pierre Denis, le président du groupe bancaire qui veut sortir du Crédit Mutuel et devenir indépendant. (Crédits : DR)
Jean-Pierre Denis, le président du Crédit Mutuel de Bretagne et de CM Arkéa, dévoile à La Tribune la suite du vote sur l'indépendance : le groupe breton va présenter à la Banque de France et la BCE son schéma de séparation dès la semaine prochaine. Il explique comment rester mutualiste et coopératif sans changer la loi.

LA TRIBUNE : Vous avez annoncé les résultats de la consultation organisée au sein des caisses locales du Crédit Mutuel Arkéa sur le principe de l'indépendance. Quelle valeur a ce vote jugé « invalide » par la Confédération nationale du Crédit Mutuel ?

Jean-Pierre Denis : Je voudrais d'abord insister sur un élément important, au-delà des chiffres qui sont des scores sans appel. La question posée aux près de 2.900 administrateurs était une alternative simple et claire : voulez-vous vous intégrer dans un groupe Crédit Mutuel centralisé ou en sortir en préservant l'autonomie du groupe Arkéa. Ce n'était pas l'indépendance ou la soumission. Il y avait deux options, dont l'une, l'indépendance, avait pour corollaire direct l'abandon de la marque Crédit Mutuel. Ce n'était pas une question anodine mais très engageante. Pour autant, les caisses locales ont répondu en faveur de l'indépendance à près de 95% des votantes, avec un taux de participation de 92%. Cela signifie que la question a été prise au sérieux et que les administrateurs avaient le sentiment d'un choix historique à faire, aux conséquences définitives.

S'agissant de la régularité du scrutin, j'observe que le vote s'est déroulé majoritairement à main levée dans le strict respect de nos statuts, approuvés par la Confédération nationale, et comme cela se fait habituellement dans n'importe quel conseil d'administration, pas seulement chez les banques mutualistes. J'ajoute que 20% des votes environ se sont déroulés à bulletin secret, il suffisait qu'un administrateur le demande pour que ce mode s'applique de droit. Le vote s'est opéré de manière totalement décentralisée, dans 307 caisses, dans une douzaine de départements. Il n'y a pas eu une seule contestation des votants rapportée dans les procès-verbaux, y compris chez ceux qui ont voté contre l'indépendance. Recevoir des leçons de mutualisme de la part d'un organe qui a interdit le vote dans la fédération du Massif Central m'apparaît comme une contradiction.

L'attitude de la Confédération nationale du Crédit Mutuel est celle d'un mauvais perdant. Je peux le comprendre puisqu'elle s'est beaucoup impliquée dans ce vote, intervenant par voie de presse ou sur le terrain, le directeur général ayant tenu des réunions d'information dans les trois fédérations. Quand la Confédération a compris que le vote lui serait défavorable, elle a décidé de contester le résultat par avance. Le vote a été organisé après plusieurs mois de débats contradictoires. Ce vote est fait que cela plaise ou non. Il acte le choix de l'indépendance. Il précède les choix techniques du schéma de séparation qui seront soumis aux administrateurs par la suite.

Quel schéma de séparation envisagez-vous ? Les sociétaires et les personnels auront-ils leur mot à dire ?

Nous allons présenter cette semaine et début mai un schéma de séparation bancaire, à l'issue d'un travail sérieux et approfondi de plusieurs mois, aux autorités de supervision, à la Banque de France (l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) et à la Banque centrale européenne. Nous le soumettrons pour avis à l'information-consultation du comité central d'entreprise d'Arkéa dans un délai de deux mois, qui peut éventuellement être prolongé à 4 mois. Je ne puis en dire plus aujourd'hui, c'est un travail qui doit se faire dans la confidentialité.

Ce schéma de séparation définitif sera ensuite soumis au conseil d'administration des caisses locales à l'automne et aux sociétaires dans le cadre d'une assemblée générale extraordinaire, par la suite.

Comment créer un groupe bancaire coopératif et mutualiste, quand le gouvernement ne souhaite pas modifier le cadre législatif et affirme qu'en cas de séparation CM Arkéa perdrait son statut d'établissement bancaire mutualiste ?

Nous avons étudié plusieurs schémas différents, dont celui de l'organe central qui n'avait pas la préférence des autorités françaises, de peur que l'on ouvre la boîte de Pandore. Nous n'aurons pas ce statut d'organe central, comme beaucoup d'autres banques coopératives européennes, aux Pays-Bas par exemple. Notre objectif est d'avoir un schéma respectant intégralement les principes fondateurs d'une banque coopérative et mutualiste, et qui soit de nature à être agréé par les autorités bancaires.

Qu'est-ce qui fait une banque coopérative et mutualiste ? Est-ce le fait d'avoir le statut d'organe central ou d'organisme central ? Non, ce sont des statuts juridiques, qui permettent aux autorités bancaires de définir un cadre de supervision prudentielle.

Une banque coopérative et mutualiste répond à quatre grandes caractéristiques. La première est la forme coopérative : concrètement, le capital de la société Arkéa est détenu exclusivement par les caisses locales. C'est un mode de détention du capital, selon le principe de la pyramide inversée. Il n'est évidemment pas question d'en changer. Quant aux rumeurs qu'ont fait courir la Confédération d'un projet de cotation et de l'entrée d'actionnaires privés, c'est une vaste plaisanterie, pour le dire gentiment. La deuxième caractéristique est le mode de gouvernance qui associe tous les coopérateurs, à tous les niveaux, des caisses locales et du groupe, reposant sur le principe d'une personne = une voix. Ce régime, nous le pratiquons et nous le retrouverons demain.

La troisième caractéristique est la solidarité financière, entre toutes les parties prenantes. Dans les années 1920, à la création, on appelait cela l'entraide. Nous apportons la protection à toutes les caisses de notre périmètre, par exemple si l'une rencontre des difficultés pour rémunérer ses parts sociales. En 2017, 25% des caisses de Bretagne ont bénéficié du mécanisme de péréquation, c'est encore plus dans le Massif central. C'est la solidarité mutualiste dans le sens où nous mutualisons les risques.

La quatrième caractéristique est un système de valeurs, une « raison d'être » comme dit Madame Nicole Notat dans son rapport [co-écrit avec Jean-Dominique Senard « Entreprise, objet d'intérêt collectif »]. Nous avons par exemple un rapport au temps différent que dans les banques cotées. C'est une philosophie : nous sommes des tenants du temps long. Dans le capital-investissement, Arkéa est la banque française qui de loin consacre la plus forte quote-part de ses fonds propres à cette activité: nous avons plus d'un milliard d'euros d'actifs sous gestion, soit 17% de nos fonds propres, contre 3% à 4% en moyenne chez les banques françaises.

Propos recueillis par Delphine Cuny

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2018 à 22:20 :
Pas tout à fait d'accord.
Arkéa doit gagner son indépendance.
Le crédit mutuel est HS.
Hyper présent en Alsace avec 75 % du marché, ses caisses ne sont pas compétitives.
Arkéa ne veut pas couler avec la maison mère et a raison.
Ah le libérlisme en France, toujours un règlement pour ficeler, lier, nouer, restreindre, bloquer, empêcher...
Reglements barbelés...
a écrit le 24/04/2018 à 8:28 :
Puisque vous étiez apparemment bien informé et apparemment présent dans chacune des caisses au moment du vote (sans doute détenteur d'un don d'ubiquité), n'hésitez pas à porter plainte si vous avez des preuves de ce que vous avancez. Cela vaudra mieux que de rejouer le match après coup. Ça sent un peu trop le trolling.
Par ailleurs, ne vous inquiétez pas pour l'information des sociétaires avant le vote, le Crédit Mutuel a investis beaucoup plus d'argent dans la presse locale et nationale qu'Arkea. la campagne d'information et de de désinformation a joué à plein... Et ça c'est vérifiable.
Réponse de le 20/05/2018 à 1:01 :
Quand on a un peu de réseau et un peu de métier, le don d'ubiquité n'est pas une nécessité.
"Porter plainte" reste un sport favori de Arkéa et la multiplicité de ses échecs dans ce registre constitue d'ailleurs un véritable cas d'école : vous avez peu de chances de me trouver sur ce terrain, je préfère celui du débat, quitte à apprendre que je fais erreur sur tel ou tel point, mais j'attends encore que vous me démontriez que c'est le cas s'agissant des propos de mon commentaire précédent.
Si vous avez envie de poursuivre, voulez-vous que nous évoquions ce qui s'est passé à Châteaubourg, voulez-vous que nous nous parlions du traitement du dossier Arkéa par Ouest-France, des raisons de ce traitement, Ouest-France dont vous aurez du mal à ne pas reconnaître qu'il est le média essentiel pour l''information du plus grand nombre des sociétaires de Arkéa ? Voulez-vous que nous nous attardions un peu sur le talon d’Achille de Arkéa outre sa taille, à savoir son système d'information et de traitement des données ... le GIE ARMONEY, ça vous parle ?
Bien à vous.
a écrit le 24/04/2018 à 0:59 :
Salement gonflé le jeune homme pour oser proclamer que le vote s'est passé de façon normale : des directeurs de caisse transformés en dobermanns par des primes de 15.000 € et briffés pour harceler les administrateurs potentiellement indociles, voire les domestiquer en suggérant au président "d'organiser" le résultat du vote, c'est normal ; la rétention d'informations et de documents par un nombre non négligeable de présidents de caisse soumis d'avance ou soucieux d'un renouvellement de mandat, c'est normal ; l'envoi aux seuls présidents (et non à chaque administrateur comme il en a été pour le soi-disant "projet") de la demande des autorités bancaires européennes de rectifier telles affirmations fausses énoncées dans le dossier "projet", c'est normal ; le sabotage des rares réunions d'information organisées par la Confédération Nationale (gel des places par des proches de la direction, envoi de perturbateurs) pour interdire la propagation de tout discours différent, c'est normal ; le conditionnement des médias du cru abreuvés d’abondants achats d'espaces publicitaires, et même la réduction au service minimum (quant aux infos non favorables à Arkéa) de l'un d'entre eux du fait de liens croisés avec Arkéa, c'est encore normal ; et, cerise sur le gâteau, le conseil d'administration qui vote "mal" et qu'on invite à revoter, ça existe aussi, et c'est toujours normal. Là, s'impose le mythique "Ça c'est vrai ça" de la mère Denis.
Réponse de le 24/04/2018 à 3:30 :
Cela s'appelle de la corruption.
Toutes les strates de la societe sont vermoulues de fe malmafieux.
Le pays des droits de l'homme est tres mal classe sur le corrupt rank world.
Verifiez si cela vous dit.
Réponse de le 24/04/2018 à 17:19 :
c'est quoi ce déversement de vomi et de médisances ? les administrateurs des caisses ont reçu toutes les infos et ont pris leurs décisions en pesant le pour et le contre
Réponse de le 24/04/2018 à 17:22 :
c'est quoi ce déversement de vomi et de médisances ? les administrateurs des caisses ont reçu toutes les infos et ont pris leurs décisions en pesant le pour et le contre
a écrit le 23/04/2018 à 15:18 :
Les comités de direction vont devoir revoir leurs rémunérations a la baisse!!!
a écrit le 23/04/2018 à 11:57 :
Ça c'est de l'argumentation. Pour votre information le vote a eu lieu dans le Sud-Ouest, 85 % de oui, et dans le Massif Central, 100 % de oui (pour les 6 caisses de Crédit Mutuel sur 30 ont bravé les menaces du Président de la fédération qui ne souhaite apparemment surtout pas interroger les sociétaires... On est loin de la démocratie mutualiste vantée par la CNCM).
Il n'est pas question de plus fort. C'est plutôt David contre Goliath ici. Dans une banque mutualiste il est normal que les propriétaires (sociétaires) décident. 94,5% de oui, tout est dit en un chiffre. En Bretagne, dans le Sud-Ouest et dans le Massif Central on préfère la démocratie aux régimes totalitaires, ne vous en déplaise.
Réponse de le 25/04/2018 à 21:47 :
La rétention d'informations et de documents par un nombre non négligeable de présidents de caisse soumis d'avance ou soucieux d'un renouvellement de mandat, c'est normal dans votre démocratie ?
L'envoi aux seuls présidents (et non à chaque administrateur comme il en a été pour le soi-disant "projet") de la demande des autorités bancaires européennes de rectifier telles affirmations fausses énoncées dans le dossier "projet", c'est normal dans votre démocratie ?
a écrit le 23/04/2018 à 8:52 :
C'est moi le plus beau, c'est moi plus fort.....à nos bretons, c'est comme les gaulois ce sont les plus forts !
a écrit le 23/04/2018 à 8:39 :
Regardez les politiciens de Barcelone qui sont mit en prison, avec l'aval de l'UE, alors qu'ayant mit en route la volonté de leurs électeurs.

L'indépendance n'a pas bonne presse, car qui dit indépendance dit intelligence, mode de fonctionnement dans lequel le néolibéralisme n'a aucun intérêt.
Réponse de le 23/04/2018 à 12:48 :
? rien compris a ce gloubi bougla.

La realité est qu'ils n'ont aps la taille critique pour investir . ils vont se faire racheter ou devior fusionner
Réponse de le 23/04/2018 à 13:19 :
"? rien compris a ce gloubi bougla"

"La realité est qu'ils n'ont aps la taille critique pour investir"

Vous n'avez soit disant rien compris à mon commentaire mais au lieu de me poser des questions vous préférez imposer votre vérité... Crédibilité ? Zéro.

Je ne signale donc pas votre trollage car votre technique, classique, étant un cas d'école qu'il serait temps d'éradiquer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :