L'Allemagne a adopté le projet de loi sur le trading à haute fréquence

 |   |  286  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Allemagne vient de voter son texte de loi censé limiter les effets négatifs du trading à haute fréquence. L'opposition juge que celui-ci ne va pas assez loin.

Le Bundestag a adopté jeudi le projet de loi du gouvernement allemand destiné à réguler les transactions boursières à haute fréquence, accusées d'accentuer la nervosité des marchés et la spéculation. Ce texte doit permettre de contrôler les risques de "fluctuations extrêmes et irrationnelles des cours". Cette pratique, qui concerne entre 40% et 50% des échanges sur le marché boursier allemand, permet d'impulser des millions d'ordres par des algorithmes prédéfinis. Elle a été mise en cause après un "krach éclair" à Wall Street le 6 mai 2010, causé par un emballement des ordinateurs après un ordre erroné. Elle est également accusée d'encourager la spéculation.

Éviter des réactions en chaîne sur le marché

La loi prévoit notamment la nécessité d'une licence pour les traders qui en font usage, qui devront aussi configurer leurs machines de façon à éviter des réactions en chaîne sur le marché, conduisant à des scénarios extrêmes. Berlin va également prélever une taxe sur ceux qui feront un usage excessif de cette pratique et renforcer les droits d'information et d'intervention du gendarme allemand des marchés financier, le Bafin.

L'opposition juge que le texte ne va pas assez loin

Les parlementaires de l'opposition social-démocrate et verte ont voté contre le texte, qu'ils jugent ne pas aller assez loin. Ils souhaitaient voir introduite l'obligation pour les investisseurs de ne pas se désengager de leurs positions avant une certaine durée pour décourager la spéculation. Le Bundesrat, la chambre haute du Parlement où l'opposition est majoritaire, doit aussi examiner le texte le 22 mars prochain. Mais un vote n'y est pas obligatoire. La loi doit entrer en vigueur mi-2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2013 à 1:34 :
Il n'y a aucun moyen de contrôler et de déceler un programme informatique d'un être humain. Cette loi n'a absolument aucun intérêt.
Réponse de le 01/03/2013 à 18:17 :
Euh... vous en connaissez beaucoup, vous, des hommes capables de passer des milliers d'ordres et d'en annuler la moitié dans la même seconde ?
et au passage, le verbe que vous cherchiez était "distinguer" et non contrôler ou déceler...
a écrit le 28/02/2013 à 14:12 :
Enfin une prise de conscience effective !
a écrit le 28/02/2013 à 13:55 :
"Ils souhaitaient voir introduite l'obligation pour les investisseurs de ne pas se désengager de leurs positions avant une certaine durée pour décourager la spéculation." Je continue de penser que c'est le meilleur moyen pour arrêter ces pratiques qui ne servent en rien "l'économie réelle". Des achats-ventes en quelques secondes n'ont jamais servi au développement de l'économie.
Réponse de le 01/03/2013 à 1:35 :
Elles permettent la bonne valorisation des biens. Ce qui est l'objectif premier d'un marché.
Réponse de le 01/03/2013 à 10:32 :
Acheter puis revendre quelques secondes plus tard ne permet certainement pas une bonne valorisation. C'est uniquement de la spéculation.
a écrit le 28/02/2013 à 13:51 :
En France, où en sommes nous du projet de loi ? Ne faisons nous que parler et vitupérer, à quand un passage à l'acte ?
Réponse de le 28/02/2013 à 16:35 :
la loi est en vigueur en france depuis aout 2012.
Réponse de le 28/02/2013 à 17:56 :
En France, ce n'était pas une loi mais uniquement une nouvelle taxe (introduite par la loi de finances de l'été dernier - d'où peut être ta confusion -). En l'occurence les allemands vont plus loin et souhaitent réguler, renforcer l'information et les pouvoirs d'intervention, limiter et décourager. Ils ne voient pas qu'une machine à cash.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :