Crédit Agricole ciblé par une enquête en Suisse sur ses taux

 |   |  256  mots
Crédit agricole SA a indiqué avoir renforcé ses provisions pour litiges à hauteur de 60 millions d'euros au troisième trimestre.
Crédit agricole SA a indiqué avoir renforcé ses provisions pour litiges à hauteur de 60 millions d'euros au troisième trimestre. (Crédits : Reuters)
Crédit Agricole SA, la structure cotée du groupe Crédit agricole, est visée par une enquête de l'autorité suisse de la concurrence. Elle concerne le marché des produits dérivés de taux d'intérêt.

Une information restée discrète. L'établissement bancaire a fait savoir vendredi 7 novembre à travers l'actualisation de son document de référence 2013 qu'il était visé par une enquête de la Commission de la concurrence suisse :

"Crédit agricole SA fait l'objet, à l'instar de plusieurs banques suisses et étrangères, d'une enquête de la Comco, autorité suisse de la concurrence, concernant le marché des produits dérivés de taux d'intérêt dont l'Euribor."

L'Euribor est un taux libellé en euro auquel les banques européennes se prêtent de l'argent entre elles et qui sert de référence indirecte pour les crédits aux ménages et aux entreprises. Contactée par Reuters, une porte-parole de Crédit agricole SA n'a pas été en mesure de donner plus de détails sur l'enquête actuellement menée en Suisse.

1,1 milliard d'euros de provisions pour litiges

Le groupe discute par ailleurs avec les autorités américaines de possibles infractions aux règles d'embargo visant les transactions en dollar édictées par Washington.

Fin juin, BNP Paribas, lourdement mis en cause par la justice américaine dans ce type d'infraction, a accepté de s'acquitter d'une amende record de 8,97 milliards de dollars et de plaider coupable de deux chefs d'accusation.

À l'occasion de la publication jeudi de ses résultats trimestriels, Crédit agricole SA a indiqué avoir renforcé ses provisions pour litiges à hauteur de 60 millions d'euros au troisième trimestre, une décision qui porte le montant total de ses provisions à 1,1 milliard d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :