Le distributeur de billets résiste à la montée des paiements électroniques

Le nombre de distributeurs de billets s’érode en France, de 7 % en deux ans, mais le maillage du territoire reste toujours bien assuré, selon une étude de la Banque de France. 99% des Français peuvent accéder en moins de quinze minutes en voiture à un automate.

3 mn

Avec près 49.000 distributeurs automatiques de billets en France, le maillage du territoire reste toujours bien assuré.
Avec près 49.000 distributeurs automatiques de billets en France, le maillage du territoire reste toujours bien assuré.

Le distributeur automatique de billets (DAB) fait de la résistance. Promis à une lente disparition, surtout dans les zones faiblement urbanisées, le parc reste particulièrement dense en France, se félicite une étude de la Banque de France, publiée ce vendredi.

Certes, le nombre d'appareils continue de décroître, de 3 % en 2020, à 48.710 automates (sans compter 25.000 points d'accès au cash chez des commerçants), soit un recul de 7 % en deux ans. Mais la cartographie souligne « une très bonne accessibilité aux espèces sur le territoire » et un maillage du territoire « globalement inchangé d'une année sur l'autre », indiquent les auteurs de l'étude. De fait, la majorité (60%) des suppressions d'automates reste concentré dans des zones urbaines ou périurbaines, déjà largement pourvues de distributeurs.

La France, pays roi de la commune (36.000 communes, soit la moitié des communes européennes), considère toujours l'accès au cash comme un service public, et la Banque de France, veille à ce qu'il n'existe pas de rupture d'approvisionnement dans le territoire. La Banque Postale joue un rôle clé avec ses 7.400 DAB, comme les réseaux mutualistes, dans ce maillage. Résultat, selon l'étude, 99% des Français peuvent accéder en moins de quinze minutes (en voiture) à un distributeur, une proportion stable sur ces dernières années.

Retraits en chute de 15 %

Ce maintien du parc - qui reste à démontrer dans les prochaines années alors que les fermetures d'agences bancaires devraient s'accélérer - peut étonner alors que l'usage du cash régresse, surtout depuis l'explosion du paiement sans contact par carte bancaire, sous le double effet de la crise sanitaire et du relèvement du plafond à 50 euros. Désormais, près 5 milliards de transactions sont sans contact, un volume multiplié par dix depuis 2016, et 60% des achats de moins de 50 euros s'effectuent par ce mode de paiement.

Les banques doivent d'ailleurs s'adapter aux nouveaux usages, le paiement sans contact, le paiement mobile, le paiement P2P (qui lui aussi explosé en 2020) et l'automate est devenu l'unique moyen de gérer le cash en agence bancaire, à la fois pour les particuliers et les commerçants. Ainsi, en 2020, année de confinement, les retraits de cash aux distributeurs ont reculé de 15% en valeur alors que l'utilisation de la carte a bondi de 90%, selon l'Observatoire de la sécurité des moyens de paiement.

Les usagers bancaires sont mis à contribution

Pour tenter de mieux rentabiliser le parc, les banques se sont accordées à augmenter, l'an dernier, la commission interbancaire de retrait (89 centimes par retrait) que les banques se versent mutuellement pour les retraits déplacés (hors de l'enseigne du porteur de carte) de leurs clients. Le retrait déplacé est d'ailleurs de plus en plus fréquemment facturé au client, autour d'un euro par retrait. Parallèlement, les transports de fonds, impactés par la baisse de la circulation du cash, tentent de se diversifier en proposant aux communes les services d'un automate « clés en main ».

Demain, quel avenir pour les distributeurs ? La Banque de France s'abstient de toute projection mais souligne une certaine résilience ces dernières années. De fait, les comportements des ménages vis-à-vis du cash sont parfois contradictoires. Si l'usage de la monnaie électronique s'emballe, la demande de cash reste forte, comme l'a souligné une récente étude de la Banque centrale européenne. Le cash reste le moyen de paiement le plus utilisé pour les transactions de proximité (75% en volume et 48% en valeur) en Europe et surtout les espèces sont toujours très utilisées comme épargne de précaution.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 17/07/2021 à 0:16
Signaler
Qu'en est-il de la disponibilité des distributeurs de billets ou plus généralement des guichets automatiques bancaires? Une présence territoriale sans disponibilité est aussi efficace qu'une absence.

à écrit le 16/07/2021 à 19:30
Signaler
"peuvent accéder en moins de quinze minutes en voiture à un automate" c'est périmé la voiture, il faut voir la durée pour y aller à vélo ! Depuis le 1er janvier 2020, en Suède on doit pouvoir avoir un DAB à moins, je crois, de 20km. Ils se sont rend...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.