Réseaux, impayés, paiements, fonds propres, consolidation : les cinq défis qui attendent les banques en 2021

 |  | 1522 mots
Lecture 8 min.
Le secteur bancaire a traversé la crise sans trop de casse mais va devoir relever de nombreux défis à moyen terme.
Le secteur bancaire a traversé la crise sans trop de casse mais va devoir relever de nombreux défis à moyen terme. (Crédits : Kai Pfaffenbach)
Malgré une crise sanitaire et économique sans précédent, les banques françaises ont démontré leur résilience. Toutefois, cette crise a souligné certaines faiblesses structurelles du secteur bancaire et surtout accéléré les mutations en cours.

1. Redresser la rentabilité

Le message du gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, délivré lors des rencontres de l'ACPR en novembre dernier, est clair : « les fondamentaux des banques françaises sont solides mais la bataille doit porter désormais moins sur la solvabilité que sur la rentabilité ». De fait, la profitabilité des grandes banques françaises demeure faible, autour de 10% en moyenne, un niveau inférieur à celui de la moyenne des grandes banques européennes et surtout, américaines. Des efforts pour améliorer le coefficient d'exploitation sont déjà engagés depuis des années, en particulier dans les activités de banques d'investissement et de marchés.

Désormais, tous les regards se tournent vers les activités de détail, dont les marges ne cessent d'être écrasées par la persistance des taux bas, proche de zéro. En ligne de mire, la réorganisation des réseaux d'agences, jusqu'ici relativement préservés en France au regard des réductions drastiques du nombre observées dans de nombreux pays européens.

Depuis 2015, le nombre d'agences a ainsi globalement diminué de 17,5 % dans la zone euro, plus de trois fois plus qu'en France où la décrue n'a été que de 5 %. Et la crise sanitaire, qui a dopé les usages numériques des services bancaires, semble avoir accéléré le mouvement partout en Europe.

La Société Générale vient cependant d'annoncer une profonde réorganisation de ses réseaux, avec la réduction de 600 agences d'ici 2025. Signe d'un changement d'époque même si c'est moins brutal que chez Santander en Espagne qui a annoncé la suppression d'un tiers de ses agences. Le réseau bancaire français devrait rester le plus dense d'Europe, notamment grâce à la volonté des réseaux mutualistes de maintenir leur maillage du territoire. Toutefois, dans le cadre des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2021 à 11:28 :
redresser la rentabilite?
quand on a prete a 25 ans a des gens pas solvables sans apport a 1%? ils n'ot meme pas eu a l'idee que si le marche se retourne la perte immobiliere est pour eyx!
ah ben si, en fait ils s'en sont rendus compte, alors ils ont demande aux autorites de relacher sur les contraintes pour pouvoir preter encore plus long encore moins cher et avec encore moins d'apport a des gens encore moins solvables!
' encore 1mn monsieur le bourreau'

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :