Brexit : 10.000 emplois financiers menacés au Royaume-Uni

 |   |  436  mots
Sam Woods, directeur général de l'Autorité prudentielle de régulation (PRA) de la banque centrale, n'a toutefois pas précisé si ces emplois seraient déplacés dans tous les cas ou seulement en l'absence d'accord entre Londres et Bruxelles pour accompagner le Brexit.
Sam Woods, directeur général de l'Autorité prudentielle de régulation (PRA) de la banque centrale, n'a toutefois pas précisé si ces emplois seraient déplacés dans tous les cas ou seulement en l'absence d'accord entre Londres et Bruxelles pour accompagner le Brexit. (Crédits : MAX ROSSI)
Environ 10.000 emplois dans la banque et l'assurance pourraient être délocalisés du Royaume-Uni immédiatement après le Brexit, a prévenu mercredi un haut responsable de la Banque d'Angleterre (BoE).

C'est un retour de bâton. Environ 10.000 emplois dans la banque et l'assurance pourraient être délocalisés du Royaume-Uni immédiatement après le Brexit, a prévenu mercredi un haut responsable de la Banque d'Angleterre (BoE). Sam Woods, directeur général de l'Autorité prudentielle de régulation (PRA) de la banque centrale, n'a toutefois pas précisé si ces emplois seraient déplacés dans tous les cas ou seulement en l'absence d'accord entre Londres et Bruxelles pour accompagner le Brexit.

"L'effet à court terme, sur la base des plans de secours que nous avons reçu des banques et des compagnies d'assurance, (...) devrait être d'autour 10.000" emplois perdus pour le Royaume-Uni, a-t-il déclaré devant une commission parlementaire de la Chambre des Lords. Coeur financier de l'Europe, la City de Londres est angoissée par la décision des Britanniques de quitter l'UE, qui pourrait priver les établissements basés au Royaume-Uni du passeport financier européen qui leur permet de conduire leurs affaires sans entrave dans tous les pays du bloc continental.

Risque d'un Brexit sans accord

M. Woods a toutefois ajouté qu'il serait "surpris" si les banques et sociétés d'assurance transféraient plus que 10.000 emplois dans l'immédiat, au vu des informations que la BoE a reçu cet été de leur part. "Pour inscrire ça dans le contexte, cela représente moins de 1% des emplois financiers (du Royaume-Uni) et 2% des emplois dans la banque et l'assurance" a précisé le responsable. Le Royaume-Uni doit sortir de l'UE à la fin mars 2019 mais les autorités britanniques et européennes peinent à progresser dans les négociations de sortie, au point que le risque d'un Brexit sans accord commence à être agité. Interrogé sur l'impact à long terme en cas d'absence d'accord, M. Woods a estimé que les chiffres de 65.000 à 75.000 d'emplois financiers perdus mis en avant depuis mardi par la BBC s'inscrivaient "dans le champ des possibles".

Il a toutefois précisé que ces chiffres étaient issus à l'origine d'une étude d'un cabinet spécialisé, qu'ils n'étaient pas officiellement confirmés par la BoE et qu'ils concernaient les emplois financiers au sens large - c'est-à-dire en comptant aussi les fonctions juridiques et comptables. L'impact du Brexit continue de faire l'objet de féroces débats au Royaume-Uni. Mercredi, le centre d'étude indépendant Niesr a jugé que la baisse de la livre et le ralentissement de l'économie britannique subis depuis l'an passé étaient "une conséquence du vote pour le Brexit" qui avaient entraîné une perte moyenne de 600 livres par an dans le revenu des ménages (680 euros).

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2017 à 14:28 :
Dans un contexte d’inflation des prix, la réalité :
Young people are borrowing to cover basic living costs, warns City watchdog
https://www.theguardian.com/business/2017/oct/16/young-people-are-borrowing-to-cover-basic-living-costs-warns-city-watchdog
Les prix des produits importés ont grimpés de 10 à 15 % pour compenser la baisse de la £.
Taux d’inflation de 0,3% d’aout à septembre.
Le nombre des 18-34 ans insolvables a augmenté de 31,3% de 2015 à 2016.
Marché automobile fin septembre, depuis le début de l’année : « l'Italie (+9 %) et de l'Espagne (+6,7 %). L'Allemagne (+2,2 %) et la France (+3,9 %) sont dans le vert sur ces neuf mois. Parmi les cinq grands marchés, seul le Royaume-Uni a subi un déclin (-3,9 %) ».
2014, première croissance des grandes nations européennes.
2018, prévisions : bonne dernière.
La progression des prix dans l’immobilier s’est calmée, mais ils sont toujours trop élevés.
Trump veut taxer les Bombardier irlandais à XXX%
A peine élue, Theresa May s’est engagée dans une tournée mondiale en espérant lier des accords d’échanges économiques dans le dos de l’EU ! Peine perdue, aucun état ne se risquera à signer avec le Royaume-Uni, nain économique isolé, face à la puissante Europe.
Pré-Brexit, pas de problèmes, même pas mal ?
a écrit le 01/11/2017 à 23:33 :
Pas digne de La Tribune de faire dans le sensationnel.
Venez à Londres et jugez sur place ! Tout le monde investit massivement !!
a écrit le 01/11/2017 à 16:58 :
Un emploi de financier de perdu cent emplois normaux de gagnés, bientôt le RU va finir en véritable paradis sur terre.

"et qu'ils concernaient les emplois financiers au sens large - c'est-à-dire en comptant aussi les fonctions juridiques et comptables"

Veinards d'anglais.
a écrit le 01/11/2017 à 16:26 :
10 000 sur un million, c'est marginal, ça fait quelques open-space. On va leur construire une tour à la Défense ? :-)
Les grands nombres sont souvent intimidants. Pire quand on brasse les milliards (de livres, de dollars, euros, .. voire d'habitants).
a écrit le 01/11/2017 à 14:59 :
Arrêtez de nous enfumer avec des chiffres incontrôlables.
Vous n'en savez rien.
Un peu de déontologie dans l'information, ce ne peut être que des estimations bien peu contrôlables.
Réponse de le 01/11/2017 à 16:29 :
OK avec teddy . Il est par ailleurs écrit , mais en tous petits caractères , que ceci représente " Un pour cent des emplois financiers au Royaume Uni ".
Arretez donc SVP les titres accrocheurs , LT n'est pas que je sache de la presse people .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :