Bruno Le Maire favorable à une monnaie numérique publique

 |   |  426  mots
(Crédits : Philippe Wojazer)
Le ministre de l'Economie et des Finances propose d'engager une réflexion sur une monnaie digitale émise par des banques centrales, réplique au projet Libra de Facebook. Le gouverneur de la Banque d'Angleterre avait présenté une proposition similaire le mois dernier. Christine Lagarde juge l'idée très intéressante.

Face au projet Libra de Facebook, les Etats et banques centrales contre-attaquent. Très réservé à l'égard de cette monnaie virtuelle à l'ambition mondiale présentée par le réseau social en juin, le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire envisage un contre-projet public. Dans un entretien accordé au journal La Croix à paraître ce vendredi 6 septembre, le ministre déclare ainsi :

« Je propose [...] que nous engagions une réflexion sur une monnaie numérique publique émise par les banques centrales qui garantirait la sécurité totale des transactions, leur rapidité, leur simplicité et leur gratuité. »

Il relève que le vrai défi, pour les systèmes de paiement traditionnels, consiste à « réduire les délais de fonctionnement, les délais de transition et les coûts des opérations financières transfrontalières. » Il suggère d'avancer « lors des prochaines assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale en octobre. »

Des monnaies digitales de banques centrales

La déclaration du ministre français intervient quelques jours après une proposition un peu similaire émise par le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, lors du symposium des banques centrales à Jackson Hole le 23 août. S'exprimant sur les défis de la politique monétaire dans le système financier international actuel, ce banquier central très respecté avait exposé l'idée d'une monnaie hégémonique synthétique (SHC en anglais) qui pourrait être émise par « un réseau de monnaies digitales de banques centrales ». Cette monnaie d'un genre nouveau pourrait  « atténuer l'influence dominante du dollar dans le commerce international ».

Interrogée sur le sujet lors de son audition par le Parlement européen ce mercredi, Christine Lagarde, la future présidente de la Banque centrale européenne s'est dite « très intéressée et intriguée par la proposition de Mark Carney, que de grandes banques centrales s'unissent pour créer une sorte de monnaie digitale, de "stable coin" de même nature que le Libra.»

Bruno Le Maire a de con côté déclaré que « la France doit être un grand pays d'innovation financière. Nous soutenons par exemple le développement de la Blockchain. Mais cette innovation ne doit jamais se faire au détriment de la sécurité du consommateur ou de l'épargnant. Or nous avons vu, dans les derniers mois, que certains produits étaient particulièrement risqués. En tout état de cause, la France refuse qu'une entreprise privée se dote des moyens de la souveraineté d'un État.»

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2019 à 6:10 :
La monnaie électronique à tué notre économie. Nos centres villes deviennent des déserts commerciaux, les agences bancaires ont fermé puisqu'il n'y a plus besoin de guichets ni de coffres, Et dans chaque quartier, chaque lotissement, 4 camionnettes de livraison de colis internet viennent livrer les commandes chaque jour.
En remettre un couche avec une nouvelle monnaie électronique? Autant achever l’économie.
Par contre, remettre massivement du cash dans la société en considérant que le risque d'argent noir -qui reste local- est préférable aux milliards que l'on envoie chaque mois aux USA et en Chine, là il y aurait de quoi relancer la croissance....
a écrit le 08/09/2019 à 22:24 :
"Bruno Le Maire a de con côté déclaré que"
son côté
a écrit le 08/09/2019 à 7:41 :
Horrible,
Ce n'est pas un nouveau Bitcoin libre qui les intéresse, mais une chimère sous contrôle total !
L'état français fasciste ne veut qu'une chose : Avoir la mainmise sur le moindre centime de transaction libre. Sous couvert de "modernité" ; de "sécurité", c'est la fin de la monnaie liquide et de toute liberté : Pouvoir central ; taxation automatique au maximum possible.
C'est juste la suite logique de la digitalisation que nous avons tous subie.
Rappelons juste qu'en France on ne peut plus faire de transaction en liquide au delà de 1000 Euros ! Ca doit être leur idée de la libre circulation des biens..
Et pour bâillonner les opposants, c'est très simple : Le fisc connaît tous nos comptes.. Il n'y a qu'à se servir pour asphyxier le mouton noir, au pire à l'aide d'une nouvelle loi bidon de circonstance..
Affreux !
Réponse de le 08/09/2019 à 18:40 :
L’État ne veut pas que les règles fiscales soient contournées et pour vous c'est du fascisme?
Les délinquants en col blanc partagent vos rêves bien plus par appât du gain que par idéalisme.
a écrit le 07/09/2019 à 18:08 :
Logique vu qu'ils ont anéanti l'Euro du fait de leur dumping fiscal mais s'ils font pareil avec cette monnaie numérique cela ne fera qu'alimenter leurs paradis fiscaux.

Bref la croissance c'est définitivement fini en UE.

Je mise sur la Libra !
a écrit le 07/09/2019 à 14:51 :
On peut utiliser le terme de cryptomonnaie, mais en réalité la seule innovation est Bitcoin. Bitcoin est une invention qui vaincra, là où l'or a échoué. Et une façon de remettre en scène l'école économique Autrichienne.
Nous avons désormais, une monnaie résistante à la censure, et protégée contre toute forme d'inflation : Bitcoin.
a écrit le 07/09/2019 à 14:13 :
Je ne comprends pas bien l’intérêt de cette action. Est-ce pour sortir de l’euro comme le recommandent certains économistes? Si c’est le cas, pourquoi pas, mais alors jouons carte sur table: l s dettes ne seront pas payés en euro. Cela signifie que l’assurance vie est à risque. En France, on a besoin d’une forte expansion monétaire pour relancer la croissance et d’une forte inflation pour diminuer le poids de la dette. Rien de tout cela n’a changé. Une monnaie virtuelle permettrait de stimuler l’émission monétaire sans que l’Allemagne n’y puisse quoi que ce soit. Elle se retrouverait avec des piles de dettes en euros adossées à un stock d’actifs qui irait en se réduisant. Les particuliers pourraient enfin se passer des circuits bancaires pas très favorables aux intérêts de 90% de la population. Après... qui va se retrouver en short? Les banquiers, peu probable: il serait assez bien placé pour réagir rapidement. Les épargnants en obligations ou en assurance vie... Là, ça risque d’être compliqué pour eux.
a écrit le 06/09/2019 à 17:34 :
C'est vrai qu'un moyen qui permettrai de rendre l'exil fiscal légal serait une bonne chose pour précipiter la fin du capitalisme du XXe siècle.
a écrit le 06/09/2019 à 16:32 :
Tout l'intérêt des monnaies digitales réside dans le fait qu'elles sont décentralisées et hors de contrôle des banques centrales. La caution d'une banque centrale ou de plusieurs peut apporter de la stabilité à une monnaie digitale mais cette souveraineté lui enlève sa souplesse.
Réponse de le 07/09/2019 à 15:09 :
Bitcoin est totalement décentralisé, et personne ne contrôle Bitcoin; Par contre, les autres sont tous, sous le contrôle d'un petit groupe de personnes.

Les envenimements de 2017 ont rajoutés de la confusion, mais il y a: Bitcoin et le reste. Bitcoin est une opération de long terme. Le reste est une opération de court terme dont la valeur repose sur le marketing.
Réponse de le 07/09/2019 à 15:09 :
Bitcoin est totalement décentralisé, et personne ne contrôle Bitcoin; Par contre, les autres sont tous, sous le contrôle d'un petit groupe de personnes.

Les envenimements de 2017 ont rajoutés de la confusion, mais il y a: Bitcoin et le reste. Bitcoin est une opération de long terme. Le reste est une opération de court terme dont la valeur repose sur le marketing.
a écrit le 06/09/2019 à 14:41 :
"La France refuse qu'une entreprise privée se dote des moyens de la souveraineté d'un État" cala semble évident, seul les états disposent de moyens régaliens et judiciaires pour protéger sa monnaie et protéger ses citoyens des abus de toutes sortes ...les cryptoactifs ( appelés à tord "cryptomonnaie " ne sont que des erzatz ouvrant la voie à toute sorte de trafic, combines magouilles et arnaques....
a écrit le 06/09/2019 à 14:17 :
" La déclaration du ministre français intervient quelques jours après une proposition un peu similaire émise par le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney.ce mercredi, Christine Lagarde, la future présidente de la Banque centrale européenne s'est dite " très intéressée et intriguée".

Tout cela m'a l'air bien orchestré.
a écrit le 06/09/2019 à 14:01 :
pour combler d un simple clic le déficit abissal de l FRANCE ! UTOPIE
a écrit le 06/09/2019 à 13:05 :
Un commence à se bouger le derrière, il était temps !
a écrit le 06/09/2019 à 12:38 :
La monnaie virtuelle existe déjà !! et disons qu'au vue de ce qui se passe actuellement, franchement la virtualisation rend la monnaie aléatoire et les conséquences de banques ou autres groupes financiers qui auraient des problèmes de trésoreries, serait les premiers enchanté!!!
Et surtout en quoi cela changerait l'existant? si ce n'est rendre plus difficiles les solutions lorsque les problèmes monétaires apparaîtraient.
Et ce serait les états qui se portent caution? Etrange scénario !!!!!
a écrit le 06/09/2019 à 11:00 :
Ce qui prouve bien encore une fois l'efficacité du secteur privé : " la mouche du coche " dans les modèles d'innovation de toute sorte …. et c'est alors seulement à ce moment que la puissance publique, toujours à la traîne, se mobilise s'apercevant "perdre la main" dans le domaine concerné !!surtout celui de la monnaie !!!!
a écrit le 06/09/2019 à 9:29 :
Il n'a visiblement pas compris que l'un des intérêts majeurs des cryptomonnaies type Bitcoin est d’être affranchie des états et banques centrales.
Réponse de le 06/09/2019 à 11:59 :
Sauf que les cryptomonnaies ne présentent aucune garantie sur leur valeur. Il n'y a qu'à voir les variations du bitcoin.
Réponse de le 06/09/2019 à 13:41 :
Oui, mais il finira par le comprendre ;-)
a écrit le 06/09/2019 à 9:20 :
Il faudrait que les services du ministère expliquent au Ministre que la monnaie est déjà très largement numérique : il y a très peu de monnaie "papier" en circulation, rapportée à l'ensemble de la Masse Monétaire. La monnaie scripturale, c'est à dire inscrite dans les comptes des banques, est parfaitement numérique. Les réserves des banques en monnaie papier sont très faibles. L'enjeu n'est donc pas la nature digitale de la monnaie, mais les circuits de son émission et qui la contrôle et réglemente.
a écrit le 06/09/2019 à 9:16 :
Tout ce qui concourt à ébranler la crédibilité de l'Euro est à proscrire. La situation délétère actuelle, - taux d'intérêts négatifs, dettes pharaoniques des états, bulles des actifs immobiliers, montée de l'Or..- est suffisamment sérieuse pour que les politiques, Christine Lagarde en tête, ne jouent pas à ce petit jeu! Abandonner la gestion rigoureuse de notre bien commun, l'Euro, entrainera des catastrophes dont nos politiques ne semblent pas avoir conscience!
a écrit le 06/09/2019 à 9:09 :
bon, il n' a pas compris la philosophie des cryptomonnaies, qui ne sont pas des monnaies..........
le but c'est de faire des echanges hors systeme, vu les volumes ahurissant de monnaie papier cul qui va etre imprimee grace au QE
c'est pas pour se resservir une louche de cryptomonnaie officielle, ou il se passera exactement la meme chose qu'avec les monnaies normales qui subiront ' la fuite devant la monnaie'
a écrit le 06/09/2019 à 8:39 :
Les monnaies sont deja largement dematerialisées et Nono et Cricri ils sont trop forts, il vont nous reinventer les DTS
a écrit le 06/09/2019 à 8:28 :
Culotté de la part de Bruno le Maire de venir nous parler de préserver la sécurité du consommateur et de l’épargnant quand on sait qu’en cas de nouvelle crise systémique, le même bonhomme ira piocher dans les comptes en banques des citoyens pour refinancer les banques...
a écrit le 06/09/2019 à 7:59 :
Probablement le fruit des discussions lors la dernière réunion des oligarques mondialistes du groupe Bilderberg...

La fin programmée de l'argent liquide et celle des libertés du citoyen en somme...à moins que les peuples européens ne se réveillent et redonnent un sens à la Démocratie !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :