Comment mieux financer la transition écologique ? Cinq choses à retenir du rapport Holroyd

 |   |  1402  mots
(Crédits : Pixabay)
Le député LREM Alexandre Holroyd a remis à Barbara Pompili et Bruno Le Maire son rapport sur la finance verte. Le document regroupe 24 recommandations afin de mieux mobiliser le système financier au service de la lutte contre le changement climatique. Un Livret A ou un LDDS plus vert, un nouveau label "transition", un institut de la finance verte, une base de données extrafinancières accessible et gratuite, un incubateur dédié aux fintech "green"... Voici les cinq points qu'il faut en retenir.

Alors que le gouvernement promet un plan de relance "vert", avec 30 milliards d'euros consacrés à la transition écologique, Alexandre Holroyd, député des Français établis hors de France, a remis, le 22 juillet dernier, un rapport sur la finance verte à la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, et au ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Fruit de six mois de travail et de plus de 150 auditions, ce document liste 24 recommandations pour permettre à la place parisienne, pionnière en la matière, de s'ériger en capitale mondiale de la finance verte, qui désigne les activités financières visant spécifiquement la protection de la planète.

"Au terme de cette mission, ma conviction est que cette crise doit impérativement être un accélérateur du développement de la finance verte, essentiel à la transformation de nos économies. Le secteur financier doit s'adapter aux défis climatiques et se verdir considérablement, en favorisant les activités durables et de transition aux activités 'brunes'", expose le parlementaire.

"Le rapport propose un plan d'actions concret et réaliste, tout à fait cohérent avec la volonté de faire une relance verte", commente Philippe Zaouati, directeur général de Mirova, filiale de Natixis IM spécialisée dans la finance durable. Il ajoute toutefois que "la seule faiblesse du rapport est d'avoir peu mentionné les sujets sociaux et la finance solidaire qui est une part importante de la finance durable en France". "L'analyse ESG et les labels de la finance durable mettent précisément sur le même plan les impacts environnementaux et sociaux", souligne-t-il.

Lire aussi : L'ESS à l'épreuve du coronavirus, la finance solidaire comme...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2020 à 13:48 :
Ce qui va être financer c'est "le cosmétique" et "la com" mais aucun progrès!
a écrit le 28/07/2020 à 11:30 :
Finance verte, diantre, du temps perdu, bcp d'argent jete par les fenetres, pendant ce temps ailleurs on s'active pour des choses serieuses. Pauvre France perdue.
a écrit le 28/07/2020 à 11:22 :
Comme si le pouvoir politique avait une quelconque influence sur la finance. Amis journalistes arretez svp de nous raconter des histoires, arrêtez de vous raconter des histoires vous voyez bien qu'elles ne tiennent pas la route une seconde.
a écrit le 28/07/2020 à 9:33 :
Pour conserver les terrasses l'hiver, il va falloir que les restaurateurs installent des panneaux solaires, ils sont de plus en plus performants et de moins en moins chers.
a écrit le 28/07/2020 à 8:37 :
de retour nos anciens prendait les écolos pour des extraterrestes
a écrit le 28/07/2020 à 2:32 :
Je crois que le choix d'une façade végétalisée, est le pire choix qu'on puisse faire pour illustrer la transition écologique. A moins que ça ne soit un choix ironique, de la part du rédacteur de l'article ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :