Deutsche Bank se voit "dans la bonne direction", le marché doute encore

 |   |  520  mots
Nous allons dans la bonne direction sur les coûts et la qualité de notre bilan est solide a déclaré le directeur général de Deutsche Bank, Christian Sewing.
"Nous allons dans la bonne direction sur les coûts et la qualité de notre bilan est solide" a déclaré le directeur général de Deutsche Bank, Christian Sewing. (Crédits : Deutsche Bank)
La première banque allemande assure faire des progrès dans sa restructuration. Les investisseurs se montrent encore sceptiques. L'action, en baisse de plus de 2% ce jeudi, pourrait sortir de l'indice Euro Stoxx 50.

Il faudra encore du temps pour convaincre les investisseurs que Deutsche Bank va mieux. Le nouveau patron de la première banque allemande, Christian Sewing, a souligné ce mercredi les progrès accomplis dans la voie du redressement, lors de la publication des résultats semestriels, meilleurs qu'attendu. Le bénéfice net du deuxième trimestre est toutefois en repli de 14% à 401 millions d'euros, pour un produit net bancaire de 6,6 milliards d'euros, stable.

"Nous conduisons d'importants changements dans nos activités principales comme promis, nous allons dans la bonne direction sur les coûts et la qualité de notre bilan est solide" a déclaré Christian Sewing dans le communiqué des résultats.

Le patron s'est aussi attelé à remonter le moral des troupes :

"Les trois derniers mois m'ont rendu confiant. Nous avons fait les premiers pas et nous constatons déjà les premiers signes de changements dans nos résultats", a-t-il écrit dans un message adressé aux salariés et rendu public par la banque. "Qui aurait pensé, il y a trois mois, que nous aurions pu accomplir d'importants changements dans nos cœurs de métiers en seulement un trimestre ?" s'est-il félicité.

Le marché ne semble pas si époustouflé. L'action Deutsche Bank accuse une baisse de 2,4% ce mercredi une heure et demie avant la clôture. Elle a perdu 36% de sa valeur en un an, a touché un plus bas historique le mois dernier et ne capitalise plus que 21 milliards d'euros.

Bientôt évincé de l'Euro Stoxx 50 ?

Deutsche Bank risque d'ailleurs fort probablement d'être évincée de l'indice Euro Stoxx 50 (dont elle fait partie depuis 20 ans), lors du passage en revue des composants de l'indice début septembre. L'un des candidats à son remplacement serait la banque italienne UniCredit (32 milliards d'euros), selon les analystes de la Société Générale. Une sortie de l'Euro Stoxx 50, qui se traduira par la sortie de nombreux fonds indiciels, risque de peser sur les cours.

Depuis sa nomination en avril, Christian Sewing, venu des métiers de la banque de détail, avait annoncé des  coupes drastiques dans les effectifs, en particulier dans la banque de financement et d'investissement (CIB), où il compte réduire d'un quart les équipes des marchés actions. Deutsche Bank a d'ores et déjà réduit ses effectifs de 1.700 équivalents temps plein sur le seul deuxième trimestre, portant le total à 95.400 personnes dans le monde. L'objectif est de passer "bien en dessous de 90.000" d'ici à la fin de l'année.

"Nous sommes en bonne voie en ce qui concerne les coûts et avons une excellente qualité de bilan. Cela nous permet d'investir maintenant là où nous sommes particulièrement forts" a affirmé Christian Sewing.

Le patron a souligné un certain nombre de succès remportés ces derniers mois, en particulier dans les fusions et acquisitions et le marché primaire : un "rôle de premier plan" dans 10 des 25 plus grandes opérations de l'année, en termes de commissions, 7 des 10 plus grandes introductions en Bourse et 4 des 5 plus grandes transactions en Allemagne.  La banque aurait aussi gagné des parts de marché dans l'origination de dette.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :