Les syndicats de la Banque de France dénoncent la "violente charge" de la Cour des comptes

 |   |  615  mots
L'intersyndicale de la Banque de France « récuse toutes les recommandations » du rapport. A commencer par celle suggérant de ne remplacer qu'un départ à la retraite sur trois, d'ici à 2020.  Photo : Reuters
L'intersyndicale de la Banque de France « récuse toutes les recommandations » du rapport. A commencer par celle suggérant de ne remplacer qu'un départ à la retraite sur trois, d'ici à 2020. Photo : Reuters (Crédits : Emilie Rouy)
L'intersyndicale de la Banque de France s'insurge contre la recommandation de la Cour des comptes de réduire les effectifs.

Le rapport de la Cour des comptes sur la Banque de France est resté en travers de la gorge des syndicats de l?institution. Publié le 8 février, il pointait notamment du doigt la nécessité, pour la Banque de France, détenue à 100% par l?Etat, de tailler dans ses effectifs afin de réduire ses coûts. Une recommandation qui n?a bien évidemment pas été du goût des syndicats. Dans une belle unanimité, ces derniers ont dénoncé jeudi, lors d?une conférence de presse, un rapport qui sonne comme « une violente charge», et qui se base sur « une démarche tronquée et totalement viciée. »

Près des trois quarts des agents ont plus de 45 ans

Aussi, l?intersyndicale de la Banque de France « récuse toutes les recommandations » de ce rapport. A commencer par celle suggérant de ne remplacer qu?un départ à la retraite sur trois, d?ici à 2020. « Cette recommandation aboutira à une dégradation du service rendu à la collectivité et à l?abandon d?activités cruciales comme la gestion du surendettement.», déplore Michel Felce, conseiller général représentant le personnel de la Banque de France. Pour la simple raison que près des trois quarts des agents de la Banque de France étant âgés de plus de 45 ans, près de 40% du personnel partira à la retraite dans les toutes prochaines années

235.000 dossiers de surendettement gérés en 2011

Pour Michel Felce, le rapport de la Cour des comptes témoigne « d?une méconnaissance évidente des activités nouvelles qui nous ont été confiées depuis la crise financière. » Comme le traitement du surendettement des ménages, qui a représenté pas moins de 235.000 dossiers à gérer pour la Banque de France, en 2011. Ou encore comme la médiation du crédit, qui, avec quelque 25.000 dossiers instruits depuis 2008, a permis de sauver 250.000 emplois au cours des trois dernières années.

13.000 agents à la Banque de France contre moins de 10.000 à la « Buba »

Ces deux missions, au passage, ne font pas partie des attributions de la Bundesbank, la banque centrale allemande, à laquelle la Cour des comptes fait référence dans son rapport. Conséquence, et bien que la « Buba » emploie moins de 10.000 collaborateurs contre 13.000 pour la Banque de France, les syndicats de l?institution française estiment que cette dernière « n?est pas en sureffectifs, bien au contraire. »

Les syndicats de la Banque de France sont d?autant plus remontés contre la Cour des comptes que, selon eux, son rapport ignore également les efforts entrepris ces dernières années. A savoir la réduction de 10% des effectifs de l?institution, de 2004 à 2009, dans le cadre de son plan de redressement. Un plan que Christian Noyer lui-même, le gouverneur de la Banque de France, avait rappelé au bon souvenir de la Cour des comptes, le 8 février. Ajoutant que « ne remplacer qu?un départ (en retraite) sur trois ne se fonde sur aucune hypothèse réaliste, sauf à envisager une réduction significative du périmètre des activités. »

Les syndicats veulent un débat public sur l?avenir de l?institution

Reste que Christian Noyer entend renouveler un départ sur? deux, seulement. Ce qui implique la suppression de 2.500 postes d?ici à 2020. Cette décision, annoncée en décembre, sera détaillée à la fin du premier semestre. Les syndicats, qui jugent cette restructuration « drastique », fourbissent déjà leur armes. « L?avenir de la Banque de France doit faire l?objet d?un débat publique et non d?arbitrages à visée financière entre l?institution et le Trésor », prévient Michel Felce.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2012 à 18:40 :
La crise aura au moins eu le mérite de faire trembler l administration ou "ses satelites" en mettant en lumière leur reel rapport utilité/coût! Il est temps de dégraisser le mammouth ainsi que tous ses frangins!
a écrit le 18/02/2012 à 10:55 :
combien d'emplois fictifs ou de complaisance a la bdf?demandez a contassot(verts)
a écrit le 17/02/2012 à 18:03 :
l'utilité de la BDF n'est pas à démontrer : cotation des entreprises, entretien de la monnaie fiduciaire, surendettement, contrôle banquaire, financement des banques... toute ses activités qui peuvent sembler invisibles pour certains mais qui, lorsque l'effectif aura fondu de moitié, vous manqueras à tous. la banque de france est un fondement de notre économie ce n'est pas parce que vous ignorez son rôle qu'elle et inutile. les agents sont reconnu pour ler professionalisme : c'est criminel de casser cette institution.
Réponse de le 18/02/2012 à 7:23 :
Ce plaidoyer ressemble trop à un catalogue pro domo bancaire datant également un peu trop!
a écrit le 17/02/2012 à 17:32 :
ET SI ON REVIENT AU FRANC ALORS IL FAUDRA EMBAUCHER.
a écrit le 17/02/2012 à 16:59 :
Demandez donc à ces Mrs et Dames de la BdF de remplir correctement leurs missions avant de passer leur temps à gémir.
Demandez leur donc de s'assurer de la qualité des services rendus par "a.b.e."(Assurance, Banque,Epargne) crée en 2010 Mme Lagarde, organisme sous la tutelle de la BdF. Vous serez peut-être surpris!
a écrit le 17/02/2012 à 15:53 :
Hé oui les pleureuses, passez les concours accessibles à tous (surtout ceux qui ont un cerveau) et ensuite on en reparlera ...
Réponse de le 17/02/2012 à 16:49 :
PISTON......plus que concours
Réponse de le 18/02/2012 à 12:14 :
En fait, tout le monde peut passer le concours. Seuls ceux qui bénéficient d'un piston le réussisse.
Réponse de le 24/02/2012 à 11:07 :
concours l'a raté sûrement plusieurs fois pour récrire une débilité pareille ?
a écrit le 17/02/2012 à 13:42 :
On ne peut manquer de se souvenir de la démission de C Sautter qui voulait réformer les Finances en réunissant Trésor et Finances. Heureusement que Sarkozy a été moins timoré! il y des postes à gagner ds les bureaucraties et paperasseries des administrations.
a écrit le 17/02/2012 à 13:17 :
Bonjour,

Je réagis aux commentaires précédents et une chose m'étonne. On parle des avantages et salaires indus des agents mais sans savoir de quoi il en retourne exactement. Je suis agent de cette institution et je peux vous dire qu'il est plus avantageux de travailler dans le privé que chez nous. Le seul avantage... une pseudo sécurité de l'emploi. Et encore, notre cher gouverneur nous a clairement dit à plusieurs reprises que le licenciement n'était pas un gros mot (je suis sur ce point plutôt de son avis)
Réponse de le 17/02/2012 à 13:59 :
tout a fait ok avec vous...
Réponse de le 06/09/2012 à 14:24 :
ma nièce vient de rentrer à la B de F et me dit qu'il faut s' engager pour 15 ans??? SINON elle devra rembourser TOUTES LES CHARGES.
a écrit le 17/02/2012 à 11:42 :
Le reve pour un employe de banque...travailler a la Banque de france. Peinard , les meilleurs salaires et avantages, retraite dore, comite d entreprise......Pas de probleme de concurrence dons pas de stress....et comme d hab les syndicats pour defendre les 8 % de syndiques essentiellement fonctionnaires avec financement publique disproportionne (cf rapport Perruchot) et un politique parle de reformer cela....Non
Réponse de le 17/02/2012 à 13:24 :
moi je veux à tout prix quitter la banque mais si j'avais pu y rentrer la dedans, j'y serai resté jusqu'à la retraite sans soucis.. que des avantages du public sans les inconvenients du privé, ça c'est l'un des rares jobs encore en or avec la politique..
Réponse de le 17/02/2012 à 14:23 :
moi aussi je suis en quete d'un nouveau job en dehors de la banque privée... on nous demande trop d'arnaquer le client ; apres la bdf est utile en dehors de ce que peuvent dire les gens .. . ! ! !
Réponse de le 18/02/2012 à 9:25 :
oui, et en plus comme eux n'ont pas de ventes à faire, ils peuvent se permettre de dire que si les pauvres surendettés en sont là, c'est d ela faute de leur banque mais que eux, gentils bdf, ils sont là pour les aider.. je vais regarder ce WE sur leur site.. vu mon salaire actuel, je ne epense pas qu'il soit inférieur là bas!
Réponse de le 18/02/2012 à 10:29 :
sur leur site, y'a un concours d'ouvert...
oh tu sais banco... ils font leur taf, avec leur directive... bon c'est vrai que certains dossiers, surotut de 3/ 4 ke, sont annulés, ca enerve un peu .. ! mais bon...
a écrit le 17/02/2012 à 8:23 :
Encore un exemple d?administration publique avec des fonctionnaires inutiles...
Réponse de le 17/02/2012 à 13:06 :
les employes banque de france ne sont pas fonctionnaire encore une erreur parmi de nombreuses que pensent les gens !
Réponse de le 17/02/2012 à 13:07 :
poste reserve au clan des privilieges de gauche comme de droite
a écrit le 17/02/2012 à 8:20 :
La Banque de France fait parti de ses institutions qui refusent toute modification de leur statut et de voir que son positionnement est de moins utile même si je le comprends les dossiers de surendettement voulu par le politique qui refuse de remettre en question les taux des pr^ts voir la nouvelle grille 2012.
Je veux bien un débat comme le demande les synidiacts mais dans ce cas ou met TOUT sur la table rémunérations, avantages .... et ensuite une décision sera prise.
Au fait je n' ai pas entendu les syndicats lorsque que M. Noyer le visionnaire disait que l'inflation allait chuter dans les 3 mois et de ce fait le taux des livrets devaient être inchangés. Alors si les syndiacts critiquent une décision économique de la Cour des Comptes qu'ils aillent au bout de leur idée!!!!!!!
Réponse de le 17/02/2012 à 14:21 :
Je partage votre post.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :