Qu'est-ce qu'un patron de banque française ? Un canard à la tête coupée, dixit le PDG de la Société Générale

Bâle III, projet de séparation des activités bancaires... Frédéric Oudéa redoute que cette "multitude de réformes" ne fasse des banques européennes des "canards à la tête coupée, qui ne pourront même plus courir."

3 mn

Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale, est extrêmement soucieux à l'idée que les banques américaines n'appliquent pas Bâle III. Copyright Reuters
Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale, est "extrêmement soucieux à l'idée que les banques américaines n'appliquent pas Bâle III." Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Les grands banquiers sortent rarement de leurs gonds. Ils sont trop posés pour cela, ce n'est pas le style de la profession. Mais, lorsque ces dignes messieurs en costume-cravate se lâchent, ceux qui sont l'objet de leurs foudres peuvent numéroter leurs abattis. Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale, et Baudouin Prot, président de BNP Paribas, ont dit tout le mal qu'ils pensaient de la future réglementation dite de Bâle III, jeudi, lors des entretiens de l'AMF (Autorité des marchés financiers), qui étaient consacrés au rôle des banques et des marchés dans le financement de l'économie. Pas plus Frédéric Oudéa que Baudouin Prot ne digère que l'Europe persiste dans sa volonté d'appliquer à partir de 2013 la réglementation Bâle III relative au renforcement des fonds propres des banques, alors que les Etats-Unis ont décidé vendredi dernier de reporter sa mise en œuvre aux calendes grecques.

Le paradoxe de Bâle III

"Michel Barnier avait dit qu'il n'appliquerait pas Bâle III tant que les Américains ne la mettraient pas en oeuvre", n'a pas manqué de rappeler un Baudouin Prot très nerveux. "Je voudrais savoir ce que va faire M. Barnier, maintenant", a grincé le président de BNP Paribas, lançant une sorte de défi au commissaire européen aux Services financiers. Tout aussi mordant, Frédéric Oudéa souligne que, "paradoxalement, Bâle III semble ne pas devoir être appliquée dans la zone d'où est partie la crise, suivez mon regard." Un regard qui cible bien sûr les Etats-Unis, épicentre de la crise financière avec la faillite de la banque Lehman Brothers, en septembre 2008.

Des canards à la tête coupée

Or "les banques de la zone euro, et tout particulièrement les banques françaises, ont bien résisté à la crise, elles", a insisté Frédéric Oudéa. Alors pourquoi, entre Bâle III et le projet de séparation de leurs activités de dépôt de celles de marché, assommer les banques européennes "d'une multitude de réformes" qui, selon le PDG de la Société Générale, feront d'elles des "canards à la tête coupée, lesquels finiront par ne plus pouvoir courir" ? "Les Américains se sont rendus compte que c'était un petit peu compliqué et ils ont décidé de prendre leur temps", s'est efforcé de tempérer Gérard Rameix, président de l'AMF. En vain : "S'il ne s'agit que des Etats-Unis, ce n'est pas grave, ils représentent juste la moitié de l'industrie bancaire mondiale", a persiflé Baudouin Prot.

Une "tentation suicidaire"

Car, derrière ce décalage d'application de Bâle III entre la zone euro et les Etats-Unis, c'est un risque de distorsion de concurrence entre les banques européennes et leurs rivales américaines qui se profile. "Serons-nous capables de continuer à faire notre travail (de financement de l'économie) de façon compétitive ?", s'interroge Frédéric Oudéa, qui se dit "extrêmement soucieux à l'idée que les banques américaines n'appliquent pas Bâle III. " De fait, les exigences de Bâle III en matière de renforcement des ratios de fonds propres et de liquidités sont telles qu'elles pèseront inévitablement sur la capacité des banques européennes à accorder des crédits aux entreprises. Ces dernières, tout au moins les grands groupes, iront donc chercher de l'argent ailleurs, auprès des banques américaines, notamment. Conséquence, appliquer Bâle III alors que les Etats-Unis refusent de jouer le jeu, le PDG de la Société générale "ne partagepas cette tentation suicidaire."

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 17/11/2012 à 19:48
Signaler
Quelle naïveté, les politiciens européens sont nuls et ils le prouvent tous les jours . Pourquoi croyez vous que les banques américaines aient racheté massivement les activités délaissées par les banques européennes suite à Bâle 3 si c'était pour app...

à écrit le 16/11/2012 à 13:08
Signaler
"Serons-nous capables de continuer à faire notre travail (de financement de l'économie) de façon compétitive ?", s'interroge Frédéric Oudéa. 1. F.Oudéa vient du département placement de la SG (il supervisait indirectement Kerviel). 2. La SG a toujour...

le 16/11/2012 à 13:34
Signaler
Moins payés, l'engeance des banquiers et employés de banque seront dans l'impossibilité de faire leur travail. Sont-ils vraiment au service de l'économie? Avec des bilans réduits dus au fractionnement de leurs activités par catégories de risque, les ...

à écrit le 16/11/2012 à 10:04
Signaler
Bien sûr, ce n'est pas facile de séparer les risques relatifs aux différents métiers de la banque universelle, mais c'est évidemment possible et nécessaire. Ce sont bien les banques européennes qui ont acheté les titres des prêts hypothècaires de la ...

le 16/11/2012 à 10:31
Signaler
Le monsieur t'explique que les vilains à l'origine de la crise ne vont pas se confromer au règlement qui en l'état ne va s'appliquer qu'à ceux qui en ont subi les dommages collatéraux voir épiphénoménaux (cf. les banques françaises n'avaient quasi pa...

le 16/11/2012 à 12:40
Signaler
La maitrise des risques bancaires fait partie de la performance financière et ne saurait nuire. Avoir une pseudo assurance tous risques est un leurre qui a l'air de coûter moins cher à court terme mais n'est pas soutenable. AIG est encore là pour en ...

à écrit le 16/11/2012 à 9:48
Signaler
et pourquoi il ne démissionne pas? Il n'est pas d'accord et il veut continuer à gaspiller et détruire la fortune des autres.Il devrait engager son salaire dans la speculation ou bien le rendre à Kerviel....

à écrit le 15/11/2012 à 22:01
Signaler
Qui a prêté de l'argent aux banques européennes à des taux plus qu'indignes (c'est à dire je te prête à un taux A et si tu places chez moi, je te garantis A+delta) ? mmmmh quelle est la bonne réponse ? Qui n'a pas eu le courage de laisser couler quel...

le 16/11/2012 à 10:52
Signaler
"Qui a prêté de l'argent aux banques européennes à des taux plus qu'indignes (c'est à dire je te prête à un taux A et si tu places chez moi, je te garantis A+delta) ?" A quoi faites vous référence? Comprenez-vous ce que vous écrivez? "Qui n'a pas eu ...

à écrit le 15/11/2012 à 20:30
Signaler
Le pôôvre!

à écrit le 15/11/2012 à 19:46
Signaler
Paulo, vous avez raison!!! D'autant que maintenant, par exemple pour les activités à forte valeur ajouté tel que le financement des navires ou des avions. Les banques Françaises sortent de ce type de marché à forte marge. Au profit des banques amé...

à écrit le 15/11/2012 à 19:15
Signaler
En plus de ce que dit Mr Prot, si cela se produit alors les banques US pourront plus facilement mettre la main sur nos entreprises et le dollar va baisser (ou l'euro grimper) ce qui va encore plus faire baisser les activités de nos entreprises, et do...

à écrit le 15/11/2012 à 19:02
Signaler
En consultant la rémunération des patrons de banque dans les documents de référence publiés, j'aimerais bien être comme eux en ces temps de crise. Je n'ai pas l'impression qu'ils ressemblent à un canard à la tête coupée mais plutôt à une oie qui se g...

le 15/11/2012 à 19:44
Signaler
M. OUDEA a parfaitement raison , de tte façon nous allons ds ts le domaines droit dans le mur depuis 6 mois -

le 15/11/2012 à 19:47
Signaler
Vous devriez rester correct canrd déchainé !

le 15/11/2012 à 22:21
Signaler
Et quelle est la relation entre le salaire du PDG d'une banque et le financement de l'économie. Que pÚse le salaire du PDG de la SG face au 160000 emplois de la SG dont la moitié en France. La vraie question reste voulons nous que l'économie euro...

le 15/11/2012 à 23:04
Signaler
80 000 salariés SG en France ??? c'est faux,car 62 % de 'effectif est hors France Metro. donc 38 % au mieux (ett en 2011) des effectifs sont en france. Aprés, on peut quoi contre les US, on va leur dire "c'est pas bien, on n'est pas content !!!". C't...

à écrit le 15/11/2012 à 18:02
Signaler
Il devrait surveiller son language vu son histoire cela pourrait donner des idees...Par ailleurs rien dans les reformes actuelles des banques ne permet de dire que ce qui s'est passe ne peut pas se reproduire...

le 15/11/2012 à 23:07
Signaler
Et le PDG de la banque qui a connu laissé Kerviel la foutre quasiment en l'air venir donner des leçons au reste du monde, ça pourrait faire rire si c'était pas triste !!!

le 16/11/2012 à 9:29
Signaler
Les particuliers qui font des dépôts à vue et d'épargne, ne donnent pas un mandat aux banques pour les placer sur le marché financier. Bien sûr, il faut une séparation des banques de dépôts et des banques financières.

le 16/11/2012 à 9:50
Signaler
A l'époque, Frédéric Oudéa n'était pas PDG de la SG.

le 16/11/2012 à 14:11
Signaler
Il n'était en effet pas PDG, juste directeur financier...

le 16/11/2012 à 18:42
Signaler
Et alors...? Il n'était pas PDG.(point) Ni en charge en tant que DAF du contrôle des positions prises par les traders.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.