L'argent coule à flots dans la Fintech : 26 milliards de dollars et 29 licornes !

 |   |  963  mots
Du prêt à la Blockchain, en passant par les marchés de capitaux, les transferts d'argent et la gestion de fortune, tous les segments de la finance sont attaqués par les startups technologiques de la Fintech.
Du prêt à la Blockchain, en passant par les marchés de capitaux, les transferts d'argent et la gestion de fortune, tous les segments de la finance sont attaqués par les startups technologiques de la Fintech. (Crédits : CB Insights)
Les startups de la finance ont levé un montant record de 20 milliards de dollars dans le monde au deuxième trimestre et un total 26 milliards depuis janvier, c'est 60% de plus que sur l'ensemble de 2017. Au-delà de l'introduction en Bourse fracassante de la néerlandaise Adyen et de la plus importante levée de fonds de l'histoire du chinois Ant Financial, près de 30 jeunes entreprises du secteur sont valorisées plus d'un milliard, dont quatre en Europe, selon l'étude de CB Insights.

On en oublierait presque les Uber et autres Airbnb, les géants de l'économie collaborative qui ont longtemps trusté le podium des jeunes entreprises technologiques les mieux valorisées, les fameuses « licornes » (entreprises non cotées en Bourse valant plus d'un milliard de dollars). Les disrupteurs de la finance sont en train de se faire une place de choix en haut des classements : selon le cabinet spécialisé CB Insights, le jeune secteur de la Fintech compte désormais 29 licornes dans le monde, parmi lesquelles 18 américaines et quatre européennes, dont la valorisation cumulée s'élève à quelque 84,4 milliards de dollars.

Et ce sans compter le mastodonte chinois du paiement digital Ant Financial (Alipay, contrôlé par Alibaba) qui a réalisé en mai dernier la plus importante levée de fonds de l'histoire au monde (hors introduction en Bourse) : 14 milliards de dollars, sur la base d'une valorisation de 150 milliards !

Fintech licornes monde CB Insights

[Le monde de la Fintech compte désormais 29 licornes - sans compter Ant Financial - dont 5 sont nées au deuxième trimestre : Tradeshift et Dataminr aux États-Unis, Revolut en Europe, Policy Bazaar en Asie. Crédits : CB Insights]

Ce tour de table totalement hors-norme explique pour l'essentiel le record enregistré dans le secteur en termes de levées de fonds au deuxième trimestre, après une année 2017 et un premier trimestre 2018 en demi-teinte.

Entre avril et juin, les startups de la finance ont levé un montant exceptionnel de 20,34 milliards de dollars dans le monde entier, au travers de 383 opérations.

« Ce trimestre est unique » a observé Lindsay Davis, analyste chez CB Insights, en présentant ces chiffres. « Même en excluant le tour de table d'Ant Financial, le plus important à date dans le secteur, le trimestre a atteint un record à 6,3 milliards de dollars. »

Fintech deal CB Inisghts 2013 2018

[Nombre d'opérations et montants levés auprès de sociétés de capital-risque en milliard de dollars par an depuis 2013, à fin juin 2018. Crédits : CB Insights]

Des "méga-levées" de plus de 100 millions

Les tours de table sont de plus en plus gigantesques et l'Asie, d'abord, et les États-Unis, ensuite, se taillent toujours la part du lion. Sur les 10 plus grosses opérations du trimestre, qui sont toutes des "méga-rounds" de plus de 100 millions de dollars, la moitié a porté sur des entreprises chinoises et une indienne (le comparateur Policy Bazaar qui a levé 347 millions auprès du japonais Softbank). Le solde a porté sur des américaines et une européenne : la néobanque britannique Revolut, qui a levé 250 millions de dollars en avril dernier, en étant valorisée 1,7 milliard.

L'Europe compte avec elle une nouvelle licorne, qui remplace la néerlandaise Adyen, sortie de la liste depuis son entrée en Bourse très réussie à Amsterdam en juin.

Lire aussi : Entrée en Bourse fracassante à 14 milliards de la Fintech Adyen

Si le nombre d'opérations (72) a augmenté ce trimestre en Europe, les montants levés ont chuté de 20% à 852 millions de dollars, contre 1,06 milliard au premier, avec un accent mis sur les startups de l'assurance ou Insurtech, à l'image de la française Alan (23 millions d'euros en avril), citée dans l'étude de CB Insights.

La tendance est cependant à la hausse par rapport à l'an dernier et reflète surtout un plus grand nombre de tours de table d'amorçage. La plus grosse levée de fonds en France depuis le début de l'année revient à une Fintech, Ledger (coffre numérique sécurisé pour portefeuille de cryptomonnaies), qui a récolté 75 millions de dollars en janvier, sans atteindre le "méga-round" de 100 millions.

Lire aussi : Ledger, étoile montante française des cryptomonnaies, lève 61 millions d'euros

La Blockchain accouche de licornes

L'univers des cryptomonnaies et de sa technologie sous-jacente, la Blockchain, suscite d'ailleurs toujours un vif intérêt. Les entreprises du secteur ont levé quelque 633 millions de dollars ce trimestre auprès de fonds de capital-risque, contre seulement 179 millions au premier et 900 millions sur l'ensemble de l'année 2017. Le phénomène des ICO (Initial Coin Offerings), ces levées de fonds par émission de jetons numériques ou cryptoactifs, s'essouffle : CB Insights en recense 10 en juin, contre 106 en mai, 169 en mars et 215 en décembre, au moment du pic du Bitcoin.

Fintech ICO coin

[Les Initial Coin Offerings depuis un an. Crédits : CB Insights]

Deux "méga-levées" sortent du lot : la startup américaine Circle, au départ une application de paiement entre amis mâtinée de réseau social, puis repositionnée sur les cryptomonnaies, a levé 110 millions de dollars, auprès de la société de minage Bitmain et des fonds de capital-risque, sur la base d'une valorisation de 3 milliards de dollars, lui faisant accéder au statut de licorne. La californienne BitGo, qui conçoit des portefeuilles de cryptomonnaies et des services associés, aurait levé 178 millions de dollars, sans dévoiler le nom de ses investisseurs.

D'autres startups, pas seulement de la Blockchain, veulent « exploiter la croissance virale des crypto » a relevé l'analyste de CB Insights, à l'image de la néobanque Revolut, qui permet à ses utilisateurs d'acheter et vendre des monnaies virtuelles, et de l'appli de trading Robinhood, qui s'est également mise aux cryptomonnaies.

Le secteur de la Blockchain a presque autant levé que celui du prêt en tout genre (lending), en décrue depuis plusieurs trimestres surtout aux Etats-Unis. Cependant, en masse, l'argent s'est surtout déversé sur les startups des marchés de capitaux (1,5 milliard), comme Dataminr, qui fournit de l'analyse de données pour les hedge funds et les banques d'investissement (392 millions de dollars levés notamment auprès de Fidelity et Goldman Sachs), ou celles de la gestion de fortune (758 millions) : Robinhood a levé 363 millions de dollars en mai sur la base d'une valorisation de 5,6 milliards.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2018 à 14:38 :
La france est une ploutocratie!!
a écrit le 23/07/2018 à 8:32 :
Ce qui en terme d'emplois représente quoi svp ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :