Les Fintech françaises ont levé un record de 200 millions d'euros depuis janvier

 |   |  965  mots
La startup parisienne Ledger, qui a écoulé plus d'un million d'exemplaires de son coffre numérique pour crypto-actifs, a réalisé la plus importante levée de fonds du secteur et de toute la French Tech : 75 millions de dollars en janvier dernier.
La startup parisienne Ledger, qui a écoulé plus d'un million d'exemplaires de son coffre numérique pour crypto-actifs, a réalisé la plus importante levée de fonds du secteur et de toute la French Tech : 75 millions de dollars en janvier dernier. (Crédits : France Fintech)
Les startups de l'univers de la finance - depuis les crypto-monnaies jusqu'aux prêts aux PME en passant par l'assurance en ligne et le paiement - ont attiré un niveau record de capitaux au premier semestre. Les tickets moyens augmentent mais ces jeunes pousses demeurent petites à l'échelle européenne et plus encore mondiale.

La « forêt de bonzaïs » a connu une sacrée poussée au premier semestre : les startups françaises de la Fintech, mêlant finance et technologie, ont levé plus de 200 millions d'euros depuis le début de l'année, au travers d'une vingtaine d'opérations. C'est plus qu'au cours de l'ensemble de l'année 2016, se félicite l'association professionnelle France Fintech. Les tours de table avaient atteint alors 172 millions d'euros selon le recensement du cabinet KPMG. Si la tendance se poursuit, le record de l'an dernier, à savoir 318 millions d'euros levés en 2017, devrait être battu.

« La Fintech était déjà le premier secteur de levée, devant l'Adtech (publicité) l'an dernier, en France comme au niveau mondial » met en perspective Alain Clot, le président de France Fintech.

Il souligne que l'intérêt des investisseurs étrangers pour le marché français a fortement crû, dans le contexte du Brexit notamment.

« On n'a jamais eu autant de cartes en mains pour lever de l'argent. Il y a les fonds, les familles (fortunées) via les family offices, les industriels, de la banque ou de l'assurance, ce qui n'est pas le cas dans tous les secteurs. Et beaucoup d'étrangers s'intéressent à la France : par exemple, Alan (Assurtech) a levé ses 23 millions auprès du fonds Index Ventures » analyse Olivier Goy, le président de Lendix, et membre du bureau de France Fintech. « Il y a de plus en plus de monde autour de la table » se réjouit-il.

Sa plateforme de prêts aux PME, leader en Europe continentale du crowdlending, a réalisé la deuxième plus importante levée de fonds du secteur ce semestre en France : 32 millions d'euros, auprès de l'assureur allemand Allianz, du fonds français Idinvest (qui s'est récemment rapproché d'Eurazeo) et de la holding de la famille italienne De Benedetti. « Il faut aller chercher de l'actionnariat étranger pour pouvoir se développer à l'international » insiste le patron de Lendix.

Fintech levées de fonds France 2018

[Récapitulatif des levées de fonds depuis janvier 2018. Crédits France Fintech]

En tête des tours de table de la French Tech

La palme revient à la startup parisienne Ledger, qui a écoulé plus d'un million de son petit coffre numérique sécurisant la clé privée d'un portefeuille en crypto-actifs : elle a levé 75 millions de dollars (61 millions d'euros) en janvier auprès de fonds de capital-risque, Draper Esprit, FirstMark Capital, Cathay Innovation et Korelya Capital, le fonds franco-coréen dirigé par Fleur Pellerin qui siège au conseil d'administration. C'est la deuxième levée de fonds la plus importante de la French Tech ce semestre, sur l'ensemble des startups françaises, quel que soit le secteur (derrière Voodoo dans le jeu vidéo). Une première pour la Fintech encore jeune, même si le secteur ne pèse que 13% du total des 1,5 milliard d'euros levés par les startups françaises.

« Le motif des levées est intéressant : il s'agit très souvent de financer l'accélération et l'internationalisation » relève Alain Clot.

Les tickets moyens dans l'ensemble ont augmenté, passant de 3 millions en 2016 à 5 millions d'euros l'an dernier et à 8 millions cette année à ce stade. Cependant, sur la vingtaine d'opérations intervenues au premier semestre, on n'en compte que 7 à deux chiffres.

« Il reste deux trous dans la raquette, l'amorçage et les tours de 15 à 35 millions d'euros, qui sont plus difficiles » analyse le président de France Fintech.

Lire aussi : La Fintech française ne veut plus être « une forêt de bonzaïs »

Pas de licornes françaises dans la Fintech

La taille des Fintech françaises et de leurs levées demeure modeste en comparaison de leurs voisines allemandes, néerlandaises, suédoises et surtout britanniques. Depuis le début de l'année, la néobanque allemande N26 a levé 160 millions de dollars et la britannique Revolut 250 millions de dollars.

Lire aussi : La banque mobile N26 lève 160 millions de dollars auprès d'Allianz et Tencent

« Les méga-tours de table trompent les statistiques, notamment au Royaume-Uni » estime Olivier Goy. « Il faut également retraiter les coûts de développement, qui sont d'un facteur d'un à trois avec Londres : avec 10 millions levés ici, vous faites autant qu'avec 30 millions levés ailleurs, outre-Manche ou dans la Silicon Valley » relativise-t-il. « Cela transparaît aussi dans les valorisations de sortie, qui sont d'un tout autre ordre. »

Certaines success-stories de la Fintech sont toutefois originaires de pays à coûts relativement bas, comme Adyen, qui vient de réussir une introduction époustouflante à la Bourse d'Amsterdam (doublement de sa valeur au premier jour à 14 milliards d'euros). Et la France n'a toujours pas produit de "licorne" (un milliard de valorisation) dans la Fintech, quand il y en a 3 ou 4 en Europe sur une vingtaine dans le monde, même si certaines entreprises françaises seraient des demi-licornes.

« Quelques leaders émergent comme Younited Credit [plus forte levée du secteur l'an dernier à 40 millions d'euros], Lendix ou Lydia, qui commencent à être des consolidateurs » note de son côté Alain Clot.

S'il ne se risque pas à avancer un pronostic pour l'ensemble de l'année, Alain Clot confie qu'il y a « de très bons dossiers en instruction. »

___

Le top 10 des levées de fonds de la Fintech en France cette année :

  • Ledger (logiciel cryptomonnaies) : 61 millions d'euros en janvier
  • Lendix (crowdlending) : 32 millions d'euros en juin
  • Alan (assurance santé digitalisée) : 23 millions d'euros en avril
  • Lydia (appli de paiement) : 13 millions d'euros en février
  • Lunchr (tickets restaurants dématérialisés): 11 millions d'euros en mai
  • +Simple.fr (assurance pour les pros) : 10 millions d'euros en janvier
  • LaFinBox (gestion de patrimoine) : 10 millions d'euros en avril
  • Spendesk (gestion frais en entreprises) : 8 millions d'euros en janvier
  • Margo Bank (néobanque) : 6,4 millions d'euros en mars
  • QuantCube (IA prévisions économiques) : 5 millions de dollars en mai

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2018 à 17:30 :
Classement intéressant mais malheureusement incomplet. NapoleonX en est en effet absent, alors que cette société de gestion d'actifs a réalisé une levée de fonds supérieure à 10 millions d'euros au Q1 2018 !
a écrit le 16/07/2018 à 9:14 :
Un rapport avec le fait que les prix des appartements familiaux explosent dans Paris intra-muros en ce moment ?
Sûrement pas !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :