La Fintech brésilienne Creditas lève plus de 200 millions de dollars auprès de SoftBank

 |   |  666  mots
L'Espagnol Sergio Furio est le fondateur et directeur général de Creditas, dont le siège est à Sao Paulo, comme Nubank, autre star de la Fintech brésilienne.
L'Espagnol Sergio Furio est le fondateur et directeur général de Creditas, dont le siège est à Sao Paulo, comme Nubank, autre star de la Fintech brésilienne. (Crédits : Creditas)
La startup de Sao Paulo, spécialisée dans le prêt à la consommation à bas prix, garanti sur des actifs, a séduit l'opérateur japonais qui mène ce quatrième tour de table de 231 millions de dollars la valorisant 750 millions de dollars. Santander est aussi au capital de cette Fintech en très forte croissance.

Le Brésil, nouvel eldorado de la Fintech ? Après la néobanque Nubank, valorisée plus de 4 milliards de dollars en octobre dernier lors de son tour de table de 420 millions mené par le chinois Tencent, c'est au tour de la plateforme Creditas de séduire de grands investisseurs internationaux. Spécialisée dans le crédit à la consommation en ligne, garanti sur des actifs donc moins cher, cette startup, également installée à Sao Paulo, a officialisé mercredi 10 juillet une levée de fonds de 231 millions de dollars menée par le japonais SoftBank et son méga-fonds Vision Fund, sur la base d'une valorisation de 750 millions de dollars, contre 250 millions lors du précédent tour en 2017.

La rumeur d'un gros tour de table mené par SoftBank avait émergé dans la presse brésilienne début juin : la participation sera transférée dans son nouveau véhicule d'investissement SoftBank Latin America Fund lancé en mars et doté de 5 milliards de dollars. Le bras de capital-risque de la banque espagnole Santander, très présente au Brésil (30% de ses profits), Santander InnoVentures, le fonds britannique Amadeus Capital et le suédois Vostok Emerging Finance, déjà au capital, ont participé à cette levée de Série D (stade des entreprises déjà matures). Le marché brésilien, où se pratiquent des taux élevés, est trusté à 80% par les cinq plus grandes banques (Banco do Brasil, Itau, Caixa, Bradesco et Santander), autrement dit, mûr pour la disruption, dans un pays très connecté et dans un certain flou réglementaire.

Crédit low-cost

Fondée en 2012 par un Espagnol, Sergio Furio, ancien consultant du BCG à New York, Creditas, initialement lancée sous le nom de BankFacil et sous la forme d'une place de marché de crédit, propose des prêts à la consommation garantis sur des biens (maison, voiture), qui offrent plus de souplesse sur l'échelonnement des remboursements. La Fintech se targue de pratiquer les taux d'intérêt les plus bas du marché, à partir de 0,99% par mois contre 6,80% en moyenne chez les spécialistes du prêt personnel et même 12,24% pour le taux des cartes de crédit, selon les chiffres de mai 2019 publiés par la banque centrale brésilienne.

"Chez Creditas, nous nous efforçons sans relâche de créer une expérience incroyable qui offre efficacité et des tarifs moins élevés afin de démocratiser l'accès au crédit low-cost au Brésil" a commenté Sergio Furio dans un communiqué de presse.

La startup, qui emploie plus de 700 personnes, affirme avoir multiplié par cinq ses revenus en 2018 (sans préciser). Se fixant l'ambition de "réduire le fardeau de la dette des particuliers brésiliens", Creditas avait été financée par l'IFC, branche de la Banque Mondiale.

"Alors qu'il y a une demande énorme de prêt à la consommation au Brésil, le marché est inefficient" a observé Akhsay Naheta, conseiller du fonds Vision Fund de Softbank. "Creditas a été pionnier dans son approche digital-first et dans le développement de solutions de prêts garantis sur des actifs" a-t-il souligné.

La jeune entreprise, qui a le statut de correspondant bancaire d'institutions d'hypothèques, a commencé à intégrer verticalement son métier et veut proposer des solutions de financement pour divers projets de vie, comme la rénovation de son logement, le conseil en la matière, et à terme des avances sur salaire. Creditas a "multiplié par trois son portefeuille de crédits l'an dernier" fait valoir le fonds suédois Vostok : sa participation dans la startup brésilienne constitue désormais le plus gros investissement de son portefeuille (plus de 48 millions de dollars en tout).

Les fonds levés vont servir à recruter, renforcer sa technologie et élargir son portefeuille de produits financiers. Creditas envisage de se lancer au Mexique plus tard dans l'année selon Reuters. C'est également au Mexique que Nubank a décidé de tenter sa première expérience à l'international.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :