La location longue durée aussi nocive que le crédit revolving, selon UFC-Que Choisir

 |   |  441  mots
L'association met en demeure Boulanger location, ainsi que les partenaires financiers bailleurs de Fnac Darty (Crédit Agricole Consumer Finance) et Cdiscount (Crédit Mutuel Leasing).
L'association met en demeure Boulanger location, ainsi que les partenaires financiers bailleurs de Fnac Darty (Crédit Agricole Consumer Finance) et Cdiscount (Crédit Mutuel Leasing). (Crédits : Eric Gaillard)
L'association dénonce les excès de la location longue durée en plein essor dans les magasins d'électroménager, qui permet à un consommateur d'utiliser un bien sans en devenir propriétaire. Contrairement au crédit, ce mode de financement n'est pas encadré.

L'UFC-Que Choisir demande, ce mercredi 22 janvier, à ce que la pratique "ruineuse" de la location longue durée (LLD), qui permet aux consommateurs d'utiliser un bien sans en devenir propriétaire, soit encadrée au plus vite par les pouvoirs publics.

"La déferlante incontrôlée de ces offres ruineuses dans les grands magasins constitue une grave menace à l'intérêt des consommateurs", souligne dans un communiqué l'association. Elle plaide pour un "cadre juridique propre à contenir les effets nocifs" de cette pratique, via notamment un "plafonnement tarifaire" ainsi qu'une "information précontractuelle standardisée".

Boulanger et les partenaires de Fnac Darty et Cdiscount visés

Parallèlement, l'association met en demeure Boulanger location, ainsi que les partenaires financiers bailleurs de Fnac Darty (Crédit Agricole Consumer Finance) et Cdiscount (Crédit Mutuel Leasing) de "purger leurs conditions générales d'utilisation des clauses qu'elle estime abusives" et se réserve, "à défaut d'une réponse satisfaisante", le droit d'agir en justice.

Selon l'UFC-Que Choisir, la LLD, "conçue notamment pour séduire les petits budgets grâce à ses loyers très réduits", relève des mêmes "excès" que le crédit "revolving", fourni par les cartes de crédit et que l'association avait dénoncé dans les années 2000.

"Consommation exubérante" et "ruineuse accoutumance"

Les excès sont doubles, précise l'UFC: la LLD participe d'une part à une "consommation exubérante", conduisant au "suréquipement et au surdimensionnement d'appareils qui contribuent au changement climatique", et d'autre part à une "ruineuse accoutumance", en ce qu'elle incite les consommateurs à "renouveler indéfiniment leur engagement pour conserver l'usage de biens indispensables" (électroménager, télévision, ordinateur, smartphone, etc).

"Profitant d'une réglementation obsolète, la LLD constitue un véritable gouffre économique: non reconnue comme étant un crédit à part entière, son coût pour le consommateur échappe à tout encadrement", dénonce l'UFC-Que Choisir, en comparant dans un tableau les différents tarifs pratiqués par plusieurs distributeurs: Boulanger, Cdiscount, la Fnac et Darty.

Manque d'informations et clauses abusives

L'association dénonce notamment qu'à la différence du crédit, "le distributeur n'est tenu ni d'indiquer son coût total, ni d'exprimer son prix en taux, ni d'avertir sur le risque d'un endettement excessif".

Par ailleurs, selon son étude, de nombreux contrats proposés par ces distributeurs recèlent des "clauses venant minimiser les obligations des professionnels ou imposant des obligations démesurées au détriment des consommateurs". Enfin, les tarifs semblent également échapper à toute logique économique, estime l'UFC, qui souligne notamment que "les enseignes en profitent pour se rattraper sur le prix d'assurances complémentaires fortement prescrites".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2020 à 13:27 :
Moins tu peux payer, plus tu paies...
Le désir consumériste des pauvres est tel qu’ils préfèrent se faire arnaquer, mais au moins l’honneur est sauf : ils peuvent consumer comme les riches.
a écrit le 23/01/2020 à 8:27 :
Apprendre les fables de La Fontaine aux enfants et aux parents, véritable manuel contre les artifices de la duperie.
a écrit le 22/01/2020 à 19:20 :
Je connais des gens qui louent une bmw plus de 300 euros par mois pour 10000 kms à savoir qu'en général à partir du mois d'avril, vu qu'ils habitent à la campagne, ils la laissent au garage, ben oui ils le font chaque année.

On ne peut pas non plus tout le temps lutter contre la pathologie consumériste...
a écrit le 22/01/2020 à 15:16 :
"son coût pour le consommateur échappe à tout encadrement" c'est donc génial pour ces enseignes, un truc sans règles, c'est inespéré (avant que des contraintes n'apparaissent, viiite, il faut faire signer un maximum de contrats).
Chez Peugeot il me semble qu'on m'a proposé un truc comme ça, LLD, Location vente, etc, ça fourmille d'options chez les commerçants.
a écrit le 22/01/2020 à 14:44 :
Le retour du Crazy George's d'il y a plus de vingts ans mais avec cette fois de arguments de communication plus serieux, et soutenu par la bienpensance du ne pas posseder et changer plus souvent.
Le grand avantage de ce système, un marché de l'occasion reconditionnée a neuf qui va exploser., enfin, s'ils ne detruisent pas les objets en retour.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :