Airbus voit les avions grossir

 |   |  382  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le nombre de sièges dans les avions ne cesse d'augmenter en raison des contraintes aéroportuaires, ou des économies que cela engendre pour les compagnies aériennes. Le futur A320 sera plus gros. Une version allongée de l'A380 verra le jour tôt ou tard.

C'est une tendance de l'industrie et elle va continuer. La taille moyenne des avions augmentent. Le nombre de sièges dans les avions neufs de plus de 100 sièges s'élèvait en moyenne à 184 sièges en 2009, contre 180 en 2008, quand celui des appareils qui sont sortis des flottes est de 173 sièges. Non pas que les compagnies aériennes resserrent l'espace entre les siège (ce que certaines font néanmoins sur leur réseau courte distance). Elles remplacent plutôt des avions par des exemplaires plus gros ; un A319 par un A320, un B777-200 par un B777-300, ...

Cette tendance est liée notamment à la congestion aéroportuaire à laquelle sont confrontés bon nombre de compagnies aériennes. "A Londres-Heathrow, Roissy, Los Angeles, Dubai…, le seul moyen de croître pour une compagnie est de disposer d'avions plus gros", estime John Leahy, directeur commercial d'Airbus.

D'autres facteurs y contribuent comme l'arrivée à un stade optimal - sur un nombre croissant de lignes - de l'effet fréquences, cher aux hommes d'affaires. A partir d'un certain nombre de vols, l'ajout de nouvelles fréquences est inutile sur le plan commercial. Il vaut mieux augmenter la taille des avions. Enfin, des avions plus gros permettent de réduire les coûts aux sièges des compagnies aériennes.

C'est pour cela que le futur A320 pourrait très bien être, à l'horizon 2025-2027, un appareil de plus grande capacité que la version actuelle, avec peut être deux couloirs dans sa cabine pour réduire le temps de l'embarquement et du débarquement des passagers. "Deux couloirs pour le futur A320, ce n'est pas impossible", a indiqué à quelques journalistes Christian Scherer, executive vice-président, à la tête de la stratégie et des futurs programmes. De quoi faire des demi-tours plus rapides entre les atterrissages et les décollages et permettre d'augmenter la productivité des appareils. Air France pousse en ce sens.

A terme, l'A380 est appelé à disposer d'une version allongée. Ce sera l'A380-900, demandée par plusieurs compagnies dont Air France. Allongé de 7 mètres environ, il ferait baisser les coûts au siège. "La question n'est pas de savoir si on lancera cette version, mais quand", explique Christian Scherer, qui précise qu'il n'y a aucune urgence à le lancer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2010 à 16:35 :
Et puis ce qu'il y a de bien, c'est qu'on peut obtenir des tarifs de groupe dans les CHU, les pompes funèbres ou les morgues en cas de crash.
Réponse de le 01/01/2011 à 4:14 :
Misérable commentaire, soyons fière de notre technologie, au moins c'est l'Europe qui avance en dépit des Etats-Unis !
a écrit le 13/12/2010 à 21:42 :
Suffit de lui demander le nom des rues. Si c'est vrai y a rien a dire Non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :