Aérien : Safran Seats réorganise ses activités à Issoudun, dans l'Indre

La division de fabrication de sièges d’aéronefs du groupe Safran, rationnalise sa principale implantation en France, située en région Centre-Val de Loire. Dans un marché qui repart à la hausse pour Safran Seats, après le trou d’air provoqué par la crise du Covid-19, l'objectif est la réduction des coûts et l’optimisation des performances industrielles.

3 mn

Après deux années de fort recul de l’activité, Safran Seats espère retrouver en 2024 son niveau de chiffre d’affaires de 2019.
Après deux années de fort recul de l’activité, Safran Seats espère retrouver en 2024 son niveau de chiffre d’affaires de 2019. (Crédits : Reuters)

Actuellement implanté sur neuf sites à Issoudun (Indre), Safran Seats n'en comprendra plus que cinq à la fin de l'année. L'unité de fabrication de sièges techniques pour le personnel navigant sera notamment rapatriée au cours de l'été sur la zone industrielle la Limoise, autour de son bâtiment amiral. Ce site, établit à quelques kilomètres de là, emploie 80 salariés qui réintègreront le site de La Limoise.

En France, le groupe s'appuie sur deux implantations industrielles, à Issoudun ainsi qu'à Saint Crépin dans l'Oise. Safran Seats dispose de six autres usines dans le monde, notamment aux Pays de Galles, en Tunisie, au Mexique et aux Etats-Unis. La division de sièges d'aéronefs de Safran emploie au total 5.000 salariés et a réalisé 15,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2021. Le groupe en salariait 7.500 en 2019 avant la crise sanitaire qui a stoppé net les vols aériens. Dans l'Indre, la contraction brutale du marché de l'aérien s'est traduite par la mise en chômage partielle de 40% des quelque 1.100 collaborateurs de l'entreprise. Les recettes de 2021 se sont quant à elles effondrées de 65% par rapport à 2019.

Dans ce contexte, la réorganisation de l'unité issoldunoise de Safran Seats poursuit deux objectifs. Il s'agit d'une part de réduire les coûts. D'autre part, le groupe compte à l'avenir optimiser ses process industriels avec la reprise de l'activité en 2022. Ses projections tablent sur une réduction du chiffre d'affaires de « seulement » 40% par rapport à 2019. Safran Seats a notamment profité du creux de 2020 et 2021 pour renouveler à 80% sa gamme de sièges, y compris les matériels réservés aux personnels navigants. Objectif : pouvoir s'adapter sur l'ensemble des modèles de Boeing et d'Airbus, les avions mono-couloir A321 et 737, et les aéronefs longs courriers A330, A350 et 777. Ce n'était plus le cas à l'époque de Zodiac Aeropsace, racheté en 2017 par Safran, selon Frédéric Rascouilles, directeur de Safran Seats France.

« La division française du groupe est prête à la reconquête du marché, assure le dirigeant. Les gains de productivité générés par le regroupement des sites de l'Indre sont un élément moteur pour accompagner le redémarrage de l'activité aéronautique.»

De nouveaux ensembles de sièges

Par ailleurs, pour se démarquer de la concurrence de l'américain Collins Aerospace, de l'allemand Recaro et du français Stelia (Airbus), Safran Seats lance de nouveaux ensembles de sièges, ainsi que des briques technologiques innovantes. Sur la gamme économique, le fabricant vient de sortir un nouveau modèle de son produit Z 200, qui aurait déjà été commandé par quatre compagnies aériennes. Le siège Skylounge Core, réservé aux classes affaires, a lui aussi été amélioré. Deux compagnies, dont la Taïwanaise Starlux, l'auraient déjà sélectionné. La nouvelle version du siège Versa, dotée d'un bureau intégré, sortira quant à lui en 2023.

Au prochain salon Aircraft Interiors, qui se tiendra à Hambourg du 14 au 16 juin, Safran Seats présentera enfin une nouvelle brique technologique à côté de ses gammes de sièges. Son propre système Headset free, permettant une écoute musicale sans casque à bord des avions, sera lancé à cette occasion. Autant de modernisations de produits existants et de lancements de nouveautés qui nécessitent de nouvelles ressources humaines. Le site berrichon d'Issoudun prévoit ainsi d'embaucher 80 salariés en 2022, dont la moitié a déjà été recrutée. Tous les métiers sont concernés, des techniciens aux ingénieurs. Face à la difficulté d'attirer ce type de profils dans l'Indre, Safran Seats organise non seulement des sessions de job-dating mais propose aussi des primes de cooptation.

3 mn