Après les mesures drastiques pendant le Covid, Safran veut embaucher 12.000 personnes en 2022

Après être passé de 95.000 à 79.000 salariés, pour amortir les effets de la pandémie et rester bénéficiaire, l'industriel français doit recruter pour suivre notamment la reprise du marché aéronautique. En France, 3.000 embauches sont prévues.

3 mn

(Crédits : GONZALO FUENTES)

Safran croit en la fin de la crise Covid. Pour le prouver, l'équipementier aéronautique français a annoncé l'embauche de 12.000 personnes dans le monde cette année, dont 3.000 en France. "Le pire est derrière nous. Je suis très confiant", a assuré M. Andriès dans une interview au Figaro. Le groupe, qui emploie au total 79.000 personnes après en avoir compté 95.000 avant la crise, veut se mettre en ordre de marche. De fait, les dysfonctionnements sur les chaînes d'approvisionnement ont commencé à s'estomper, selon le dernier indicateur de décembre de l'activité manufacturière en France.

Le groupe s'attend à une augmentation des cadences de production, liée notamment aux commandes réalisées par les constructeurs Airbus et Boeing. Il peut aussi compter sur les commandes de Rafale signées en 2021, en tant que membre (à 18%) du groupement d'intérêt économique (GIE Rafale).

Lire aussi 3 mnComment et pourquoi Safran montre ses muscles dans le spatial

Airbus et Boeing

Aussi, le motoriste et équipementier avait plutôt bien traversé le trou d'air de l'année 2022 en parvenant malgré le cataclysme à rester bénéficiaire. Malgré la crise historique du secteur aérien due à la pandémie, il affichait un bénéfice net de 352 millions d'euros grâce à des mesures d'austérité drastiques.

Après, "la pire [crise] qu'ait connue l'aéronautique", qui a provoqué 20.000 suppressions de postes en 18 mois dans les effectifs mondiaux de Safran, "le trafic aérien se redresse, les prises de commandes sont dynamiques, les cadences augmentent" a expliqué le directeur général Olivier Andriès, mentionnant notamment le A320neo d'Airbus et le 737Max de Boeing.

D'ailleurs, la France, avec 44.000 salariés, a été épargnée par les mesures drastiques, à la faveur d'un plan d'adaptation d'activité comprenant notamment un dispositif d'activité partielle de longue durée (APLD).

Un retour à la normale à la fin 2022

Le groupe relève toutefois "des difficultés d'approvisionnement en aluminium, en titane et en nickel, mais aussi en résines et en produits chimiques", a énuméré M. Andriès.

"Ce variant (Omicron-NDLR) fait peser des incertitudes à court terme. Mais les campagnes de vaccination progressent partout dans le monde. Je reste optimiste. À chaque fois que les frontières rouvrent, les passagers affluent. L'appétence pour les voyages est intacte", dit le directeur général, qui "conserve une hypothèse de retour à la situation pré-COVID à horizon fin 2022 sur le marché des moyen-courriers".

Début décembre, Safran avait affirmé miser sur une croissance de son chiffre d'affaires ajusté de "plus de 10%" sur la période 2021-2025. Sur 2021, il prévoyait en début d'année un chiffre d'affaires ajusté en baisse "de 2% à 4%" hors effets de changes et de périmètres et table sur un "profil d'activité et de profitabilité plus fort en fin d'année".

Il prévoit toujours un retour du trafic aérien moyen-courrier - marché sur lequel il est le plus présent - à son niveau d'avant-crise à la fin 2022 et une croissance de trafic de 4,8% par an entre 2023 et 2025.

Le groupe prévoit aussi d'engager 4 milliards d'euros en recherche et technologie (R&T) entre 2021 et 2025. Les trois quarts seront consacrés à la "décarbonation" de l'aviation.

A la Bourse de Paris lundi, l'action Safran gagnait près de 3% à 110,6 euros à 11h30, signant une des plus fortes hausses du CAC 40.

(Avec agences)

Lire aussi 3 mnOrolia : Safran, le nouveau maître des horloges atomiques

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 03/01/2022 à 21:31
Signaler
Ils vont avoir du mal à retrouver les gens qu'ils ont viré. Et ça va coûter bonbon de former les nouveaux. Plutôt court-termiste, finalement, la gestion chez Safran. Très comptable, et pas vraiment économique. Sûrement grâce aux bonnes leçons app...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.