Ariane 5 très proche du record de lancements réussis consécutifs d'Ariane 4

 |   |  585  mots
Le vol VA232 signe le 73ème succès d'affilée depuis 2003 pour le lanceur européen Ariane 5
Le vol VA232 signe le 73ème succès d'affilée depuis 2003 pour le lanceur européen Ariane 5 (Crédits : © STR New / Reuters)
Le lanceur européen Ariane 5 est à un vol d'égaler le record de lancements réussis d'affilée par Ariane 4 (74 tirs). Ce record devrait tomber d'ici à la fin de l'année.

Plus qu'un lancement pour Ariane 5 pour égaler le record de lancements réussis d'affilée détenus par Ariane 4 (74 tirs)... Une sacrée réussite pour un lanceur (87 lancements en tout, dont 57 avec Ariane ECA) qui sera remplacé progressivement par Ariane 6 au début des années 2020. Arianespace a prévu de procéder à huit vols d'Ariane 5 en 2016, dont quatre ont déjà été effectués.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Arianespace a lancé avec succès les satellites Intelsat 33e, construit par Boeing, et Intelsat 36, fabriqué par SSL (Space Systems Loral), pour le compte de l'opérateur Intelsat, leader mondial des services satellitaires dont la maison mère est installée aux Bermudes. Le vol VA232 est le premier lancement double d'Ariane 5 entièrement dédié à Intelsat.

"Ce nouveau succès d'Ariane 5 permet à notre lanceur d'afficher aujourd'hui 73 succès d'affilée, ce qui réaffirme qu'il est la référence mondiale en matière de mise en orbite de satellites, a souligné le PDG du CNES, Jean-Yves Le Gall. Du lancement du premier satellite d'Intelsat par Ariane 1 en octobre 1983, au lancement de ce jour, nous mesurons avec fierté le chemin parcouru".

Nouveau record d'emport

C'est le sixième lancement de l'année 2016 pour Arianespace, le quatrième avec Ariane 5, depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG). Ce vol signe le 73e succès d'affilée depuis 2003 pour le lanceur Ariane 5. Avec une masse totale d'emport de 10.735 kg vers l'orbite de transfert géostationnaire, Ariane 5 confirme sa montée en performance, dépassant le précédent record établi en juin 2016 avec 10.730 kg.

"Ariane 5 confirme aujourd'hui sa montée exceptionnelle en performance", a expliqué le PDG d'Arianespace, Stéphane Israël.

"Ce qui pourrait apparaître comme quelques kilos supplémentaires entre ce record d'emport et le précédent est, en fait, le symbole de l'engagement permanent de nos équipes au service de nos clients, pour améliorer constamment les performances et la compétitivité du lanceur Ariane 5", s'est félicité le PDG d'Airbus Safran Launchers, Alain Charmeau.

Intelsat, un client fidèle à Arianespace

Les satellites Intelsat 33e et Intelsat 36 sont les 57e et 58e satellites d'Intelsat à être lancés par Arianespace depuis octobre 1983 et la mise en orbite du satellite Intelsat 507. Depuis sa création, Arianespace a lancé 50% des satellites Intelsat. Aujourd'hui encore, la moitié de sa flotte de satellites opérationnels en orbite a été lancée par la société de lancement européenne. Arianespace lancera en 2017 deux autres satellites Intelsat : Intelsat 32e et Intelsat 37e.

Arianespace et Boeing sont partenaires depuis 1987. Le satellite Intelsat 33e est le 52e satellite fabriqué par Boeing à être lancé par la nouvelle filiale d'Airbus Safran Launchers (ASL). Elle compte encore quatre satellites Boeing supplémentaires dans son carnet de commandes. En outre, Arianespace et SSL collaborent depuis 1983. Avec Intelsat 36, la société de lancement européenne a lancé 56 satellites basés sur une plateforme SSL. 9 satellites SSL, dont 5 GTO, figurent actuellement au carnet de commandes d'Arianespace.

Arianespace bien implanté aux États-Unis

La société européenne compte actuellement dans son carnet de commandes cinq satellites GTO pour des opérateurs basés aux États-Unis ainsi que douze satellites GTO construits par des fabricants américains. Elle déploiera également des constellations fabriquées aux États-Unis dédiées aux télécoms et à l'observation de la Terre.

Arianespace a déjà lancé 87 satellites GTO et 69 satellites non-GTO lancés pour des opérateurs américains et 177 satellites fabriqués par des constructeurs américains.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2016 à 10:30 :
Encore une reussite pour Ariane Espace avec Ariane V : celà marche vraiment comme de l'horlogerie suisse, seul le vol 501 a été complètement raté et à explosé au bout de 36 secondes de vol (le CEA avait analysé le vol d'Ariane V en 1996 il y a 20 ans et declaré que le calcultateur dit gyroscope inertiel avait fait un surcalcul dit excedent d'entier donc la position de la fusée ne correspondait pas du tout à celle de sa trajectoire calcultée par l'ordinateur de bord d'Ariane V : c'est le seul vol qui à explosé et depuis celà marche comme de l'horlogerie suisse, c'est une vraie reussite technique Ariane V. Certains ont reproché à Ariane V d'être trop polluante (un article de La Recherche de 1996) mais ce n'est pas forcèment le cas : avec la nouvelle Ariane VI ont peut dire aussi que le succès des vols sera au rendez-vous ! Oui l'Histoire d'Ariane V est aussi une reussite française et européenne ! Seul question : pourquoi le programme Hermès en 1986 ne c'est jamais developpé comme Ariane III, IV et V ???
On c'est faire voler des fusées avec satellites en Europe et pour de nombreux clients.
Oui Ariane V devrait être enseigné à tous les collegiens et lyceens de France et en Europe ! Véritable victiore pour les ingénieurs et les techniciens d'Ariane Espace
Les Russes savent faire voler Soyouz, les CHinois Long March et les Americains avec Space X et les fusées reutilisables ( qui se reviennent à leur point de départ) ont une meilleur avance sur les Européens, alors qui conquerera Mars ? Un vol robotisé comme le prévoit le film et la NASA ? C'est vrai que six mois de voyage pour aller de la Terre à la planète Mars c'est très long !
a écrit le 25/08/2016 à 15:42 :
On pourrait même se prendre à rêver d'une série de 100 lancements réussis d'affilée, si jamais Ariane 6 prend du retard!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :