British Airways, la compagnie idéale pour l'A380, commande le B777-9

 |  | 277 mots
Lecture 1 min.
Le potentiel du marché du renouvellement des flottes de B747 était l'un des arguments d'Airbus il y a 20 ans pour justifier le lancement de l'A380.
Le potentiel du marché du renouvellement des flottes de B747 était l'un des arguments d'Airbus il y a 20 ans pour justifier le lancement de l'A380. (Crédits : DR)
Pour remplacer ses B747, la compagnie britannique a commandé 42 B777-9, la plus grosse des deux nouvelles versions du Boeing 777, qui entrera en service à partir de 2020.

C'est la commande qui illustre à merveille l'échec de l'Airbus A380. Jeudi 28 février, British Airways a commandé 42 Boeing 777-9, la plus grosse des deux nouvelles versions du Boeing 777, qui entrera en service à partir de 2020. Avec plus de 400 sièges en configuration standard, ces énormes biréacteurs serviront à remplacer les B747 (des quadriréacteurs) du transporteur britannique.

Pour rappel, le potentiel du marché du renouvellement des flottes de B747 était l'un des arguments d'Airbus il y a 20 ans pour justifier le lancement de l'A380. Or celui-ci lui a échappé, les compagnies préférant le B777-300ER, certes plus petit, mais beaucoup plus performant sur le plan économique grâce, notamment, à l'utilisation de deux moteurs, contre quatre pour l'A380 ou le B747.

Troisième piste à Heathrow

Aujourd'hui, avec ses deux successeurs, le B777-9 et le B777-8, l'histoire continue.
En raison du grand nombre de B747 dans sa flotte et de la congestion de l'aéroport de Londres-Heathrow qui obligeait les compagnies à exploiter des avions plus gros pour croître, British Airways était considérée comme la compagnie idéale pour l'A380. Il n'en fut rien. La compagnie britannique n'est pas allée au-delà des douze exemplaires commandés en 2007.

Après avoir étudié une nouvelle commande d'A380 avant l'annonce de la production le 14 février dernier, la compagnie britannique a choisi le B777 en commandant 18 exemplaires fermes et de 24 options, un contrat d'une valeur de 18,6 milliards de dollars au prix catalogue. La perspective d'une hausse de la capacité de Londres-Heathrow liée à la construction d'une troisième piste retirait par ailleurs l'intérêt d'avoir un avion d'une plus grande capacité comme l'A380.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2019 à 9:46 :
On a vraiment aucun cadeau à faire aux perfides , ils vont sortir sans accord , c'est sur et certain , ils ont toujours TOUT FAIT pour ralentir l’Europe , il faut rapatrier en France les usines AIRBUS , elles remplaceront celles de l'A380
a écrit le 09/03/2019 à 9:02 :
Personnellement, si je devaient voyager de longue heures dàns un avion, je prendrai un avion qui a de la plaçe... Donc l'a380 a sûrement un avenir sur les ligne longue distance . Faire 10 heures de voyage sans bouger et difficilement supportable.
Airbus doit entreprendre une mise a niveau avec pour but de diminuer la consommation de carburant...
a écrit le 07/03/2019 à 10:20 :
"....les ailes et autres fabrications pour Airbus ne les intéressant pas, il faut retirer tout cela aux anglais", peut-on lire ici.

Pas si simple. La dernière voilure "conséquente" faite en France, c'est celle de la Caravelle. Il y a bien eu - et il y a toujours celle de l'ATR - mais elle est bien plus petite et moins technique, et d'ailleurs à ses débuts ça n'a pas été un franc succès: 90 caissons de voilure changés sur des avions déjà en service, donc au frais d'ATR. Ça a fait mal.

Tout cela pour dire qu'en matière de voilure, le savoir faire européen est en Angleterre, et pas ailleurs. C'est bien gênant, mais c'est comme cela.
a écrit le 01/03/2019 à 17:33 :
Concernant la commande de la british Airways c est comme d habitude les anglais sont affiliés aux américains donc pas d achats chez nous mais ils aiment toucher les subventions de l Europe
Réponse de le 02/03/2019 à 6:29 :
British Airways, anciennement une All Boeing Fleet Airlines a été obligée malheureusement sous les pressions françaises d'acheter des Airbus A320 au détriment de Boeing 737 et des Airbus A350 contre toute logique, British Airways étant un gros utilisateur de Boeing 787.
L’antiaméricanisme nourrit l'ignorance.
a écrit le 01/03/2019 à 12:28 :
Ainsi donc les ailes et autres fabrications pour Airbus ne les intéressant pas, il faut retirer tout cela aux anglais
a écrit le 01/03/2019 à 11:22 :
BA cie anglaise , prend ce Boeing avec sans doute des moteurs british R&R ?
Réponse de le 01/03/2019 à 12:49 :
Même pas. Le 777X est motorisé uniquement par le GE9X de General Electric.
Réponse de le 02/03/2019 à 6:26 :
Les Boeing 777X sont propulsés en exclusivité par des GE. L'antiaméricanisme nourrit l'ignorance.
Réponse de le 02/03/2019 à 8:27 :
Les moteurs sont des GE 90 dans lequel SAFRAN participe à hauteur de 25 pour cent.
a écrit le 01/03/2019 à 10:59 :
L'A380 etait trop gros et gourmand et coûteux et l'A350 est un peu juste dans sa plus grande version par rapport aux 777 mais tout de même plus léger et plus économique.
a écrit le 01/03/2019 à 10:49 :
Avec le B777 les compagnies préfèrent entasser les passagers comme du bétail plutôt que leur offrir le confort de L'A380 pour des motifs exclusivement économiques. De plus l'avion de Boeing est d'une longueur supérieure à celle de l'A380, ce qui posera des problèmes de stationnement dans bon nombre d'aéroports.
a écrit le 01/03/2019 à 10:39 :
Je pense que cela ne surprendra personne. Ils avaient attendu un nombre considérable d'années avant de commander le premier Airbus de leur flotte, alors que Hawker Siddeley et d'autres industries Britanniques profitaient du programme. Nous "subissons" depuis très longtemps cet ostracisme des Anglos-Saxons vis à vis des latins et concurrents que nous sommes mais il y a toujours de "beaux esprits" pour raconter que dire cela est archaïque et primaire. Pourtant les faits sont têtus, autant que ces intellos "complexés"qui s'écrasent devant ceux qu'ils "admirent".
Réponse de le 01/03/2019 à 11:28 :
Vous avez raison; culture et mentalité il en est ainsi depuis des centaines d'années et la façon d'agir des anglais est constante.
a écrit le 01/03/2019 à 10:38 :
Effectivement, comme le souligne l'auteur de l'article, cette mega-commande illustre le terrible échec de l'A380 qui était censé remplacé tout les B 747 des compagnies. Or le plus terrible dans cette histoire est que British Airways possède déjà 7 A 380 ! Donc on ne pourra pas leur dire qu'il n'ont pas joué pro européen sur ce coup là ! Ils ont utilisé le A380 et ils se sont rendu compte que même si leur passagers adoraient prendre cet avion, ce dernier ne généraient pas autant de cash qu'un B 777-9 du fait de sa double consommation et de son double cout de maintenance...Biensur une compagnie doit penser au confort de ses passager mais elle doit aussi gagner de l'argent ! Et le B777 remplit parfaitement ce rôle ! Certes, il restera toujours plus bruyant qu'un A 380 et moins confortable (sauf en classe premium ) mais il génèrera toujours plus de cash et ne perdra pas d'argent même si il n'est remplit qu'au tiers...
a écrit le 01/03/2019 à 9:58 :
l'A380 est mort et l'A350 1000 est plus petit avec un cabine moins large par rapport au 779 ...airbus sera obligé de concevoir un bimoteur de 400 pax sinon boeing sera seul sur ce marché
Réponse de le 01/03/2019 à 10:47 :
run…L' A 380 n'est pas mort mais en stand-by. C'est un excellent avion qui bénéficie d'une cote très positive auprès de tous ceux qui l'ont utilisé. Justement, une commande des British l'aurait remis en selle. Mais voilà, le "cousin" Yankee passe avant et a des arguments "frappeurs" pour s'imposer à la perfide Albion. Il est plus que temps de laisser ces voisins du Nord et de l'Ouest faire leurs confitures ensemble et préparer autre chose avec les forces du Sud et de l'Est.
a écrit le 01/03/2019 à 9:06 :
La piste d'un brexit sans accord se profilant avec une Europe intransigeante incapable de penser plus loin que le bout du nez de ses financiers il vaut mieux miser sur la puissance américaine que sur la corrompue européenne menée en plus par un alcoolique notoire et des petits gouverneurs de province en guise de présidents de la république.

Ya pas photo.
Réponse de le 01/03/2019 à 10:51 :
Ok, l''A380 est un échec commercial, mais pas technique. Le concorde était également un échec commercial, mais sans cette percée technologique, il n'y aurai pas Airbus. Effectivement le luxembourgeois fait une erreur stratégique. T'chin ! ;o)))
Réponse de le 01/03/2019 à 10:53 :
Citoyen blasé…effectivement, très blasé, car si pendant la "dernière" guerre nous avions réagi comme cela, vous seriez Germain aujourd'hui. Miser sur un "colonisateur" quel qu'il soit est l'apanage des pleutres. Les courageux misent sur eux et se battent en conséquence. Les "spéculateurs" ont tendance à s'écraser.
Réponse de le 01/03/2019 à 11:23 :
@ "Badaud"

Croyez vous pertinent de me répéter ce que l'europe répète depuis 30 ans dans les médias de masse ?

"car si pendant la "dernière" guerre nous avions réagi comme cela, vous seriez Germain aujourd'hui. "

On aurait eu du mal à acheter des airbus !

"Miser sur un "colonisateur" quel qu'il soit est l'apanage des pleutres."

Ah parce que l'on ne serait pas sous tutelle américaine ?

"Les courageux misent sur eux et se battent en conséquence."

Heu... là je comprends plus du tout ! Ils sont courageux ou pleutres ?

"Les "spéculateurs" ont tendance à s'écraser. "

Le problème étant qu'ils emportent tous les outils de production avec eux faisant qu'ils emportent tous les salariés avec eux alors que ceux-ci n'ont absolument rien demandé. ET du coup en effet leur logique d'aliéné ne peut que les mener à la chute sauf qu'en néolibéralisme cette chute est sponsorisée par les finances publiques.

C'est simple et passionnant l'économie vous devriez vous y mettre vous savez...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :