La constellation LeoSat dans les starting-blocks

 |   |  704  mots
Thales Alenia Space pourrait signer l'une de ses plus belles commandes, sinon la plus belle de son existence.
Thales Alenia Space pourrait signer l'une de ses plus belles commandes, sinon la plus belle de son existence. (Crédits : LeoSat)
Après SKY Perfect JSAT, l'opérateur de satellites espagnol Hispasat a été à son tour convaincu par le projet de Mark Rigolle. Le patron de LeoSat Enterprise a déjà obtenu 1 milliard de dollars de pré-contrats pour sa constellation.

Mark Rigolle est désormais très proche de gagner son pari incroyable. Sauf accident, la constellation LeoSat qu'il soutient à bout de bras depuis septembre 2015, devrait être lancée. Au côté de l'opérateur de satellites japonais SKY Perfect JSAT, qui a rejoint le projet il y a un an, l'européen Hispasat a été à son tour convaincu par le projet de Mark Rigolle, qui pèse 3,5 milliards de dollars. D'autant que ce dernier revendique 1 milliard de dollars de pré-contrats (ou d'expressions d'intérêt) déjà signés avec des clients : Signalhorn, DCS Telecom, Globecomm, Supernet, Copasat, GlobalSat, National Science Foundation et Global Financial Trading Company.

Dans ce cadre, LeoSat Enterprises a annoncé mardi avoir conclu un accord avec Hispasat, l'opérateur de satellites espagnol, en vue d'investir le même montant que SKY Perfect JSAT dans LeoSat. Un montant qui est tenu secret. La constellation de 78 à 108 satellites devrait être finalement déployée à partir de "2021/2022" et non plus 2021/2021 comme initialement annoncée, affirme Mark Rigolle, interrogé par La Tribune.

"Avec Hispasat, qui rejoint à présent SKY Perfect JSAT, les deux opérateurs travailleront au côté de LeoSat pour accélérer un certain nombre d'activités clefs, notamment la sélection des fournisseurs pour les équipements à l'abonné et les opérations terrestres, ainsi que l'optimisation de la plateforme satellitaire. Le partenariat permettra également à LeoSat d'exploiter à la fois l'expertise commerciale et réglementaire de ces deux opérateurs de renom", a expliqué le communiqué de LeoSat publié mardi matin.

"Un ménage de rêve"

Hispasat et SKY Perfect JSAT est "un ménage de rêve", estime Mark Rigolle. Les deux opérateurs, qui vont se côtoyer dans le capital de Leosat Enterprises, "ne se font pas concurrence car aucun de leurs satellites ne dessert les mêmes marchés", explique-t-il. Résultat, ils ne vont pas se concurrencer dans la distribution (vente et marketing) : l'Asie pour SKY Perfect JSAT, l'Europe et l'Amérique du Sud pour Hispasat. En outre, ce dernier ne souhaite pas "réinventer la roue" dans le projet.

Mais les deux partenaires investiront 100 millions de dollars "fin 2018, début 2019" dans la phase B du projet une fois que Hispasat aura la certitude que le "niveau risque est maîtrisé", notamment sur "les satellites". À Thales Alenia Space (TAS), le partenaire industriel de LeoSat, et à Mark Rigolle de convaincre définitivement les Espagnols et les Japonais. Pour autant, LeoSat, avec le soutien des Japonais, a commencé depuis un an à travailler sur la phase B, qui va s'échelonner en plusieurs phases. Cette phase B porte sur la définition détaillée de l'architecture de la constellation (segments spatiaux et sols) et sur l'évaluation des performances du système global.

Thales, futur grand gagnant

L'arrivée d'Hispasat dans le projet LeoSat soulage SKY Perfect JSAT, qui n'était pas assez armé pour soutenir seul un projet de cette envergure. Les Japonais ont d'ailleurs abandonné le projet de réaliser deux démonstrateurs en vue de "dérisquer" LeoSat. "SKY Perfect JSAT et Hispasat aideront LeoSat à garantir la réussite du lancement de ce réseau unique de nouvelle génération", a d'ailleurs confirmé le responsable exécutif principal chez SKY Perfect JSAT, Koki Koyama, cité dans le communiqué.

De son côté, Hispasat a compris avec l'augmentation actuelle et future du trafic des données, "l'importance stratégique d'investir dans de nouvelles infrastructures pour permettre" à ses "clients d'aujourd'hui et de demain d'amplifier nettement leurs capacités de connectivité", a expliqué le Pdg d'Hispasat, Carlos Espinós, cité dans le communiqué. Pour l'opérateur espagnol, LeoSat présente "des fonctionnalités le démarquant des autres constellations et le rendant tout particulièrement intéressant : capacité élevée, faible latence, sécurité accrue et un réseau maillé simplifiant son architecture".

Enfin, si la constellation LeoSat est lancée, Thales Alenia Space pourrait signer l'une de ses plus belles commandes, sinon la plus belle de son existence. Les sites de TAS de Toulouse, Cannes et Rome en seront les premiers bénéficiaires. D'ailleurs, la France est prête à soutenir ce projet générateur d'emplois. Mark Rigolle discute avec Bpifrance pour soutenir le projet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :