Pourquoi le chinois Bright Food rêve de Yoplait

Prendre 50 % de la marque française constituerait une grande victoire pour ce géant. La plupart de ses tentatives de rachat à l'étranger ont échoué.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)

Pour 2011, les projets de Wang Zongman sont ambitieux, multiformes et flous à la fois. Le patron de Bright Food, le géant chinois de l'agroalimentaire né en 2006 de la fusion de sociétés affiliées à la mairie de Shanghai, entend réaliser des acquisitions à l'étranger dans les produits laitiers, le sucre, les vins et les spiritueux. Autre objectif, Wang Zongman compte restructurer sa division sucrière Dongfang Xiando, qui dispose d'une part de marché de 15 % dans l'Empire du milieu, pour ensuite l'introduire en Bourse sur une place étrangère.

Pour les prochains mois et années qui viennent, le responsable a fixé un programme à son groupe : "développement, transformation, intégration et modernisation". Mais en matière d'acquisitions, quelle sera la priorité de Bright Food ? Racheter 50 % de Yoplait, comme l'a confirmé la semaine dernière le siège du conglomérat pendant que celui de sa division spécialisée dans les produits laitiers Bright Dairy & Food niait tout intérêt pour la marque française ? Poursuivra-t-il sa tentative de reprise de GNC, le spécialiste américain des vitamines et des compléments alimentaires pour lequel il a offert 2,5 milliards de dollars ?

La plus grosse acquisition chinoise depuis celle d'IBM par Lenovo

Cette opération représenterait le plus gros rachat réalisé par un groupe chinois aux États-Unis depuis la reprise des activités de fabrication d'ordinateurs d'IBM par Lenovo en 2004. Mais les discussions qui ont démarré au début décembre avec l'appui de Blackstone auraient déjà capoté, ce qu'ont toutefois contesté des sources proches de la direction auprès de l'agence Bloomberg.

United Biscuits abandonné

Plus surprenant, des médias chinois, dont le respecté quotidien 21st Century Business Herald, ont récemment rapporté que Bright Food négociait toujours le rachat du britannique United Biscuits auprès de Blackstone et de PAI Partners. Or, selon nos informations, ce projet est totalement abandonné depuis novembre, pour des raisons réglementaires et financières.

Bien qu'il soit pugnace et ait l'habitude d'étudier plusieurs dossiers à la fois, Wang Zongman n'est jusqu'à présent parvenu à réaliser qu'une seule acquisition significative à l'étranger : celle du néo-zélandais Synlait Milk l'an dernier, qui lui a permis d'entrer sur le marché du lait en poudre, dont il va démarrer la production en Chine d'ici à la fin 2011. Le raffineur de sucre australien CSR lui a revanche échappé. Il a été repris par le singapourien Wilmar International.

Bright Food est un groupe prospère : en 2010, son chiffre d'affaires a bondi de 22 % à 9,2 milliards de dollars tandis que son résultat net a grimpé de 45 %, à 454 millions. À l'horizon 2012, le conglomérat qui compte quatre divisions cotées ? Bright Dairy & Food, Shanghai First Provisions Store, Maling Aquarius et Haibo ? vise des revenus supérieurs à 12 milliards de dollars. Il dispose de marques prestigieuses en Chine, dont les bonbons mentholés Big White Rabbit, les conserves Maling, les produits laitiers Guangming et les confiseries Dabai Tu.

Pour autant, Bright Food a besoin de relais de croissance hors de ses frontières car malgré ses 3.300 magasins, notamment représentés par l'enseigne NGS Supermarkets, le groupe peine à s'imposer face à ses principaux rivaux locaux : Mengniu et Yili.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 20/02/2011 à 21:42
Signaler
Les commentaires précédents fleurent bon la sinophobie. L'Occident est sur le déclin et il faudra vous y faire.

le 21/02/2011 à 12:04
Signaler
L'occident est sur le déclin? Pardon? Alors c'est quoi tous les rachats de lactalis un peu partout? Après la crise de la poudre de lait contaminé par la mélanine, je pense pas que ça jouerait en faveur de Yoplait.

à écrit le 20/02/2011 à 13:24
Signaler
Travaillant pour Yoplait au Canada,j'espère que mes cousins francais ne laisseront pas les chinois détruire un de leurs fleurons.Tout ce que la Chine touche devient mauvais ou de piètre qualité et Yoplait mérite mieux. Bonne chance cousin francais

le 21/02/2011 à 15:12
Signaler
on va tous finir par aller acheter le lait chez le paysan du coin et fabriquer nos yaourts nous-mêmes. Au moins on saura ce qu'on bouffera ;-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.