Comment Hachette transforme Astérix en machine à cash

 |   |  530  mots
Le Papyrus de César est le 36e album d'Astérix, et le second des nouveaux auteurs depuis la retraite d'Uderzo.
Le Papyrus de César est le 36e album d'Astérix, et le second des nouveaux auteurs depuis la retraite d'Uderzo. (Crédits : Reuters)
Depuis le rachat des éditions Albert René en 2008, Hachette a adopté une nouvelle stratégie pour Asterix, la BD la plus vendue du monde: des sorties d'albums plus régulières, nouveaux auteurs, nouvelles animations. Le succès est au rendez-vous, mais cet immense succès de librairies reste néanmoins encore trop français...

La sortie événement de ce mois d'octobre a de quoi ravir les libraires. Le nouvel et 36e épisode d'Asterix est attendu ce 22 octobre comme la potion magique qui devrait stimuler les ventes à quelques encablures de la période des fêtes de fin d'année.

La BD la plus vendue dans le monde et de toute l'histoire du genre

La sortie du "Papyrus de César" rappelle celle d'"Astérix chez les Pictes" en 2013 qui s'était littéralement arraché à près de 5 millions d'exemplaires en 23 langues. Un chiffre absolument exceptionnel que peu de best-sellers atteignent. A titre d'exemple, le succès de librairie "Cinquante nuances de gris", a été vendu à 2 millions d'exemplaires... Pour ses trois tomes réunis.

Il faut dire que le succès des Aventures d'Astérix le Gaulois ne date pas d'hier. En fait, cette bande dessinée est probablement la plus vendue de toute l'histoire de la BD. Avec 365 millions d'albums vendus depuis sa création en 1959, il se place loin devant l'autre géant, Tintin, qui affiche quelque 100 millions d'albums de moins.

Où est passé la patte de Goscinny?

Le paradoxe, c'est qu'Astérix capitalise énormément sur les albums écrits par Goscinny mort en 1977. Le dessinateur Uderzo a poursuivi la série, mais les critiques étaient moins enthousiastes, accusant l'érosion de "l'esprit Goscinny" dans les scénarios.

Il n'empêche, les albums ont continué à se vendre bon an mal an, même si les sorties étaient plus clairsemées. Ainsi, le dernier album signé Uderzo « Le ciel lui tombe sur la tête » paraît en 2005. Et depuis, plus rien... Un conflit opposant le dessinateur à l'héritière de Goscinny parasite la fibre créatrice du dessinateur vieillissant.

Finalement, au terme d'un marathon judiciaire, les deux parties finissent par céder leurs droits, et c'est Hachette qui les rachète. Pour cette filiale du groupe Lagardère, c'est une véritable martingale ! Le groupe dégote deux nouveaux auteurs : Didier Conrad pour le dessin, et Jean-Yves Ferri pour le scénario. Pour Hachette, l'enjeu n'est pas seulement de vendre des albums. A 9,90 euros, les albums restent abordables comparés à d'autres ouvrages du même segment (la BD Walking Dead se vend autour de 13 euros l'album).

Des produits dérivés à gogo!

En rachetant les éditions Albert René, Hachette n'a pas seulement mis la main sur des albums à succès mais aussi sur une fantastique machine à produits dérivés. Et les albums doivent animer cette machine, d'où la stratégie de Hachette de programmer un album tous les deux ans. Et entre chaque année, un "événement" est prévu : un film d'animation ou une exposition. Si "Le domaine des Dieux" avait rencontré un franc succès lors de sa sortie en salles en 2014 avec près de 3 millions d'entrées, Hachette ne prévoit pas de sorties cinéma à l'horizon 2016.

Il reste néanmoins à Hachette le défi d'internationaliser davantage Astérix car, s'il est bien édité en plus d'une vingtaine de langues, il n'en reste pas moins que la moitié des ventes d'albums se font en France, ainsi que l'avait montré le dernier opus de la saga.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :