PSA : l'action a perdu 90% en cinq ans

 |   |  244  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les investisseurs vendent massivement le titre depuis cinq ans. Depuis le début de l'année l'action perd 50%. Sa sortie du CAC 40 était inéluctable.

La nouvelle était anticipée, elle n?a d?ailleurs pas vraiment ému les investisseurs si l?on en juge par la hausse de 3% du titre Peugeot ce matin à la Bourse de Paris. La sortie du CAC 40 de la firme automobile en sérieuses difficultés financières était effectivement largement dans les cours depuis la mi-août. Un cours qui, si l?on regarde un peu plus loin dans le temps, est révélateur du déclin de la marque au lion depuis cinq ans. Un chiffre résume parfaitement cette évolution : l?action perd sur cette période?..90%.

Au niveau actuel, le groupe qui emploie environ 200.000 personnes avec un chiffre d?affaires de 59 milliards d?euros ne vaut plus que?.2 milliards d?euros en Bourse. Une incroyable dérive alors que la société avait pourtant profité ces dernières de coups de pouces fiscaux pour relancer la vente de voitures neuves, non polluantes. Depuis le début de l?année, les investisseurs ont déjà largement montré leur mauvaise humeur vis-à-vis de l?action PSA qui affiche un repli de? 50% soit l?une des pires performances du CAC 40.

On comprend mieux dans ces conditions pourquoi les « Sages » de la Bourse de Paris ont voulu sortir la firme de l?indice phare parisien. D?autant plus que les perspectives du spécialiste automobile ne sont guères florissantes dans un contexte économique désastreux pour la filière automobile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2012 à 15:28 :
Montebourg a-t-il joué le jeu de la famille Peugeot ? C'est certain par ses prises de position voulues par Hollande il a rigidifié la cassure factice gauche/droite à bon compte. Un "rapprochement" avec les entrepreneurs a lui aussi trouvé une explication plausible sans trop d'efforts. Cependant les intérêts financiers des gros actionnaires de PSA en sont renforcés : Ils achètent pour rien ou peu ce qui se vendait cher il y a deux ans. Mieux, ils n'auront pas à le faire puisque le produit de la vente de Gefco permettra d'acheter des actions pour les détruire. La société doit poursuivre ses implantations coûteuses, le retour sur investissement n'est pas pour tout de suite, mais elle n'est pas en faillite et à plus de 100 milliards cette année son commerce va plutôt bien. Les opérations actuelles rappellent furieusement celles de VW et sa musique d'accordéon qui étaient, on le sait, un coup monté.
Réponse de le 08/09/2012 à 18:28 :
Montebourg a plutôt joué le jeu des HF et leur VAD !!! voir ODEYS et consors, ou bien JP Morgan qui abaisse la note de Peugeot dans son propre intérêt (regardez le nombre d'actions détenues)
a écrit le 07/09/2012 à 15:17 :
j'ai tout vendu a temps.j'achète aujourd'hui edf et gdf dont les généreux dividendes ne cessent d'augmenter!
Réponse de le 07/09/2012 à 16:58 :
Attention, @capitaliste, lors du détachement du coupon, l'action baisse généralement à peu près du même montant le lendemain, et ne remonte pas toujours après !!! Cordialement
Réponse de le 14/09/2012 à 16:26 :
Le meilleur exemple d'un gros dividende/rendement avec une action qui décroit d'année en année est celui de FT...
a écrit le 07/09/2012 à 10:12 :
La prochaine société sur le départ sera notre "fleuron" des hautes technologies à la française; je veux dire ALCATEL LUCENT qui subit aussi la vindicte des "investisseurs" depuis des années et qui reste tétanisée par sa descente aux enfers. Puisse son départ prochain apaiser son cours.
Réponse de le 07/09/2012 à 17:23 :
Le déréférencement d'Alcatel Lucent des SICAVS et Trackers indiciels indexés sur le CAC 40 ainsi que d'un certain nombre de produits d'investissement sectoriels va surement apaiser son cours ben voyons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :