Le haut de gamme auto triomphe dans le monde avec des ventes record

 |   |  970  mots
La Porsche 911 RSR au salon de  Genève début mars 2014
La Porsche 911 RSR au salon de Genève début mars 2014 (Crédits : Reuters)
Audi, BMW, Mercedes, Porsche, Bentley, Rolls Royce, infiniti (Nissan) affichent des ventes mondiales record au premier semestre. Le marche du "premium" est florissant en Chine, aux Etats-Unis et en Europe.

La crise, quelle crise? Le haut de gamme automobile triomphe dans le monde. Les quatre marques allemandes affichent des ventes record au premier semestre. Les volumes du groupe allemand BMW ont ainsi progressé sur six mois de 6,9% à 1,02 million d'unités. Audi (groupe Volkswagen) a crû de 11,4% à 869.350 exemplaires, Mercedes de 13% à 783.520, Porsche de 8% à 87.800. Même chose pour le japonais Infiniti (Nissan), dont les ventes semestrielles se sont envolées de 30% à 101.220 véhicules. Le suédois Volvo progresse quant à lui de 9,5% à 229.013 unités.

Rolls Royce et Bentley en plein boom

Les labels de prestige les plus exclusifs battent également des records, tel le britanique Rolls Royce (BMW), en progression de 33% à 1.968 unités, et son ancienne marque-soeur Bentley (groupe Volkswagen) qui a accru pour sa part ses volumes de 23% à 5.254 unités au premier semestre. 

Ces chiffres record ne sont pas générés uniquement par l'enrichissement... des chinois. En Europe même, les ventes s'envolent. Audi y a augmenté ses ventes de 7% (à  410.050) sur le semestre. L'Europe absorbe d'ailleurs 47% des volumes totaux du deuxième constructeur mondial de modèles haut de gamme (derrière BMW).

Volvo a augmenté ses volumes en Europe occidentale de 8,7%. et même de 20% sur son marché intérieur suédois. L'Europe de l'ouest (Suède comprise) génère 46% des ventes de la firme de Göteborg. Chez Rolls-Royce, ce sont même les très riches européens qui tirent la marque avec une hausse de 60% des facturations sur le Vieux continent. Le marché des marques de haut de gamme  représente 10% du gâteau automobile français total, explique-t-on chez BMW. Et il est trois fois plus élevé en Allemagne ou en Grande-Bretagne.

La Chine tire les ventes

En-dehors de l'Ancien continent, la Chine tire évidemment les volumes. Implanté depuis 25 ans, Audi y a grimpé de 17,8% sur six mois (à 268.666 exemplaires). La croissance y est de 34% pour Volvo qui appartient au consortium chinois Geely, de 60% pour Bentley. Les Etats-Unis favorisent également Audi, BMW, Infiniti.

Le marché du "premium" est en fait beaucoup moins sensible à la crise dans le monde que celui des modèles généralistes. Les "nouveaux" riches dans les pays émergents veulent des modèles de marques emblématiques, censés illustrer leur réussite sociale. C'est flagrant en Chine ou en Russie.

Sur le Vieux continent, les acheteurs privilégient aussi de plus en plus les valeurs sûres (qualité de finition, esthétique soignée, agrément de conduite, haute technologie...),  le marché ayant tendance à se polariser entre les modèles d'entrée de gamme style Dacia et les véhicules "premium". Et ce, d'autant plus que les marques de haut de gamme offrent désormais des véhicules plus petits, plus sobres et dont le coût de possession n'est plus si éloigné de celui des véhicules de marque généraliste.

Meilleure valeur de revente

Car les Audi, BMW ou Mercedes conservent une meilleure valeur de revente, un facteur clé du fameux coût de possession qui obnubile les grandes flottes automobiles en Europe. Audi a lancé récemment une citadine, la A1, et BMW s'apprête à commercialiser son premier monospace compact, la Série 2 Active Tourer. Par ailleurs, les modèles du munichois, par exemple, combinent performances et faibles consommations ainsi que bas rejets de CO2 qui leurs sont corrélés, grâce à ses motorisations "Efficient Dynamics".

Les modèles "premium" étant vendus plus cher, ils génèrent - en principe - de meilleures marges et de plus gros profits, permettant aux constructeurs spécialisés de réinvestir massivement en recherche et développement pour maintenir, voire creuser, leur avance technique.

Ces véhicules étant moins sensibles au prix de revient, ils sont encore... souvent fabriqués dans des usines à coût de main d'oeuvre élevé (Allemagne pour les firmes germaniques, Suède et Belgique pour Volvo...). En 2013, BMW a ainsi fabriqué pour la troisième année consécutive plus d'un million de véhicules en Allemagne, soit 50% de ses volumes de production mondiaux (contre moins de 20% en France pour Renault). Porsche produit encore la totalité de ses véhicules en Allemagne.

Problème: on ne devient pas un constructeur de haut de gamme si facilement. Il faut un persévérant effort d'investissement, une qualité perçue sans faille, des motorisations et des prestations du meilleur niveau. En outre, pour pouvoir écouler des petites Audi A1 ou A3 compactes, il faut avoir forgé sa réputation avec des véhicules exclusifs à très hautes performances, qui tirent la gamme (S6, A8, S7...).

Tentative de DS pour rejoindre le peloton

Renault a échoué et est aujourd'hui quasiment exclu de ce créneau, tout comme Ford ou Opel. Après s'être piteusement retiré du segment des limousines après le semi-échec de la 607 et le ratage de la C6, PSA essaye à présent de lancer un label DS spécifique. Mais DS reste encore tout petit à l'échelle mondiale. Et ses modèles ne constituent pas encore des exemples de grande réussite. Carlos Tavares, le nouveau patron de PSA Peugeot Citroën, reconnaît d'ailleurs volontiers que l'écart de prix de vente au client final entre une DS et une voiture de la concurrence germanique est encore "de 12%". Signe que le client potentiel ne valorise pas du tout DS au niveau de ses rivales.

La route est longue et très ardue. Il suffit de voir les énormes difficultés de Nissan pour imposer Infiniti, créé initialement à destination du marché américain en 1989, malgré la qualité-fiabilité reconnue de ses véhicules. Carlos Tavares, qui a été patron de Nissan pour la zone Amérique,  connaît bien le problème. Il rappelle souvent qu'Audi a mis plusieurs décennies pour être reconnu comme un vrai rival de BMW et Mercedes.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2014 à 1:52 :
C'et un beau défi pour PSA que d'avoir créer cette marque en 2010. On va ben voir en 2014 le,potentiel des DS5 LS et DS6 WR ( le SUV ) !
a écrit le 10/07/2014 à 13:01 :
j'ai remarqué que le marché préférentiel des constructeurs (la ou leur part est la plus importante) etait le pays d'origine. Ainsi, l'endroit ou l'on trouve la plus importantre proportion de Renault, c'est la France, de BMW, c'est l'Allemagne, de Lada, c'est la Russie. Ceci pour differentes raisons (popularite et disponibilité des voitures, adaptation au marché local, chauvinisme ou xénophobie, ressources des habitants et adaptation au marché, etc.). Si un marché est tué, quelques soient les raisons a l'origine de cela, les constructeurs locaux le subissent de plein fouet. S'il se trouve orienté par les regles locale ou les circonstances (pas de route --> 4x4, route a grande vitesse --> voitures rapides, etc.), les constructeurs réagissent en fonction des changements ou le provoquent (souvent), ce qui a la fin revient au meme, en bien ou en mal selon les cas. En France, nous avons en particulier la course a la repression en tout genre (associé a la propagande d'une partie du peuple qui croit dans les balivernes anti-voitures) et la paupérisation des classes moyennes. Les constructeurs ont choisi comme réponse d'assouvir la paupérisation et d'axer leur propagande sur autre chose que la voiture-plaisir-vitesse-frime, les rares essais de hauts de gamme n'étant pas a la hauteur. mais la paupérisation augmentant vite, le chiffre d'affaire suit peu et c'est insuffisant pour croitre. les allemands ou les italiens, moins touchés par cette modification du marché (mais l'Europe va les y pousser, ne craignez rien) n'ont pas eu a se poser les questions, toutes les gammes coexistent et la richesse en augmentation les a axé sur le developpement du haut de gamme.
S'ajoute a cette analyse le fait que les hierarchies sont en France le résultat des relations plutot que du mérite et de la compétence, et les ingénieurs chargés des developpements sont de moins en moins compétents. Je me rappele d'un emission ou la journaliste, presente dans le labo de recherche de PSA, avait amené son propre materiel de mesure et demoli conmpletement les valeurs données pompeusement par l'ingénieur en chef du labo. A pres multe tractation, il avait finit par reconnaitre que ses chiffres etaient faux, des "bugs" quelques part faites par un ingénieure de recherche chargé de rassembler les resultats. la nullité de ce pauvre homme grassement payé a un niveau ou visiblement il etait incompétent, faisait pitié. Comment voulez vous que nous tenions la route(sans jeu de mot) en disposant de telle nullités auc commandes et aux etudes ? a démolir les gens compétents en jetant les innovations (c'est mon cas), donner les promotions aux amis flatteurs serviles plutot qu'aux opposants genants (c'est mon cas) et supprimer les permis de conduire pour des pecaddilles années apres années (c'est mon cas), n'attendez pas de résultats flamboyant dans notre economie, que ce soit dans le secteur automobile ou d'autres. Soyez deja content que nous ne déclinions que lentement.
NB: les 3 parentheses ci-dessus ne sont pas un maniere de me plaindre, mais un élément pour montrer que j'affirme en connaissance de cause.
Mais rassurez vous, tout va bien pendant ce temps le pouvoir et les comptes en banque des oligarches augmentent, sauf lorsque quelque fois ils sont pris la main dans le sac de leur cupidité ou de leur incompétence.
a écrit le 10/07/2014 à 12:43 :
Plus on est pauvre plu proportionnellement on met de l'argent dans une voiture inutile.
Ce sera toujours ainsi.
a écrit le 10/07/2014 à 12:40 :
AUDI DANS LES MARQUES DE LUXE . JE REVES ..
DES SKODA REBADGEES MADE IN HONGRIE OU TCHEQUIE.
a écrit le 09/07/2014 à 21:17 :
meur VERDEVOYE aller voir une course de voitures GT il ya des voitues ALLEMANDES des ANGLAISES ET DES ITALLIENNES pa de FRANCAISES
a écrit le 09/07/2014 à 21:04 :
a GALOPIN non il apas de marques françaises dans le haut de gamme mais AGV houblie volontairement de citer le belles ITALIENNES cmme sur les Poids Lours il OUBLIE IVECO
Réponse de le 10/07/2014 à 9:40 :
Les marques italiennes n'ont pas publié leurs ventes semestrielles.La Tribune a consacré plusieurs articles à Maserati et Ferrari ainsi qu'à Alfa Romeo.... Les critiques sur un prétendu oubli volontaire sont donc injustes et gratuites. Ceci dit, Maserati et Ferrari sont bien plus petits que les allemands, les japonais ou Volvo, voire Jaguar Land Rover... Quant à Alfa Romeo, les ventes régressent hélas régulièrement.
a écrit le 09/07/2014 à 20:59 :
vente de 2 A1 a la place d'une A8 et vous augmenter vos ventes de 100 % mais de combien augmenter vous votre CA ??
a écrit le 09/07/2014 à 20:52 :
m eur VERDEVOYE a volontairement houbier de citer les voitures italiennes FERRARI et MASERATIE qui cartonne dans le monde entier
a écrit le 09/07/2014 à 20:31 :
Sans être rabat joie, ces marques premium qui volent de record en record sont un symptome de plus de la situation ubuesque dans laquelle est notre société... toujours plus de très riches, et par voie de conséquence toujours plus de pauvres ...
Réponse de le 10/07/2014 à 2:36 :
il est tout à fait normal que les plus riches soient plus riches, car ils travaillent et voient donc les besoins. Quand aux pauvres, on les entraine à rester devant leur TV, et là ils ne voient rien
a écrit le 09/07/2014 à 18:56 :
les sur performances industrielles des constructeurs Premium Allemands majoritairement mais aussi Italiens et Anglais vient mettre une vrai fessée aux piètres patrons des groupes français incapables.
Réponse de le 09/07/2014 à 20:25 :
Les patrons ne sont nullement en cause ici ! Relisez...
Réponse de le 09/07/2014 à 20:37 :
point d'avenir en France pour ces modèles .regardez le par personnel de nos ministres qui démolissent "la" voiture en général . ah si ! la Bolloré aixam c3 polo , des caddies à moteur . ils ont raison de fermer boutique .
Réponse de le 09/07/2014 à 21:42 :
Hélas, c'est en parti vrai, je dirai même que le commentaire est pertinent car de nombreux trolls pensent que ce sont les ingénieurs qui décident des niveaux de prestations des produits or c'est bien le management qui décide de quels produits et stratégie on a besoin, pire, parler de la mentalité de nos politiques met encore plus en lumière a quel point les patrons de l'auto était influencé par le politique Français et ne regardaient pas à l'étranger. Le monde entier demande de la boite auto gros moteur essence et tricorps, la réponse française a été longtemps l'exact opposé, il a fallu frôler le pire pour qu'il y ait une prise de conscience...
Réponse de le 09/07/2014 à 22:29 :
Le dernium audi dans le premium, j'ai beaucoup ri, les autres aussi, l'absence de fiabilité, les chassis en guenilles, les motorisations fragiles comme des cheveux, si emblématiques de la marque ....!!!
a écrit le 09/07/2014 à 17:55 :
je me trompe ou .....je ne vois aucune marque Française??
Réponse de le 11/07/2014 à 10:00 :
Ha non, surtout pas. Ici, on fait des voitures en carton pour faire rêver les pauvres (il suffit de voir les pubs a répétition essayant de nous faire croire que les merdes qu'on produit c'est du produit de luxe...), les riches sont priés d'aller vivre ailleurs, ce qu'ils font d'ailleurs, donc aucun besoin de produire des voiture de luxe en France. Pourtant , il y a bien longtemps, il y eu Bugatti (parti de l'autre coté des frontières), Facel Vega, Talbot (dont Peugeot a bousillé l'image en un rien de temps...), Alpine (que Renault a mis a la poubelle rapidement)... Enfin ... heureusement on a Dacia.. ha mince, c'est fabriqué chez nos amis roumains...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :