Renault frappe fort en visant 100% de voitures électriques en 2030

Le groupe automobile français a annoncé sa bascule au 100% électrique en Europe en 2030. Cette annonce réajuste le plan divulgué en juillet dernier, dans un contexte de très forte accélération de l'électrification du marché européen, tandis que Bruxelles veut en finir avec les voitures thermiques, hybrides compris. Analyse.
Nabil Bourassi

4 mn

(Crédits : ERIC GAILLARD)

Les vérités sont successives... Jamais cette expression n'avait pris autant de sens que chez Renault. Le groupe automobile français a revu son plan d'électrification présenté en juillet dernier et vise désormais 100% de ses ventes en voitures électriques en 2030 (contre 90% annoncé précédemment) en Europe. "On s'est mis en tête de préparer les conditions pour que Renault soit une marque 100% électrique à horizon 2030", a déclaré Luca de Meo lors d'un point avec des journalistes au Technocentre de Guyancourt, le quartier général de sa R&D.

Lire aussi 8 mnHybride rechargeable: trop peu d'avantages par rapport au thermique... une "arnaque", affirme une étude suisse

"Les tiroirs étaient un peu vides"

Pour le directeur général de Renault, cette annonce témoigne d'une très forte accélération des projets de développement en cours. "Cette année, on a approuvé un projet par mois. On a fait en un an chez Renault ce qu'on aurait fait en quatre ans auparavant. Les tiroirs étaient un peu vides", a-t-il expliqué dans des propos rapportés par l'AFP.

Cet avenant au plan d'électrification doit résoudre plusieurs sujets. D'abord, les marchés s'étaient montrés mitigés après la feuille de route de juillet dernier. Ils s'attendaient à une offensive plus ambitieuse pour le groupe qui se targuait d'être précurseur dans l'électromobilité avec la Zoé, longtemps voiture électrique la plus vendue en Europe. Le titre avait dévissé jusqu'à un plus bas de six mois suite à ce plan.

Bruxelles ne veut plus de voitures thermiques, hybrides compris

L'autre point est le changement de pied de Bruxelles sur l'hybride. Luca de Meo a tenté à plusieurs reprises de défendre cette technologie auprès des autorités et des médias. Renault est effectivement en train de déployer E-Tech, une technologie hybride innovante et sur laquelle il a beaucoup misé. Sauf que Bruxelles a annoncé en juillet dernier sa volonté d'interdire à compter de 2035 tous les moteurs thermiques, hybrides compris. En outre, les marques concurrentes sont de plus en plus nombreuses à programmer leur bascule dans le 100% électrique (Fiat, Opel, Volvo...).

Les analystes reprochent à Renault d'avoir abandonné son leadership dans la voiture électrique en se laissant submerger par une vague de nouveautés autrement plus moderne notamment en provenance d'Allemagne avec Volkswagen et sa gamme ID (déjà quatre modèles au catalogue), mais également de Chine avec des produits extrêmement compétitifs comme la Seres 3, un SUV de la taille d'un 3008, au prix d'une Zoé...

Nouvelle Mégane, un test pour Luca de Meo

La nouvelle Mégane dont le lancement est désormais imminent doit repositionner Renault sur l'électromobilité avec un produit compétitif. Luca de Meo a passé beaucoup de temps à retravailler ce modèle dont le développement était déjà pas mal avancé lorsqu'il a pris les rênes du groupe en juillet 2020. L'ancien patron de Seat voulait que cette compacte soit davantage tournée vers le client: palettes de couleurs, ambiance intérieure... Les équipes de développement se sont mobilisées pour réajuster le cahier des charges. Car la réussite de son lancement sera un test pour Luca de Meo qui y a mis beaucoup d'enjeux. Renault doit absolument revenir sur le segment C qui est trois fois plus profitable, selon lui, que le segment B où la marque au losange n'a jamais perdu son leadership avec sa Clio et son Captur. Son offensive produit se poursuivra fin 2023 ou début 2024 avec l'arrivée de la nouvelle R5. Cette petite voiture électrique doit remplacer Zoé.

Luca de Meo a également confirmé que Dacia basculerait également dans le 100% électrique. L'exercice sera plus compliqué pour la filiale roumaine beaucoup plus contrainte en termes de coûts, si elle veut respecter son approche entrée de gamme. Pour commercialiser sa Spring, moins de 20.000 euros, Dacia a dû recourir à une production en Chine.

Un parc roulant de 400.000 voitures électriques

Luca de Meo estime que Renault dispose d'avantages concurrentiels majeurs en matière d'électromobilité: des brevets, des investissements déjà amortis, des retours d'expérience sur un parc roulant de 400.000 voitures ayant déjà parcourus 10 milliards de kilomètres, et une expertise dans les batteries dont il espère diviser le coût unitaire par deux dans les dix prochaines années.

Toutefois, Renault devra nécessairement s'appuyer sur son allié Nissan s'il veut gagner en compétitivité, notamment pour amortir les investissements sur les deux plateformes de voitures électriques CMF-BEV et CMF-EV. Il sera également utile pour étoffer la production d'Electricity, le projet de campus industriel monté par Luca de Meo dans les Hauts-de-France, doté de cinq usines d'où sortiront 400.000 voitures électriques par an (batteries incluses). Luca de Meo n'a pas donné de détails, mais il assure que les relations sont désormais apaisées avec le groupe japonais contrôlé par Renault à hauteur de 44% du capital. Il a annoncé un nouveau sommet le 27 janvier prochain pour approfondir les synergies.

Lire aussi 8 mnHybride rechargeable: trop peu d'avantages par rapport au thermique... une "arnaque", affirme une étude suisse

Nabil Bourassi

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 16/01/2022 à 20:30
Signaler
Reste un sujet essentiel: le droit de disposer d'un emplacement de stationnement de recharge. réservé au lieu que ça serve à une personne étrangère du lieu, en gros un prolongement de la propriété privée en ville.

à écrit le 15/01/2022 à 8:55
Signaler
Je ne pense pas que Macron soit resonsable de la mauvaise gestion des constructeurs francais et de Renault en particulier. Faut arreter de mettre des partons qui pensent plus a remunerer l'actionnaire qu'a avoir une vision industrielle de leur a...

à écrit le 14/01/2022 à 17:11
Signaler
Ils vont ce faire bouffer par les chinois. A therme Renault et stelentis serons bouffes

à écrit le 14/01/2022 à 14:56
Signaler
En 2030, on achètera des voitures chinoises, ne trouvant plus en Europe des moteurs thermiques. La France qui vendait dans le monde entier la technologie Renault va encore baisser un peu plus passant de la 7ème place à la 20ème !!!!!

le 14/01/2022 à 15:26
Signaler
les ordres de m macron pour augmenter le chomage dans le secteur automobile

le 14/01/2022 à 19:20
Signaler
mais renault et les autres fond deja construire leusr voitures en asie la question c'est seront il encore la demain ?

à écrit le 14/01/2022 à 12:15
Signaler
Tout électrique ? Alors qu'EDF est moribond, il va y avoir comme un problème ...

à écrit le 14/01/2022 à 11:11
Signaler
Renault devrait en premier lieu se concentrer sur la livraison de voitures finies voir fiable coté moteur et ne pas faire supporter a ses clients ses erreurs de choix .

à écrit le 14/01/2022 à 11:10
Signaler
Renault devrait en premier se concentrer sur la livraison de voitures finies voir fiable coté moteur et ne pas faire supporter a ses clients ses erreurs de choix . .

à écrit le 14/01/2022 à 9:27
Signaler
Le tout est électrique ´ est pas la solution quand on n a pas les ressources de production en amont … et que tout devient électrique … Un mix d offre électrique hydrogène et autres seraient plus judicieux et concurrencerait l offre chinoiseven Europ...

le 14/01/2022 à 10:03
Signaler
Pour l'hydrogène s'il faut de l'électricité pour le produire il y a énormément de perte en ligne et si on le produit a partir de méthane, il y a aussi de la perte en ligne on a donc meilleur compte a tourner directement au méthane (et du méthane ""ve...

à écrit le 14/01/2022 à 8:52
Signaler
Vous savez qu'EDF n'a pas les moyens de produire toute l'électricité qui serait nécessaire et réduit déjà sa production cet hiver, en priant pour qu'un black out ne survienne pas ? On en parle au 20 heures, pourtant ! Quant aux chiffres de vente des ...

à écrit le 14/01/2022 à 6:10
Signaler
bien que tardive , ce plan est judicieux. Le thermique est une erreur qui aura coûte beaucoup de vie humaine ( asthmatique, personnes fragiles ). Enfin l'électrique semble une alternative credible à la vue des progrès technologique importants en co...

le 14/01/2022 à 9:11
Signaler
@Laurent Je ne pense pas que la voiture électrique soit une solution durable. Les planètes ne sont pas alignées en ce qui concerne les composants de fabrication, ni les infrastructures nécessaires à l'environnement de ces véhicules, en particulier l...

à écrit le 14/01/2022 à 5:28
Signaler
On veut faire rouler la France avec une énergie non disponible, y a-t-il un pilote dans l'avion France ?

à écrit le 13/01/2022 à 20:58
Signaler
Renault fait des véhicules low cost tres chers qui ne vendent pas . Seul Dacia avec des moteurs thermiques arrivent à sortir la tete de l'eau. Quel sens du Marketing!!!! 100% de véhicules électriques et - 50% de vente en 2030. Enfin, pour moi, cible ...

à écrit le 13/01/2022 à 19:48
Signaler
203 c'est demain. Je vois mal Renault survivre aux normes démagos de Bruxelles qui veut de toute façon tuer l'industrie automobile européenne au profit de la chinoise. Une poignée de commissaires non élus vont décider de mettre au chômage des centain...

à écrit le 13/01/2022 à 18:55
Signaler
Au moins ils ne produiront plus de moteurs thermiques dont certaines séries furent et sont encore récemment des calamités. Espérons qu'ils ne renouvellent pas leurs erreurs avec les moteurs électriques. 3 ou 4 pièces à assembler, ça devait être à leu...

à écrit le 13/01/2022 à 18:52
Signaler
Euh, les 6 epr c'est pas pour 35? Ca va être joyeux. Je crois que je vais lancer une lessive a 21h.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.