Immobilier : la construction de logements continue de reculer

 |   |  294  mots
(Crédits : Eric Gaillard)
La construction de logements a poursuivi son déclin en France entre septembre et novembre, dans la tendance des précédents mois qui ont vu un rebond côté maisons et une chute côté immeubles, montrent vendredi les chiffres du gouvernement.

La construction de logements a continué de s'affaisser en France entre septembre et novembre, dans la tendance des précédents mois qui ont vu un rebond côté maisons et une chute côté immeubles, selon les chiffres publiés, ce vendredi 27 décembre,- par le gouvernement.

Entre septembre et novembre, le nombre de permis s'est établi à 118.100, soit un recul de 2,2% par rapport à un an plus tôt, tandis que les mises en chantier ont baissé de 3,4% à 112.500, selon le ministère de la Cohésion des Territoires, dont dépend le logement. Les tendances d'ensemble des mois précédents demeurent: la construction de maisons rebondit nettement, alors que celle d'immeubles s'inscrit en fort recul.

Les promoteurs immobiliers, qui construisent les immeubles, expliquent principalement cette déprime par la perspective des élections municipales, qui poussent les élus locaux à restreindre les permis de construire. Néanmoins, la situation s'est améliorée en novembre sur ce front: entre août et octobre, le nombre de permis de construire des immeubles s'inscrivait en baisse de plus de 12% par rapport à un an plus tôt. Pour la période septembre-novembre, le recul n'est plus que d'environ 9%.

Recul de 8% pour les immeubles mis en chantier

Du côté des maisons, l'évolution est restée semblable à ce qui été mesuré un mois plus tôt: un franc rebond des permis (+9,1% pour les logements individuels dits purs et +1,1% pour les logements groupés, c'est-à-dire intégrés à un programme immobilier plus large).

En ce qui concerne les mises en chantier, qui témoignent du niveau actuel de la construction, les tendances sont les mêmes mais moins marquées : elles marquent une hausse de 2,1% pour le logement individuel pur et un recul de 8% pour les immeubles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2019 à 21:33 :
Dans ma ville ( pas Paris ) un programme neuf en cours . . 430 000€ pour un F3 . . 390 000 un F2 . . .c'est de la folie . . .qui peut acheter ? ?
a écrit le 28/12/2019 à 20:14 :
Si le bâtiment ne s'adapte pas à la nécessité d'arrêter d'artificialiser l'espace il mourra de sa belle mort. Son avenir passe par le recyclage des millions de mètres carrés des zones commerciales et des parkings, ces futures friches post e-commerce...
a écrit le 28/12/2019 à 17:16 :
sinon on peut expliquer ca en se disant ' quand on voit ce qu'ils vendent et a quel prix ' ( qui integrent certes les 25% des logements sociaux obligatoires vendus a titre quasi gratuits aux bailleurs sociaux
a écrit le 27/12/2019 à 19:21 :
Notre société change et les professionnels de l'urbanisme et de la construction immobilière manquent d'imagination pour proposer de nouveaux habitats. Une maison avec un jardin,... c'est le rêve des années 70-90, depuis les divorces... ont fait qu'il y a pas mal de "familles monoparentales", de "célibataires endurcis" et de "petits vieux" pas encore grabataires. Mais cela, ces professionnels le savent-ils ? Pour l'urbanisme, c'est vrai que le clientélisme les intéresse plus que le reste : j'habite une petite ville où chacun fait ce qu'il veut (pas vu pas pris, le service de l'urbanisme ferme les yeux quand ils n'explique pas aux copains comment ne pas se faire prendre). Je vois depuis plusieurs mois une belle maison de 150m² se construire tranquillement au bord de la route en pleine zone agricole donc zone inconstructible mais depuis quelques semaines avec un affichage permis de construire pour extension d'un "hangar agricole" qui n'a jamais existé mais chut. Il était temps, la maison est presque terminée... Dans quelques années, l'heureux auto-constructeur fera une belle plus-value de quelques centaines de milliers d'euros, (actuellement ce type de maison vaut 450 à 500 000 euros chez nous) ce genre d'arrangements intéresse plus les services d'urbanisme que d'inventer de nouveaux modes de vie. L'essentiel est que lorsque géoportail affichera enfin une vue aérienne montrant la maison, le plus zélé des fonctionnaires de la commune verra un rectangle classique, regardera le permis de construire et se dira "ah, c'est un hangar agricole, normal en zone agricole", il n'ira pas pousser le zèle jusqu'à regarder d'anciennes vues pour retrouver le vieil hangar et encore moins se déplacer pour regarder à quoi ressemble en vrai, ce rectangle vu d'avion.
Réponse de le 27/12/2019 à 20:41 :
C'est l'amitié, le système fonctionne ainsi....

Ce que je me dits, est que la demande est toujours la, par contre le financement du logement social par exemple, n'est plus une option par les choix de macron...

Pour le coup, tout décision a son importance.
Réponse de le 29/12/2019 à 7:22 :
Il faut savoir que construire une maison d'habitation sur des terres agricoles est autorisé par le code de l'urbaniste au motif qu'un agriculteur se doit d'habiter au sein de son exploitation. C'est une survivance dû à une époque où le milieu agricole faisait surtout de l'élevage. Un agriculteur tire partie de ça : il a le droit !
Réponse de le 04/01/2020 à 19:37 :
A l'époque du POS, ce que vous dîtes était vrai. Mais il y a eu pas mal d'abus dans les régions où le foncier est à prix d'or, où certains agriculteurs ont construit soit-disant pour y vivre avant de revendre à des rurbains. Depuis le PLU, pour pouvoir construire en zone agricole, il faut une bonne raison, genre faire de l'élevage et encore des bestioles qui ont besoin de vous. Les autres, pour les vergers, les céréales... de tout temps les paysans habitaient en village et en partaient pour rejoindre leur champ. Donc désormais, en tout cas en Provence, en théorie, on ne devrait plus faire comme on veut mais bon, il y a toujours des petits malins. J'ai eu des voisins en ville (en Bretagne) qui vivait dans une maison construite sans permis, j'y suis restée plusieurs années, à ma connaissance, ils n'ont jamais été inquiétés, en tout cas, la maison est toujours là et occupée.
a écrit le 27/12/2019 à 16:52 :
Vu ce que rapporte réellement l'immobilier et surtout les ennuis qu'il généère, qje m'étonne que lenombre de permis ne baisse pas davantage!
a écrit le 27/12/2019 à 15:33 :
Curieux que les gens préfèrent vivre dans une maison plutôt que dans un immeuble. Les grandes villes sont des désastres, économiques, écologiques, sanitaires. L'habitat urbain coûte moins cher, sur le papier...la réalité est toute autre, mais il y a tellement d'argent à se faire dans l'aménagement de la ville.
a écrit le 27/12/2019 à 13:18 :
Des immeubles ont en a déjà bien trop, des maisons neuves également mais ça coute moins cher de faire construire que de rénover donc notre paysage s’enlaidit continuellement depuis des décennies.

Par contre il manque un chiffre c'est celui des bâtiments commerciaux, vous savez ces verrues immondes qui s'entassent obstinément aux abords des villes mais l'agro-industrie aiment bien enlaidir nos campagnes avec également, qu'en est il ?
Réponse de le 27/12/2019 à 16:57 :
Des maisons a rénover,il y en a plein dans des régions ou il n'y a plus d'emploi.L'économie se concentre dans les grandes villes.

N'oubliez pas aussi l'explosion démographique .Le rythme est peu soutenable dans un pays aussi petit et aussi désorganisé que chez nous.Dans l'Ouest ça bétonne comme jamais.Sans cela la croissance s'effondre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :