Logement : les 5 initiatives solidaires de la semaine

 |   |  808  mots
(Crédits : ERIC GAILLARD)
Les groupes Action Logement, CDC Habitat, Gambetta et L'Adresse viennent de prendre l'engagement de produire davantage de logements et d'héberger plus de soignants.

50.000 logements. C'est ce qui devrait sortir de terre d'ici à un an à en croire deux des principaux bailleurs immobiliers français. La filiale logement de la Caisse des Dépôts et Consignation, CDC Habitat a en effet annoncé, ce 27 mars, la production de 40.000 logements neufs dans les douze prochains mois "pour soutenir les secteurs de l'immobilier et de la construction".

Lire aussi : Covid-19: la promotion immobilière "paralysée" craint une année "catastrophique"

Dans le détail, seront érigés 15.000 logements locatifs abordables neufs, 10.000 logements locatifs intermédiaires neufs et 15.000 logements sociaux neufs dans les zones tendues, c'est-à-dire là où la demande est supérieure à l'offre, et dans les 222 communes du plan "Action cœur de ville".

"Notre devoir est de soutenir l'économie immobilière en accélérant notre rythme de mise à disposition de logements attractifs pour les foyers modestes et les classes moyennes"écrit, dans un communiqué, André Yché, le président du directoire du "premier bailleur de France".

Mobilisation d'Action Logement via In'li et I3F

A ces 40.000 premiers logements, il faut en ajouter 10.000 qui seront acquis "d'ici à fin 2020", par In'li, la filiale dédiée au logement intermédiaire en Ile-de-France du groupe Action Logement.

"La crise sanitaire qui frappe l'Europe et impacte lourdement notre secteur économique nous imposait de réagir", déclare son patron Benoist Apparu dans une déclaration transmise à la presse. "Avec ce plan d'une ampleur inédite, in'li prépare activement la sortie de crise pour répondre à l'objectif ambitieux fixé par Action Logement et soutenir nos partenaires."

Outre cette entité, l'organisme paritaire Action Logement, administré à parité par le syndicat et le patronat, possède aussi Immobilière 3F, qui gère plus de 265.000 logements sociaux, foyers et commerces.

L'Adresse la joue comme Airbnb

A la manière d'Airbnb qui s'est associé, mardi 24, au gouvernement pour héberger les soignants, I3F fait savoir qu'elle met à disposition des logements situés à proximité des hôpitaux. Dix sont "d'ores et déjà prêts" dans le Val-de-Marne (94) de même qu'un repérage est en "cours" dans les autres départements franciliens.

"Face à cette crise exceptionnelle, en tant que bailleur social, nous nous devions d'agir, de trouver des solutions pour les personnels hospitaliers", affirme Olivier Perret, directeur de l'agence du 94.

Meublés par la société Move&Rent, "actrice de l'économie circulaire spécialisée dans la location de mobilier neuf", et équipés de douze lits "donnés" par Ikea, ces habitats se trouvent à proximité de Gustave-Roussy (Villejuif), d'Henri-Mondor (Créteil) et d'Emile-Roux (Limeil-Brévannes et Saint-Maurice).

Le réseau aux 350 agences immobilières L'Adresse a, lui aussi, décidé de venir en aide aux professionnels de santé. Sur le site Internet fondationladresse.org, il faut soit cliquer soit sur « Je propose un bien meublé vacant proche d'un hôpital » soit sur « Je recherche un bien à proximité de mon hôpital ».

"Au vue de la crise sanitaire que nous rencontrons actuellement, il était inconcevable pour nous de ne pas agir", explique la présidente de la fondation, Béatrice Favat-Poinsot. "Il est apparu évident de mettre à disposition son savoir-faire et ses contacts au profit de ceux qui en ont le plus besoin actuellement, nos héros du quotidien que sont les membres du personnel de santé."

Vérifications faites, dans le premier cas, il est demandé à l'internaute propriétaire de renseigner l'hôpital proche de chez lui, l'adresse de son logement, la date de disponibilité, le type d'habitat - studio, deux, trois, quatre, cinq pièces -, la localisation des clés, ainsi que son nom, son prénom, son téléphone, son adresse mail, et un document qui prouve son statut comme le titre de propriété, la taxe foncière ou les charges de copropriété.

Dans le second cas, il faut préciser la ville recherchée, le nom de l'hôpital, la profession - médecin, urgentiste, anesthésiste, infirmière, aide soignante, auxiliaire de puériculture, biologiste, technicien de la laboratoire - et bien sûr le nom, le prénom, le numéro de téléphone, l'adresse mail, la pièce d'identité et la carte professionnelle ou justificatif.

Un coup de fil aux locataires chez Gambetta

Le promoteur et bailleur social Gambetta a, pour sa part, demandé à ses salariés de téléphoner à ses 5.000 locataires âgés de 70 à 98 ans.  "Les appeler, tout simplement, pour prendre de leurs nouvelles, peut faire une véritable différence dans la situation actuelle", assure la directrice de l'activité locative du groupe, Corinne Dufaud.

"En cas d'incertitude sur son état de santé, nos équipes seront en mesure d'orienter les personnes concernées vers les services sociaux spécialisés pour permettre une prise en charge rapide et adaptée", complète le président du directoire de Gambetta, Norbert Fanchon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2020 à 10:50 :
Monsieur MACRON nous explique qu'il nous faut repenser notre projet de société, que rien ne sera plus jamais comme avant ... et la CDC remet une pièce dans le "juke-box". Nous crevons d'une urbanisation et d'une démographie galopantes; et ce serait nous rendre service que de construire massivement des logements ? Regardez nos campagnes dévastées, regardez les chiffres de l'artificialisation des sols. Quel cynisme !
Je suis chef d'entreprises et crée de nombreux emplois. Je vous méprise, Monsieur le petit fonctionnaire (André Yché), qui vous réfugiez derrière des arguments falacieux de soutien à l'économie pour réaliser vos forfaits.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :