Solvay entérine son projet de coentreprise avec Ineos pour créer Inovyn

 |   |  326  mots
Solvay précise que la transaction débouchera sur une dépréciation de l'ordre de 420 millions d'euros qui impactera le bénéfice net du deuxième trimestre. | REUTERS
Solvay précise que la transaction débouchera sur une dépréciation de l'ordre de 420 millions d'euros qui impactera le bénéfice net du deuxième trimestre. | REUTERS
Inoyn devrait devenir le deuxième producteur mondial de PVC derrière le japonais Shin-Etsu. Cette joint-venture peut voir le jour suite à l'aval de la Commission européenne donné en mai, moyennant des cessions.

L'accord était sur la table depuis plus d'un an, cette fois il est signé définitivement. Le groupe chimique belge Solvay s'associe au groupe Ineos pour créer une coentreprise de PVC baptisée Inovyn dont Solvay sortira après trois ans, au lieu des quatre à six ans évoqués en mai 2013.

Solvay sortira d'Inovyn après trois ans

Solvay précise dans un communiqué :

"Inovyn recevra un premier paiement de 175 millions d'euros à la clôture de l'opération et transférera à la joint-venture des passifs pour un montant total de 250 millions d'euros. Solvay sortira d'INOVYN après trois ans, délai au terme duquel le groupe recevra un paiement complémentaire pour un montant attendu de 250 millions d'euros". 

Le groupe ajoute : "Le montant définitif de ce paiement complémentaire sera calculé en fonction de la performance opérationnelle (Rebitda) moyenne annuelle de la coentreprise pendant ces trois années, avec un minimum garanti de 75 millions d'euros".

Une réorientation stratégique vers les polymères spécialisés

Solvay précise que la transaction débouchera sur une dépréciation de l'ordre de 420 millions d'euros qui impactera le bénéfice net du deuxième trimestre. Le spécialiste de la chimie poursuit ainsi une stratégie de dégagement d'activités de base et à faible marge dans les plastiques pour se recentrer sur les polymères spécialisés, les produits chimiques destinés aux secteurs pétrolier et gazier et la chimie adaptée aux produits de soin du corps et capillaires.

La joint-venture rassemblera les activités de Solvay et d'Ineos dans le chlorovinyle (PVC, soude caustique et dérivés du chlore), et devrait ainsi se classer dans les trois premiers acteurs mondiaux, avec un chiffre d'affaires pro-forma 2013 de plus de 3 milliards d'euros, et 14 sites de production dans 8 pays européens. Le siège social sera basé à Londres et la gouvernance partagée "de manière égale" entre Solvay et Ineos.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :