Sanofi compense difficilement le déclin de son activité diabète

 |   |  443  mots
Sanofi perdait près de 1,8% en Bourse dans la matinée du jeudi 2 novembre.
Sanofi perdait près de 1,8% en Bourse dans la matinée du jeudi 2 novembre. (Crédits : Reuters)
Sanofi a enregistré une très faible croissance au troisième trimestre. En cause, l'érosion continue de son activité diabète due à la perte du brevet du Lantus, une insuline qui génère plusieurs milliards d'euros de ventes annuelles. Les vaccins et traitements contre les maladies rares compensent difficilement le déclin de cette franchise historique du groupe français.

Les résultats financiers du premier laboratoire français sont décevants. Sanofi a enregistré au troisième trimestre une chute de 6,4% de son bénéfice net à 1,57 milliard d'euros et un chiffre d'affaires en légère hausse de 0,3% à 9 milliards d'euro, a-t-il dévoilé jeudi 2 novembre.

En cause, le déclin de sa franchise diabète. Son chiffre d'affaires a reculé de 10% à 1,55 milliard d'euros. Une décroissance qui "pèse très fortement sur la croissance du groupe", juge la société d'analyse financière Invest Securities. La franchise a particulièrement souffert de ses mauvaises ventes aux Etats-Unis, marché numéro 1 des médicaments. Les ventes de ses antidiabétiques y ont chuté de 22,4%, pénalisés par les difficultés du Lantus. Ce produit, dont le brevet a expiré en 2015, connait un recul de son chiffre d'affaires qui semble inexorable. Au troisième trimestre, il a généré 1,2 milliard d'euros, soit un recul 15,5%. Pour mémoire, ce produit a été déremboursé depuis le début de l'année par le groupe américain d'assurance santé et de pharmacie CVS, notamment, au profit d'un biosimilaire d'Eli Lilly. Par ailleurs, de nouveaux concurrents tentent de lancer des copies de cette insuline sur le marché américain. Sanofi multiplie les actions en justice, contre MSD ou encore Mylan, pour ralentir l'érosion des ventes du Lantus.

Plus forte chute boursière du CAC 40

Olivier Brandicourt, le patron de Sanofi, a seriné jeudi que cette nouvelle baisse du chiffre d'affaires de l'activité diabète était prévue par le groupe. Mais globalement, Sanofi a enregistré des résultats inférieurs aux attentes (les analystes de Factset  prévoyaient un chiffre d'affaires de 10,85 milliards d'euros), ce qui a échaudé les investisseurs. Le groupe plongeait de près de 1,8% à la Bourse de Paris à 11h40, signant la plus forte chute du CAC 40.

Car force est de constater que d'autres activités ont du mal à endiguer l'érosion des ventes de ce blockbuster, malgré leur croissance à deux chiffres. La Franchise médecines de spécialités a grimpé de 13,9% à 1,6 milliards d'euros, dopée par les ventes de traitements contre la sclérose en plaques, et celle des vaccins enregistre une hausse de 11% à 1,9 milliard d'euros.

Dans le futur, le Dupilumab, un traitement contre l'eczéma pourrait aider à pallier la chute des revenus de Sanofi issus des ventes d'insuline. En phase de lancement, il a déjà rapporté 75 millions d'euros au groupe pharmaceutique. La big pharma espère que cet anticorps monoclonal deviendra un blockbuster, notamment lorsque ce traitement sera validé pour deux autres indications: l'asthme sévère et la polypose naso-sinusienne, une forme de sinusite chronique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2017 à 13:19 :
Sanofi nous coute beaucoup trop cher, il serait temps de la nationaliser, tout comme Servier d'ailleurs, on ne peut pas repousser les limites de l'indécence ad vitam aeternam quand même hein.

On a l'impression réelle que dans notre économie plus on est malhonnête et plus l'état vous aide même si cela vient certainement de la règle oligarchique faisant que plus on a un gros réseau et plus on repousse les limites de la compromission et de l'incompétence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :