Un groupe égyptien candidat à la reprise du site de Petroplus

 |  | 382 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe Arabiyya Lel Istithmaraat s'est manifesté à la dernière minute mardi, pour la reprise de la raffinerie Petroplus de Petit-Courrone. Il promet de garder l'ensemble des 470 salariés du site.

L'offre est tombée au dernier moment. Arabiyya Lel Istithmaraat, un groupe égyptien, a déposé mardi soir un dossier de reprise du site Petroplus de Petit-Couronne. "La proposition qui a été transmise aux administrations judiciaires hier contient une proposition de reprise totale des salariés, sauf le personnel qui a l'intention d'ores et déjà de partir à la retraite dans les mois prochains, environ 60 salariés". Michel Billard de la Motte, représentant en France du groupe, invité mercredi matin sur Europe 1, a voulu montrer que son offre de reprise faisait partie des offres sérieuses.

 


"Une reprise totale du personnel" par Europe1fr

Le groupe est prêt à investir "certainement au-delà de 100 millions d'euros", a-t-il poursuivi. Il a également ajouté que le groupe souhaite que l'Etat entre à hauteur de 25% dans le capital de la raffinerie. "Il s'agit d'un souhait, pas d'une demande nécessaire à l'investissement. L'offre sera maintenue si l'Etat refuse", a précisé Michel Billard de la Motte.

Ces derniers jours, le gouvernement français s'était engagé à prendre "une participation minoritaire" au capital du site si une offre "crédible est retenue". La raffinerie de petit-couronne est à l'arrêt depuis janvier 2012 après le dépôt de bilan de son propriétaire Petroplus.

Une entreprise côtée en Bourse

Contrairement aux autres repreneurs potentiels, Arabiyya Lel Istithmaraat est une entreprise côtée, à la Bourse du Caire. Elle compte plus de 20.000 actionnaires, indique-elle sur son site Internet.

Outre l'énergie, Arabiyya Lel Istithmaraat investit dans les matériaux de construction, l'immobilier, l'industrie. Elle possède notamment plus de la moitié de l'entreprise CDCM, assemblant et distribuant des voitures Peugeots en Egypte.

Cinq offres de reprise, deux sérieuses

Au total, cinq offres de reprise, dont deux jugées "sérieuses" par le gouvernement français, ont été déposées mardi devant le tribunal de commerce de Rouen (Seine-Maritime) pour la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, où les 470 salariés espèrent encore une solution alternative au plan social.

Les préférences du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, vont vers celles de l'investisseur suisse Terrae et de la compagnie égyptienne Arabiyya Lel Istithmaraat, qui paraissent "sérieuses et financées".

Les administrateurs provisoires se prononceront mercredi sur les cinq offres, lors d'un comité d'entreprise extraordinaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2013 à 12:15 :
D'accord avec les commentaires, l'offre du repreneur égyptien n'a absolument pas l'air crédible, même le représentant de l'entreprise en France n'est absolument pas motivé quand il présente son offre.
a écrit le 06/02/2013 à 12:09 :
vous dites dans votre article que la préférence de montebourg va vers le groupe suisse et égyptien, ce n'est pas rassurant pour les salariés, car vu le piétre niveau de ce clown de montebourg en économie, les offres ne doivent pas être viable
a écrit le 06/02/2013 à 12:02 :
Vous dites dansvos commentaires que montebourg donne sa préférence au repreneur égyptien, pas rassurant pour les salariés, avec son piétre niveau en économie quand ce clown donne un avis ce n'est pas du tout crédible
a écrit le 06/02/2013 à 12:00 :
Montebourg c'est occupé du dossier donc ça ne marchera pas, c'est toujours comme cela quand montebourg s'occupe de quelque chose ca ne marche pas
a écrit le 06/02/2013 à 11:59 :
je suis prét a parier que ce repreneur ne donnera pas suite, il faut juste écouter son représentant en France qui est extrément vague sur les intentions et les projets de cette entreprise, cette société ne posséde aucune autre raffineries, aucun circuit de distribution, cette offre n'est absolument pas crédible et je donne rendez-vous mercredi pour vous prouver que j'avais malheureusement raison
a écrit le 06/02/2013 à 11:41 :
je ne comprend pa stout : le candidat égyptien semble faire partie des "crédibles et financés". hors l'enveloppe de reprise évoquée est de 400 millions voire plus. et pour l?instant, ils annoncent "certainement plus de 100 millions " ! C'est moi, ou on est assez loin du compte et d'un dossier bouclé ? d'autant qu'ils annoncent encore devoir étudier certains audit...maintenait, si cette reprise pouvait avoir lieux, par ce candidat ou un autre , sa serait fantastique pour les salariés, et leurs représentants, qui ont eu un comportement exceptionnel sur ce dossier...
reste aussi avoir le cout de la"participation minoritaire" pour l?État...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :