La Serbie abandonne son projet d'exploitation d'une mine de lithium confié à Rio Tinto

La décision surprise de Belgrade de stopper le projet d'exploitation d'une mine de lithium sous la pression des écologistes et de la population illustre la difficulté du secteur à lancer des projets en Europe. Le lithium est un métal dont la demande va exploser dans les prochaines années en raison des batteries pour voitures électriques.
Robert Jules

2 mn

Manifestations dans les rues de Belgrade, hier jeudi, contre le projet minier de Rio Tinto.
Manifestations dans les rues de Belgrade, hier jeudi, contre le projet minier de Rio Tinto. (Crédits : Reuters)

C'est une volte-face. La Première ministre serbe Ana Brnabic a annoncé jeudi renoncer au projet d'exploitation de mine de lithium qui devait être confié au  géant minier anglo-australien Rio Tinto, auquel étaient opposés les écologistes qui ont organisé des manifestations regroupant des milliers de personnes à travers le pays ces dernières semaines.

"Tout ce qui est lié au projet Jadar est terminé", a déclaré Ana Brnabic, se référant au nom de la vallée située dans l'ouest de la Serbie où devait être exploité ce gisement, l'une des plus importantes réserves de lithium d'Europe découvertes en 2004, située dans l'ouest de la Serbie, près de la ville de Loznica. Ce métal dont le principal débouché est en train de devenir les batteries pour véhicules électriques ainsi que les éolienne offshore devrait voir sa demande bondir de 42% d'ici 2040, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Pour la seule Union européenne, les besoins en lithium seront multipliés par 18 en 2030.

Un dossier politiquement explosif

Le dossier était devenu politiquement explosif. En effet, cette décision surprise du gouvernement serbe intervient à quelques mois d'élections législatives et présidentielle, probablement au printemps, l'administration du président Aleksandar Vucic cherchant à s'assurer du soutien des électeurs, l'opposition au projet étant aussi nourrie par un ressentiment rampant contre le gouvernement.

Les écologistes, comme les habitants de la région concernée, accusaient Rio Tinto et le président Vucic d'agir dans le plus grand secret et de refuser de publier les rapports d'impact environnemental. Ils craignaient que la région soit dévastée par l'extraction du métal. Le régime du président Vucic est aussi accusé de fermer les yeux devant les dangers environnementaux que pourraient provoquer certains projets d'investisseurs étrangers.

Un investissement de 2,1 milliards d'euros

Le géant minier anglo-australien qui a acheté des terres dans cette région et attendait d'obtenir le feu vert final des autorités pour commencer l'exploitation de cette mine avait prévu d'investir un montant total de 2,1 milliards d'euros. Selon ses évaluations, le gisement est en mesure de produire assez de lithium pour alimenter plus d'un million de véhicules électriques par an.

Dans un bref communiqué, la compagnie minière indique "comprendre les préoccupations" des communautés locales de la valllée de Jadar qui "peuvent traitées et gérées".

Ce rebondissement illustre la difficulté de l'opinion publique en particulier en Europe à accepter des projets miniers qui sont perçus comme polluants. Et elle est un mauvais signe envoyé aux autorités à travers le Vieux continent qui compte relance l'exploitation de métaux stratégiques pour moins dépendre des importations et des fluctuations de prix qui tendent à s'envoler.

(avec Agences)

Robert Jules

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 21/01/2022 à 19:43
Signaler
Ailleurs : Le Portugal possède des gisements de lithium, ce métal décisif pour la transition énergétique, nécessaire notamment aux batteries des véhicules. Un projet de mine géante, la plus importante d’Europe, est actuellement suspendu à la décis...

à écrit le 21/01/2022 à 15:50
Signaler
Avec les voitures électriques on remplace des pollutions par d'autres.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.