Keolis (Sncf) va exploiter les trains de Boston pour 2 milliards d'euros

 |   |  416  mots
(c) Wikimedia Commons / Pline / En France, Keolis est notamment présent à Bordeaux où la filiale de la SNCF s'occupe de la gestion des tramways et des bus.
(c) Wikimedia Commons / Pline / En France, Keolis est notamment présent à Bordeaux où la filiale de la SNCF s'occupe de la gestion des tramways et des bus. (Crédits : (c) Wikimedia Commons / Pline)
Ce marché a été remporté au nez et à la barbe de l'opérateur sortant : le groupement MBCR composé notamment d'une filiale du groupe français Transdev, à la peine depuis plusieurs mois.

Belle opération pour Keolis qui confirme sa bonne dynamique. La filiale de la SNCF, a annoncé ce jeudi avoir remporté un contrat de 2,7 milliards de dollars, soit 2 milliards d'euros, sur huit ans pour exploiter des trains de la banlieue de Boston, sur la côte est des États-Unis.

"Au cours du conseil d'administration du MassDOT (Massachusetts Department of Transportation) qui s'est tenu le 8 janvier, le MBTA - autorité organisatrice des transports de Boston - a désigné Keolis Commuter Services (KCS) pour reprendre le contrat d'exploitation de son transport ferroviaire de banlieue", a annoncé Keolis dans un communiqué de presse.

Le contrat pourrait être étendu à 12 ans et représenterait alors 3,2 milliards d'euros

KCS est une joint venture entre Keolis (60%) et la SNCF (40%), spécialement créée pour Boston, qui va ainsi exploiter, à partir du 1er juillet 2014, les 13 lignes, 1.000 kilomètres de voie et 134 gares des banlieues nord et sud. Le contrat comprend également la gestion et la maintenance de l'infrastructure. Il pourra être étendu à 12 ans, et représentera alors un montant total de 4,3 milliards de dollars (3,16 milliards d'euros).

Présent aux Etats-Unis depuis 2006

Contacté par l'AFP, le président de Keolis Jean-Pierre Farandou s'est réjoui d'une "avancée très importante" dans le développement du groupe français aux États-Unis, où il exploite des trains et bus depuis 2006. L'international est l'un des principaux leviers de croissance de la SNCF, à travers notamment Keolis.

Ce réseau, le plus important d'Amérique du Nord en gestion déléguée à un opérateur privé selon KCS, transporte 36 millions de passagers chaque année. L'opérateur sortant et concurrent de KCS était le groupement MBCR, qui regroupe Veolia Transportation - filiale de l'opérateur français Transdev - le constructeur Bombardier et l'opérateur Alternate Concepts Inc.

Selon Transdev, KCS aurait été choisi "en raison d'une offre financière inférieure"

En réaction, Transdev, filiale de la Caisse des Dépôts et de Veolia, a appellé à l'ouverture à la concurrence des transports régionaux français, afin "que les habitants d'Aquitaine, de Lorraine ou de Rhône-Alpes puissent profiter des mêmes avantages que ceux du Massachusetts en bénéficiant d'une ouverture à la concurrence".

Car selon le groupe, le choix de KCS "a été effectué en raison d'une offre financière inférieure (...), au détriment des marges de l'opérateur et au seul profit des contribuables du Massachusetts". Présent dans 16 pays, le groupe Keolis réalise un chiffre d'affaires de 5 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2014 à 13:22 :
merci !
a écrit le 10/01/2014 à 11:17 :
Ils n'ont pas de FRIC en FRANCE pour entretenir un réseau payé entièrement par le CONtribuable, et vont avec une aisance déroutante devant les mêmes emmerdements qu'EDF…….
Croient-ils ces ingénus qui travaillent avec l'agent des autres qu'ils vont jouer sur du velours…...
Réponse de le 10/01/2014 à 18:14 :
"Charles sabatier",vous semblez méconnaitre le monde des infrastructures de transports en France.Le réseau ferroviaire appartient à la NATION.Sa gestion est actuellement dévolue à RFF (créé en 1997) et une convention permet de déléguer certaines missions à la SNCF mais également de plus en plus à des entreprises du BTP. Demain (janvier 2015) ,RFF va absorber les cheminots de l'Infrastructure SNCF dans le cadre de la réforme du ferroviaire soit 52 000 cheminots.Néanmoins l'aventure internationale à un arrière goût d'EDF mais rappelons que le seul actionnaire de la SNCF est l’État.Donc ,qui ne dit mot ... consent !
a écrit le 10/01/2014 à 9:41 :
Une filiale de la SNCF à Boston, enfin, les Bostoniens vont connaître les retards de trains, les incidents de voies. Le vrai bonheur quoi! A une époque, mais c'était il y a longtemps, on pouvait mettre à l'heure sa montre à gousset, avec l'arrivée d'un train en gare. Maintenant on ne peut parfois pas prévoir le jour.
Réponse de le 10/01/2014 à 11:04 :
Vous ne devez pas souvent voyager à l'étranger pour idéaliser leurs réseaux ferrés de la sorte.
Réponse de le 10/01/2014 à 11:05 :
Nul comme commentaire,regarde un peu ce que fait keolis en françe et dans le monde et tu verras que le groupe SNCF avec ses 450 filiales est un des leader mondial du transport .
Réponse de le 25/02/2014 à 10:22 :
Cher Andernaute, je vous rassure. En termes de réseaux ferrés pourris et de retards de trains, les Américains n'ont plus rien à découvrir depuis longtemps...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :