Fnac, la fin du mythe

 |   |  2207  mots
François-Henri Pinault, le PDG de Pinault-Printemps-Redoute, groupe propriétaire de l'enseigne Fnac / Reuters.
François-Henri Pinault, le PDG de Pinault-Printemps-Redoute, groupe propriétaire de l'enseigne Fnac / Reuters. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe PPR devrait annoncer le processus de cession de son pôle distribution au sommet duquel trône la Fnac. Il y a six mois, Acteurs de l'Economie produisait une radiographie de l'enseigne en proie à un mal social, managérial, culturel profond. Une radiographie qui reste aujourd'hui plus que jamais d'actualité. Etat des lieux d'une mutation identitaire que les nouveaux propriétaires devront apprivoiser et juguler s'ils veulent restaurer la santé économique, vacillante, de l'entreprise bientôt cinquantenaire.

En présentant le 13 janvier 2012 son plan d'économie, drastique, le Pdg Alexandre Bompard conditionnait à "l'aggravation de la crise économique" et simultanément à la "forte diminution de la consommation des ménages" l'origine du mal qui frappait la Fnac. Des causes conjoncturelles indiscutables, qui n'épargnent aucune enseigne du secteur des produits techniques et électroniques et surgit après les douloureux aggiornamenti provoqués par l'irruption d'internet dans le secteur des produits éditoriaux -téléchargement de la musique, bouleversement du e-commerce, apparition de nouveaux concurrents (Amazon). Suffisent-elles pour autant à circonscrire l'exhaustivité des raisons de l'infection? Certes non. Car d'autres, cette fois endogènes et d'ordres social, managérial, et culturel, se juxtaposent, éclairent complémentairement la situation. Et interrogent l'identité même de l'établissement: que reste-t-il d'une marque que l'histoire si particulière a rendue emblématique, singulière, et même affective?
Le virage stratégique que la direction de la Fnac a engagé (lire par ailleurs), par la double nécessité d'épouser les mutations, radicales, du secteur et d'habiller l'enseigne de séduisants atours avant une cession annoncée depuis plusieurs mois, se heurte à un corps social atypique. Morcelé. Et clivé. Des vendeurs éditoriaux spécialisés, parfois très diplômés, longtemps recrutés pour leur connaissance et leur passion des produits, cantonnés aux rayons ad hoc, tour à tour disponibles -autorisés à conseiller pendant une demi-heure l'achat d'un album- et désagréables avec la clientèle... "Aussi riches que difficiles à manager", sourit un ancien directeur de magasin. Une culture de la contestation et de l'indépendance qui se manifesta autant dans la dynamique de dialogue, la proximité managériale, la vigueur des revendications et des organisations syndicales -ces dernières historiquement "chouchoutées"- que dans le rejet des pratiques traditionnelles (soldes, promotions, expositions en vitrines) de la grande distribution. Bref, une identité forte, héritée des fondateurs "révolutionnaires" Max Théret et André Essel, et qui, nonobstant une lente mais incompressible édulcoration, demeura longtemps une réalité.

Chapelles
Cette confortable compartimentation, que le faible turn over et concomitamment une pyramide des âges élevée ont cimentée, ne pouvait toutefois guère durer. Le corps social apparaît désormais fracturé. Face à face: les "historiques", nostalgiques, attachés à leur enseigne, idéologiquement rétifs à certains bouleversements -polyvalence des tâches au nom de laquelle il leur est demandé de changer de rayon, de faire évoluer leur métier, de commercialiser les services (extensions de garanties, assurances... productrices de marges) ou d'encaisser les achats. "On n'est pas rentré à la Fnac pour vendre des cartes d'adhérents et placer des assurances", peste Jean-Paul Marchall, délégué syndical SUD de l'établissement Lyon Bellecour-, campés dans leurs chapelles; et une jeune génération, issue du renouvellement des équipes, davantage ouverte à la relation clients, à la pluri-disciplinarité, et au décloisonnement, plus disponible, mais aussi, regrette-t-on dans le camp opposé, versatile, instable, "consommatrice" d'une enseigne à laquelle peu d'entre eux s'identifient. "Cette génération des 25-35 ans a intégré la précarité dans sa trajectoire de vie. Son rapport à l'entreprise s'inscrit dans une telle logique, synonyme de distanciation, aussi d'adhésion et d'appartenance amoindries", détaille le directeur d'un magasin rhônalpin. "Qu'ont donc en commun le vendeur référent de disques de hard rock et celui d'abonnements téléphoniques?, questionne un ancien directeur. Que partagent-ils? Tout, de l'âge à l'état d'esprit, des objectifs de vente aux techniques commerciales, les sépare".

Carrefour
L'affrontement et la fracture intergénérationnels sont donc une réalité, concèdent des salariés. Lesquels, résument à l'unisson Jean-Paul Marchall et un cadre dirigeant, souffrent moins des exigences nouvelles en matière d'exercice professionnel que du "profond" déficit de formation censée les escorter dans une adaptation reconnue inéluctable et même salvatrice mais qui, chez les plus irréductibles d'entre eux, éveille peurs et résistances. Affrontement, et ainsi délitement accéléré d'une culture que l'origine et le parcours des dirigeants actuels participent à modifier. L'ascenseur professionnel et social, longtemps clé de voûte du système managérial, grâce auquel recruté simple vendeur on accédait aux directions de magasin et de région, s'est progressivement effacé au profit d'une génération de managers issus de la grande distribution -au directeur général Enrique Martinez nommé à ce poste en février dernier à la directrice des ressources humaines Dominique Brard et à des responsables des échelons subordonnés, nombre d'entre eux ont ?uvré dans les rayons de Carrefour- et donc formés à des méthodes alternatives. Voire antithétiques...

Déresponsabilisation
Ces méthodes sont bien sûr commerciales. Elles sont aussi de nature organisationnelle, managériale et sociale, et embrassent une "dictature du chiffre, du contrôle, et de la rentabilité immédiate" dont vendeurs comme directeurs de magasins fustigent la violence des répercussions. Au premier rang desquelles se sont imposées une normatisation, une uniformisation et une hypercentralisation des responsabilités, qui ont dépossédé ces directeurs d'une partie de leurs prérogatives et leur ont soustrait une autonomie décisionnelle, une dynamique participative et collaborative -au-dessus et en-dessous d'eux- qui particularisaient le fonctionnement de chaque strate. Accolées à l'insuffisance des compétences managériales des échelons intermédiaires, à un volume inédit de reportings, et à des cadences ou à une multiplicité de tâches jugées "asphyxiantes" par l'ancien secrétaire du CE de l'établissement Bellecour, Jean-Pierre Barbosa, l'ossature organisationnelle apparaît vacillante. "Le siège a eu raison de vouloir réhabiliter son autorité et son leadership auprès de magasins qui pouvaient confondre autonomie et indépendance. Mais il n'a pas su doser ce rééquilibrage, examine un ancien directeur, "débarqué" sur un parking de supermarché après dix années de responsabilité régionale. "Exit le patron de PME qu'était chaque directeur". "Peut-on s'étonner alors d'un étiolement de sens, de motivation, de prise d'initiative parmi les collaborateurs?", s'interroge un directeur.

Destabilisation
Autres manifestations, selon ses détracteurs, de cette révolution "culturo-managériale": une considération de "moins en moins humaine" des relations hiérarchiques, et des méthodes, des outils de pilotage, des indicateurs d'évaluation eux-mêmes "rigides", "insidieux". "Ces pratiques, irrationnelles, pour certaines machiavéliques et "border line" au plan éthique, je les subis et dois les faire subir. Quand l'exigence, évidente et saine, de rentabilité outrepasse l'acceptable au point de détériorer l'exercice managérial et d'affecter l'"aventure humaine" que constitue un magasin, je dis stop", confie un directeur, lui-même "victime" d'un directeur de région aux pratiques si "humiliantes" et "culpabilisantes", in fine si "destructrices" qu'il a perdu "confiance", "repères", et ne "tient?qu'à coups d'anti-dépresseurs". "Pour être reconnu et progresser dans le groupe, hier il fallait être un manager, prendre des initiatives, se démarquer; dorénavant il faut être calculateur, cynique, politique, assujetti". "Nous sommes abîmés, poursuit-il. Comment alors, donner de soi-même et réclamer des salariés, le meilleur?". Quelque autre directeur de magasin, après dix-sept ans de collaboration, classé "archaïque" par sa hiérarchie, évincé "comme un chien" et "sans aucun motif ni aucune explication", et alors précipité dans des limbes introspectives et déstabilisatrices, se remémore les étapes de sa reconstruction. Et remercie son interlocuteur des vertus cathartiques de ce témoignage. Un autre directeur, toujours en fonction, constate l'évaporation des valeurs originelles, ne "reconnaît plus l'entreprise" qu'il a intégrée, au point de s'y considérer "en fin de parcours". "Les cas de dépression et d'arrêts de travail se multiplient", assure-on aussi bien au CHSCT qu'à la direction de magasins. Et tous de se tourner, toutefois avec la prudence et la pudeur extrêmes qu'exige l'appréhension du cas, vers la mémoire du directeur du magasin de Clermont-Ferrand, Laurent Charasse, disparu en juin 2011. Dans un message d'adieu précédant son suicide, il mettait en cause sa hiérarchie, l'existence de "listes noires" d'employés, et les conditions de sa mutation depuis Aix-en-Provence par la faute de laquelle il ne put accompagner "jusqu'au bout un ami malade" qui mourra peu de temps après son arrivée en Auvergne.

Dépersonnalisation
Désormais, assurent des cadres, l'intérêt des hommes et celui de l'entreprise, qui pendant plusieurs décennies étaient subtilement agglomérés, sont disjoints. Résultat? Un climat «sombre», une inquiétude pour l'avenir sécrétrice de repli et, observe un responsable syndical, de "désinvestissement individuel, de démission passive". La réorganisation de la fonction RH, l'une des principales affectées par le plan de suppression d'emplois dans les magasins, et le développement des petites surfaces qui font appel à un personnel exigu typé "opérationnel" et "vendeur", devraient favoriser la mutation. Ce contexte et les effets de la transformation socio-culturelle semblent si profonds que même le triple épouvantail que forment l'identité "caricaturalement capitaliste" du propriétaire François-Henri Pinault, la vente programmée aveuglément, et l'"exemple", socialement éruptif, de la vente de Planète Saturn à Boulanger, ne semble plus affecter le personnel. "Les salariés le savent : ils sont des pions dans un système qui leur échappe. Ils sont, à l'égard de la politique dirigeante, dans une peur et une méfiance qui interrogent pragmatiquement leur quotidien. Alors, de savoir à qui ils rendront des comptes demain...", résume un cadre. "La direction a tout cassé", fulmine Cécile Chareyre, secrétaire du CHSCT du magasin Bellecour. A force d'employer des méthodes ainsi vitupérées, ladite direction aurait-elle atteint son objectif : dépersonnifier l'entreprise, c'est-à-dire la dépersonnaliser, la déshabiller de ses particularismes sociologiques, lui conférer une malléabilité et une docilité sociales à même de la rendre plus attractive auprès de repreneurs? L'impression, extraite des témoignages, est troublante: ce qui façonna en interne l'identité sociale et en externe la réputation de l'enseigne -fidélité, expertise et engagement des salariés, management "humain" et collaboratif, politiques salariales généreuses- semble désormais érigé en obstacle.

S'adapter
Que reste-t-il en 2012 de l'ADN originel?inoculé par le tandem trotzkyste en 1954? De "peu" à "rien", les confessions témoignent des contradictions face auxquelles la direction est écartelée. Comment continuer d'affirmer une identité singulière quand la réalité est, résume un directeur, si "éloignée" que le particularisme affectif a déserté non seulement le corps social "mais aussi les clients"? "La Fnac n'est plus la même. Elle est devenue une enseigne de la grande distribution (presque) comme les autres, déplorent d'actuels et anciens directeurs. Ce qui fit sa renommée différenciante est en train de mourir". Alors que la vision stratégique et le cap définis par Alexandre Bompard ne souffrent guère de contestation, la résignation face à l'inéluctable s'est emparée des esprits. Le terreau dans lequel a prospéré son singulier développement n'est plus fertile. "Mais n'est-ce pas à l'image de la société et du monde en général? Ne nous leurrons pas: la Fnac d'hier n'est plus compatible avec la réalité du business". Ni avec les injonctions structurelles comme conjoncturelles d'un secteur et d'un marché en profonde mutation. Et elle doit s'adapter à des comportements consuméristes qui, eux aussi, se sont métamorphosé sous l'effet du e-commerce : pressés par le temps, cibles d'une multitude de canaux d'information, élevés au biberon du décloisonnement, happés par de nouveaux modes de lecture ou d'écoute, les clients réclament-ils le même type de conseil qu'autrefois? Certes, non.

Course
Le rêve d'entreprise démocratique s'est définitivement éteint. Reste, pour les salariés, à l'admettre. Et pour la direction à le reconnaître et à l'assumer. "Ce n'est plus comme avant? Mais heureusement !", tempère le directeur d'un établissement du sud-ouest. "Se remettre en cause, changer nos comportements, faire évoluer nos mentalités vers une meilleure appréhension du client et donc pour de meilleurs résultats, est-ce mal?", corrobore un responsable SAV et logistique.
Ces derniers mois, le programme d'économies et de suppressions d'emplois a été déployé et le plan stratégique Fnac 2015 est monté en puissance. La décision de cession totale ou partielle, que devrait annoncer PPR de manière imminente, ne remet pas en cause la course contre la montre dans laquelle les salariés sont engagés. Laquelle "ne sera gagnée qu'à la condition que les collaborateurs soient responsabilisés, considérés, et ainsi embarqués vers un dessein collectif. Les plus beaux projets n'ont aucune perspective si les salariés ne s'y sentent pas concrètement associés", affirme un directeur installé dans le sud-ouest. L'avenir de l'entreprise demeure conditionné au rapport de force que la dynamique de redimensionnement et de revitalisation devra remporter sur les restrictions, l'amertume, les inquiétudes, les désinvestissements que l'application du programme de sauvetage ne manque pas de nourrir. Cela, quel(s) que soi(en)t le(s) visage(s) du ou des nouveaux propriétaires.

>> La Fnac bientôt introduite en Bourse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2013 à 19:45 :
Si la Fnac ne censurait pas certains artistes en ne commandant pas certains albums susceptibles de faire des ventes, le marché du disque se porterait mieux. Il y a quand même des moments où ces grandes enseignes se bouffent la grenouille toutes seules!
Si on demande un disque qui ne correspond pas aux gouts des vendeurs, ils se permettent de rire ou de faire des commentaires désobligeants. Quand notre demande n'est plus en rayon (tout vendu) et qu'on demande s'ils en recevront d'autres, on obtient des réponses qui en disent long... Généralement on nous dit qu'une nouvelle commande est en cours et qu'ils vont en recevoir, ce qui est faux puisqu'ils ne commandent que les artistes qu'ils choisissent de valoriser. De cette façon, la Fnac et d'autres grandes enseignes tuent volontairement certains artistes et finiront par récolter ce qu'ils auront semé : leur propre mort. Cette dictature et ce manque de professionnalisme les conduit au suicide et ils sont les premiers à pleurnicher. Quand on scie la branche sur laquelle on est assis...
a écrit le 20/10/2012 à 12:55 :

Le vrai problème vient du manque de connaissances du personnel de direction et des équipes d?encadrement en sciences humaines ainsi que d'expérience dans les conditions de travail des exécutants.
Ces derniers sauraient qu'un employé satisfait et motivé est un employé qui travaille efficacement et qui fait montre d'initiatives. Au lieu de cela, ces cadres sont complètement soumis à leurs affects et absolument pas sujets à la remise en question. Ils en viennent donc, par exemple, à attribuer les réussites de leur groupe aux seules performances managériales et ses échecs à la paresse des employés. Si on les faisait évaluer par des psychologues bien formés, un bon nombre serait disqualifié.

Lorsqu'il y a des tensions dans une équipe, nous sommes nécessairement tournés vers nous-mêmes, notre statut, notre avenir.

Le monde du travail est de plus en plus dominé par la perversion, l'amoralité, notamment à cause de la conjoncture actuelle. Si on veut améliorer ces conditions, il faudrait peut être revoir les modalités de nos formations en France (professionnelles et universitaires), majoritairement trop peu axées sur le regroupement de compétences et de connaissances pluridisciplinaires.
a écrit le 10/10/2012 à 9:54 :
Mais sérieusement... Outre le fond, la forme de cet article est insupportable ! Quid des phrases de moins de deux lignes et courtes ? Quid de l'utilisation parcimonieuse des adverbes ? Quid de l'aisance de lecture comme but de l'écriture ? "Mal écrit" est encore trop léger pour qualifier cet article... S'il vous plaît, un effort ?!
a écrit le 09/10/2012 à 18:22 :
Bonjour, je travail dans une FNAC de "province" depuis quelques années désormais. Je ne suis ni syndiqué ni délégué du personnel. Je comprends très bien les clients qui ne veulent plus acheter à la FNAC, je comprends très bien le "ras le bol" des extensions de garanties etc...
Sachez qu'une majorité des vendeurs en ont assez de la totalité des indicateurs sur lesquels ils sont jugés. Je veux parler du CA , du taux de service , du taux d'encaissement, taux d'accessoires, du nombre de carte vendu etc... Tous les jours on nous met face à nos chiffres et on nous demande des explications. Cependant quand on demande des explications sur les récurrents bas salaires à nos supérieurs, aucune réponse, silence radio ...Oui, les salaires à la FNAC sont très peu élevés vu le turn over interminable dans chaque magasin, cependant la charge de travail fourni par un vendeur est multiplié par 3 ou 4 en quelques années.De plus, le mode de rémunération ne cesse de changer, toujours en notre défaveur. La pression est constante dans les bureaux et dans le magasin...sauf entre vendeurs où l'équipe est extrêmement soudée et amicale.

Oui, je sais je ne suis pas maçon ni éboueurs, j'ai de la chance de travailler dans un batiment à l'abri du froid et de la pluie ...Oui je pourrai changer d'enseigne ...mais la FNAC m'a eue, elle m'a dégouté du commerce avec leurs multiples méthodes de management poussifs, avec leurs promesses jamais tenues. Je réfléchi à un autre métier...mais à 38 ans faire une reconversion après plus de 15 ans de commerce n'est pas chose aisée.

Sachez que nous, vendeurs, nous nous faisons bien plus arnaquer que vous, clients.

Finalement les nostalgiques de la FNAC "d'avant" vont peut être avoir raison de notre métier...
a écrit le 09/10/2012 à 12:49 :
A lire le changement des méthodes de management et ce qui en découle dans cet article, j'ai l'impression qu'on pourrait changer "FNAC" par "La Poste", "France-Télécom", des banques etc ... Une fois de plus, une "institution" est détournée de son objectif initial et devient juste une "machine à vendre" tout en cassant ceux qui la font tourner ! Bien sûr, il faut changer et s'adapter à son temps, ... mais il faudra bien un jour ou l'autre revenir sur ces manières managériales qui ne rapportent du fric qu'à un nombre limité de personnes et à très court terme !
a écrit le 09/10/2012 à 10:29 :
Pour se débarrasser à bon compte sans y perdre trop, Pinault va mettre la Fnac en bourse de cette manière il va se renflouer auprès des petits porteurs ... LOL
C'est çà faire des "affaires" ...
a écrit le 08/10/2012 à 22:25 :
le marché français risque de rentrer en récession donc se focaliser sur le luxe mondial toujours au meilleur de sa forme est surement la meilleure stratégie pour minimiser les pertes. Pas très patriote, mais bon le pognon d'abord ...
a écrit le 08/10/2012 à 19:56 :
D'accord avec Gégène
C'est interessant cet article mais il est semblable à ce qu'il dénonce : Fnac entreprise tournée sur elle même avec des accents de nostalgie au lieu de se poser la question : qu'est ce que des clients attendent d'une chaine de magasins comme la fnac aujourd'hui et demain et qu'est ce qui peut être différent et discriminant par rapport à ce qui existe par ailleurs ?
Ils n'ont pas le privilège de la Culture !!!
Client, chaine de magasins, avantage différentiel, économie de marché et offre ne sont pas de gros mots et les anciens trotskos qui ne sont pas arrivés à leurs fins doivent se rapprocher de l'age de la retraite même si il a un peu reculé ...
Bonne chance aux autres
Réponse de le 09/10/2012 à 9:31 :
Ben oui, quelle valeur ajoutée pour la FNAC par rapport à Amazon ou Cultura? Aucune.
Réponse de le 09/10/2012 à 10:33 :
LE gros probleme de la Fnac, c est que d annee en annee on trouve de moins en moins de chose, petit exemple sur le rayon disque avant on pouvait sans probleme trouver les album de Nightwish.... meme ancien et/ou de groupe moins connus sur la scene Francaise comme Guren ou Breaking Benjamin..... peu a peu ces "references" ont disparu des rayons, pareil pour les livres et romans, manga, BD..... Face a la Fnac Amazon UK ou meme Amazon.Fr lui réferences ces produits, donc......
a écrit le 08/10/2012 à 19:33 :
Pour bien connaître le marché du livre, depuis 40 ans, je peux vous confirmer que la FNAC a son avenir dans le livre derrière elle.
Amazon.fr a pris de tels parts de marchés que c' est fini dans 3/4 ans pour la FNAC dans ce secteur. Forte baisse des ventes des best-sellers au profit des hypermarchés, faiblesse du référencement, incompétence notoire des vendeurs.Sur Amazon.fr vous avez la presque totalité des livres publiés en France quelque soit le tirage et un service client pointu, avisé, réactif. Votre livre chez vous en 24/48 heures quand il faut 8 jours à la FNAC pour vous l' obtenir.
a écrit le 08/10/2012 à 18:28 :
Cet article est intéressant, et édifiant... On ne parle que des relations entre employés et management: du pur nombrilisme! Malheureusement c'est l'exacte traduction de l'accueil qui est réservé aux clients dans les magasins. manifestement les vendeurs sont plus préoccupés de leur statut social que des clients. Par expérience , ce genre de comportement s'est toujours mal terminé. La FNAC de décide plus avec arrogance de qui peut être référencé mais de qui peut être servi.
Réponse de le 23/10/2012 à 9:58 :
l'accueil en magasin est le stricte reflet du comportement de la direction avec son personnel.....

que la fnac soit dans un ouragan de transformation est une réalité et la chose n'est pas simple....ce n'est pas pour autant que la direction doit transmettre son stresse négatif au personnel...... c'est le job du management de savoir gérer ça...... un patron doit mettre ses salariés dans le meilleur état possible d'efficience vis à vis des clients et de l'organisation....cela exige compétence managériale et savoir faire en relations humaines... et surtout... de savoir mettre un écran entre le haut et le bas..... ça doit se faire à tous les niveaux...... reste qui si la statégei est mauvaise, personne ne peut y faire grand chose..... et dans les entreprises de grandes tailles, on ne s'écoute plus.... c'est simple....

dans les périodes de mutations, les salariés suivent si on leur fait comprendre ou on va.....ce n'est plus le cas dans nombre de grandes entreprises..... et c'est un des problèmes de la compétitivités en france...... on ne sait plus ou on va..... pas plus d'ailleurs que dans le pays ou dans l'europe..... le culte de la mondialisation est une chose... le quotidien en est une autre.....

ps: je ne commande jamais de livre chez amazone... même si c'est bcp plus pratique... mais ce ne sont que des entrepots sans âme ou 80% des salariés sont payés au smic... avec des conditions de travail à la limite.... je ne commande jamais dans les drive (idem)... etc..... nous arrivons dans un univers de robots... ne nous étonnons pas de l'effondrement de nos sociétés..... il est urgent d'apprendre comment concilier internet et le magasins.....

il faut intégrer cela dans la formation des personnel et des dirigeants..... et que chacun de nous redonne de la place aux relations humaines, y compris dans le commerce..... on se laisse faire par une certaine forme de facilité..... et une attirance malsaine au toujours moins cher..... et on va tous le payer.....

concernant un certains nombre de managers dit "moderne"... je suis étonné de voir que plus on les maltraite, plus ils en redemandent.... en faisant payer ça à leurs troupes......
a écrit le 08/10/2012 à 18:23 :
Pinault est un petit malin ,il veut engranger de gros bénéfices à la vente de la fnac et la redoute,mettre ces 2 valeurs en bourse avec un prix très élevé avant que l'on s'aperçoive qu'elles sont en difficulté à cause le l'interminable chute du pouvoir d'achat,un bon conseil,n'acheter pas ,rappeler vous l'introduction de facebook
a écrit le 08/10/2012 à 17:54 :
Allez , Saint Montebourg, priez pour eux ! voilà un dossier de plus sur votre bureau ... et faites de la place, avec vos décisions, y a encore plein de dossiers qui vont arriver ...!
a écrit le 08/10/2012 à 16:17 :
il est loin le temps ou la fnac décidait avec arrogance qui était "digne" d'etre référencé dans ses magasins.le modèle amazon est mille fois plus sympathique et démocratique
Réponse de le 09/10/2012 à 12:24 :
C'est vrai c'est la folie comme il y eu une cure d'amaigrissement: la diffusion des oeuvres culturelles se dematerialisent (peut être pas encore beaucoup pour les livres et BD), les produits technologiques deviennent de plus en plus sobres et compacts, et il n'y aura plus de supports physiques (cassettes, CD ...) à terme!
a écrit le 08/10/2012 à 16:07 :
Article inbitable,pompeux,bavard,charabiesque,impossible d'aller au bout

a écrit le 08/10/2012 à 16:02 :
Outre le commentaire de Laurent, il y a bien longtemps que "la com'" a remplacé le conseil chez les vendeurs de la FNAC. Pas illogique lorsque le marché est passé, par exemple pour un laptop de 50000FRF à 349EUR. Le concept du support écrit/enregistr-é/-able et du lecteur qui va avec, a vécu. La FNAC (à l'instar d'autres enseignes plus spécifiques) n'aura d'autre choix que de se "remodeler" ou disparaître.
a écrit le 08/10/2012 à 15:36 :
Fnac Villebon vendeurs hautains et incompétents, en informatique se boufferaient entre eux (on voit les anciens piquer des clients aux nouveaux pour prendre leur com)
a écrit le 08/10/2012 à 15:28 :
"On n'est pas rentré à la Fnac pour vendre des cartes d'adhérents et placer des assurances", peste Jean-Paul Marchall, délégué syndical SUD de l'établissement Lyon Bellecour- il a raison.

Parlons en des extensions de garanties à la FNAC. Vous payez 250 euros d'extension de garantie pour un ordinateur à 1200 euros, et le jour où il tombe en rade, on vous raconte que votre ordinateur n'est pas pris en charge. Vous perdez votre ordinateur et la somme investie dans l'extension et là vous vous dites que la FNAC n'est plus ce qu'elle était. Il y a des milliers de personnes qui sont dans ce cas et qui ne vont plus à la FNAC parce qu'ils ont le sentiment d'avoir été floués. (regardez seulement le nombre de forum sur le net autour de cette question d'extension de garantie FNAC) C'est cette direction là du profit n'importe comment, qui a fait plongé la FNAC et produit une vraie défiance des consommateurs. Hier elle était une enseigne culturelle, désormais elle est une enseigne qui fait du chiffre sur le dos de sa clientèle, pour moi la confiance est rompue !
a écrit le 08/10/2012 à 15:27 :
Les temps changent. Le commerce change. La culture change. La nostalgie ne les sauvera pas. Il faut adapter la France aux nouvelles technologies et il y aura beaucoup de changements à venir. Il ne faut pas se mentir !
a écrit le 08/10/2012 à 15:26 :
Problème majeuuurrr: la Fidélité à la FNAC, 4000points pr 10euro en bon achat.. c'est dérisoire, c'est là dedans et de maniere concommittenet dans une plus grande disponibilité des agents de rayons qu'il faut revoir le systeme de vente.
a écrit le 08/10/2012 à 15:08 :
Cela fait longtemps que la FNAC a perdu son âme. Les vendeurs ostensiblement désagréables ont eu raison de tout le monde. L'autre jour, je vais à la FNAC pour acheter un lecteur DVD.L Il y en a 5 en tout dans les rayons. Tous chers. Je vais voir chez Darty, qui en a le double, et tous moins cher...Adieu, la FNAC.
a écrit le 08/10/2012 à 15:04 :
c'est le manque d'ouverture des syndicats français qui provoque cette non compréhension entre obligation de résultat et emploi ,les nouvelles donnes du commerce ou de l'industrie sont en place, aux personnels de suivre le mouvement et de ne pas rester ancrés dans le passé ,les syndicats sont dans la plupart des cas bloqués sur les avantages acquis sans jamais vouloir se remettre en question, c'est et ce sera de plus en plus suicidaire
a écrit le 08/10/2012 à 14:41 :
PPR fait le pari d'une globalisation apatride, avec un groupe hyperspecialise et centre sur lui-meme. A court terme pas de doute la strategie plaira, mais attention aux vents mauvais. A trop vouloir se rapprocher du soleil ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :